Elle se fait des films

The Rewrite (Les mots pour lui dire), de Marc Lawrence

The rewriteAs long as you’re alive, you can forgive and be forgiven. Once you’re dead, it gets significantly harder.

Vendredi soir, j’avais envie d’une petite comédie romantique. D’abord par pur esprit de contradiction, attendu que tout le monde ou presque était devant France-Roumanie avec une pizza et des bières (moi c’était menu indien). Et puis parce que, je ne sais pas du tout pourquoi j’avais un petit coup de blues. Bref, qui dit comédie romantique dit Hugh Grant, donc mon choix s’est porté sur ce film que je n’avais pas encore vu (et qui n’est pas sorti en salle en France).

Keith est scénariste à Hollywood. En tout cas, était : s’il a reçu un Oscar 15 ans auparavant pour un film considéré par tous comme un chef d’oeuvre, aujourd’hui il ne parvient pas à placer le moindre pitch, et comme il faut bien manger et payer ses factures d’électricité, il se voit contraint d’accepter un poste de professeur d’écriture créative à Bighampton, à l’autre bout du pays…

Un film sans prétentions et qui fait un bien fou au moral, même si en fait il ne s’agit pas vraiment d’une comédie romantique : tel qu’en lui-même, Hugh Grant cabotine, joue le misogyne séducteur un peu maladroit et au départ assez peu professionnel dans sa manière d’enseigner. Mais justement : le propos du film est la réécriture, celle finalement de sa propre vie : Keith est finalement étouffé par le succès de son film, qui l’empêche d’avancer, vu que tout le monde se moque de tout ce qu’il peut faire d’autre : on ne lui parle que de ce film-là. Il a besoin de renouveau, et c’est dans l’enseignement qu’il le trouvera, car malgré des débuts peu glorieux, il devient finalement un très bon prof, apprenant à ses élèves à réécrire leur travail, trouver l’essentiel, et les révèle à eux-mêmes. C’est finalement un éloge de l’écriture, ici sous l’angle du travail scénaristique, en ce qu’elle permet de reconstruire sa vie et de savoir ce que l’on veut en faire.

Et la romance ? Il y en a très peu. Juste l’émergence d’une histoire entre Keith et une de ses étudiantes plus âgées que les autres, qui jongle entre ses filles, plusieurs jobs et ses études, histoire qui ne peut pas se concrétiser avant la fin du film, attendu que les relations entre profs et étudiants sont interdites. De toute façon, ce n’est pas l’enjeu de ce film, qui est quand même à voir !

The Rewrite (Les mots pour lui dire)
Marc LAWRENCE
2014

6 réflexions sur “The Rewrite (Les mots pour lui dire), de Marc Lawrence

  1. Salut ! Ce n’est pas le meilleur film que j’ai vu certes, mais j’ai tout de même passé un excellent moment. Les personnages sont attachants et l’histoire est sympa.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s