Romans

Qui veut la peau d’Imogen Tate ? de Lucie Sykes et Jo Piazza

Imogen TateUn magazine numérique ? Imogen ne comprenait pas un traître mot émanant de cette bouche de poisson. Evidemment qu’elle était dévouée aux pages de son magazine. Elles constituaient l’alpha et l’oméga de son travail. Carter était-il en train de lui annoncer qu’on allait étoffer le contenu du site, et qu’il avait embauché Eve à cet effet ? L’hypothèse qu’un magazine puisse dégager des bénéfices en proposant ses articles en ligne gratuitement demeurait un mystère. Était-ce ce qu’on enseignait en MBA aujourd’hui ? Le monde de la presse avait tellement changé. Elle le savait. Sites, blogs, tweets, liens, envois multiples… Le public était devenu complètement accro.

Un roman parfait pour l’été. Mais pas que…

Lorsqu’Imogen Tate, la puissante rédactrice en chef de Glossy, revient d’un congé maladie de 6 mois, elle trouve son ancienne assistante, Eve, aux commandes du site internet du magazine, et ne comprend pas tout de suite les implications de cette présence : fini le magazine papier, bonjour l’application, dont Eve entend bien prendre le contrôle total, et se débarrasser d’Imogen…

Cela ressemble beaucoup au Diable s’habille en Prada : une puissante rédactrice en chef d’un magazine de mode, une assistante… mais ici, les rapports sont inversés : Imogen, c’est la fille qu’on voudrait toutes être, car elle possède la véritable élégance, celle de l’honnêteté et de la gentillesse, qui font d’ailleurs que les gens sont prêts à l’aider et qu’elle a beaucoup d’amis, même dans ce milieu où ce n’est pas simple ; Eve, elle, est une sociopathe complètement toquée en plus d’être d’une vulgarité confondante. Sur fond de moderie et de mutations de la presse à l’heure du numérique, on assiste donc à une guerre de générations : X contre Y. Mais là où le roman est intelligent, c’est qu’Imogen n’est pas un dinosaure rétif à toutes les nouvelles technologies : elle s’intéresse, essaie d’apprendre (et nous avec : j’ai enfin compris ce qu’est le taux de conversion, et découvert l’application Paperless Post) et découvre avec plaisir Instagram. Mais elle résiste à la surenchère. Du coup, le roman permet aussi une réflexion sur le monde moderne et l’addiction aux nouvelles technologies et aux réseaux sociaux : porteur d’une véritable vision du monde, il nous invite à profiter des opportunités extraordinaires qu’offre le numérique, sans pour autant vendre son âme au diable.

Un roman drôle, frais et bien mené, qui se lit avec plaisir et constituera une agréable lecture de plage, mais n’oublie pas pour autant de nous inviter à réfléchir !

Qui veut la peau d’Imogen Tate ?
Lucie SYKES et Jo PIAZZA
Stock, 2016

4 réflexions sur “Qui veut la peau d’Imogen Tate ? de Lucie Sykes et Jo Piazza

  1. C’est la deuxième chronique positive que je lis sur ce roman. Au début je me disais bof… un roman sur une nana qui a raté le coche des nouvelles techno, bof… mais je vais peut-être changer d’avis… je ne sais pas encore. 🙂

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s