Elle aime le théâtre et l'opéra

Au secours ! Les mots m’ont mangé, de Bernard Pivot

Au secours ! Les mots m'ont mangéSur le i du mot coït il y a, fort justement, deux petits points qui s’envoient en l’air. Je vous propose, Madame, de retrouver ces deux petits poins sur le i du mot jouïr. Ne serait-ce pas naturel ? Logique ?

Bernard Pivot, c’est mon chouchou. Je ne me lasse pas de ses délicieuses interventions sur Twitter ou à la télévision, tout comme je ne me lasse pas de revoir à l’occasion quelques émissions d’Apostrophes. J’aime la manière primesautière dont il parle des choses et de la langue, avec toujours le regard qui frise. Bref, j’adore Bernard Pivot, et j’avais donc très envie de lire ce texte, à défaut de le voir sur scène (le DVD est d’ailleurs inclus dans le livre, mais je n’ai pas encore pu le regarder, attendu que mon lecteur de DVD est en carafe).

Il s’agit donc d’un monologue, celui d’un écrivain qui, malgré son succès — il a eu le Goncourt et a même été invité à Apostrophes — a toujours eu l’impression de ne pas être le maître des mots qu’il écrit, plutôt d’être leur serviteur voire leur esclave. L’impression d’être mangé par les mots…

Hommage vibrant à la langue et à ses possibilités infinies, délicieux et lumineux, drôle, inventif, ce petit texte se lit très rapidement mais constitue une véritable jouissance : Pivot s’amuse et nous amuse, avec des réflexion sur la féminisation des mots (Qu’est-ce que les gens vont comprendre si je dis ou j’écris : « Oh, le beau tableau que ce jardinier effeuillant sa jardinière !… »?), les petits surnoms amoureux, l’orthographe et le dictionnaire, les livres… Il y a souvent un petit côté gentiment grivois, qui va si bien avec la langue française et ses subtilités !

Bref, un plaisir de lecture dont il ne faut absolument pas se priver !

Au secours ! Les mots m’ont mangé
Bernard PIVOT
Allary, 2016

10 réflexions sur “Au secours ! Les mots m’ont mangé, de Bernard Pivot

  1. J’aurais bien été le voir au théâtre pour ce texte là. Moi aussi j’aime beaucoup Pivot car il faisait l’alliance de la culture et du grand public, tout au moins vers la fin d ‘Apostrophes et ensuite avec Bouillon de Culture…

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s