récits et chroniques

Spiridon superstar, de Philippe Jaenada

Spiridon superstarPour participer, il fallait être hellène et libre. Les esclaves, les étrangers et les prisonniers pouvaient toujours courir (autre part). Quant aux femmes, manquerait plus que ça. Elles n’avaient pas non plus le droit de se glisser dans le public, ni même de se cacher derrière un olivier sur une colline pour mater de loin (si l’une d’elle se faufilait en douce parmi les spectateurs, disons avec une fausse barbe, histoire de jeter un coup d’oeil aux beaux gars couverts de sueur et d’huile d’olive, elle le regretterait toute sa vie — qui serait courte, cela dit, et s’achèverait brutalement).

Après François Bégaudeau et la première femme élue à l’Académie Française, c’est au tour de Philippe Jaenada de s’emparer d’une première historique, pour cette très jolie collection Incipit.

Dans Spiridon superstar, il nous plonge dans l’histoire des Jeux Olympiques et notamment des premiers JO de l’ère moderne, en 1896, et du premier vainqueur de la toute nouvelle épreuve du marathon : Spiridon Louis.

Evidemment, ce petit texte qui se déguste en une soirée est marqué par le « ton » Jaenada, si plaisant : burlesque et insolent, souvent désinvolte, parfois digressif, et donc éminemment drôle. Pourtant, si on n’y connaît strictement rien à l’histoire des Jeux Olympiques, on apprend beaucoup de choses : l’histoire des JO antiques, la création de ces JO modernes et le rôle de Coubertin, des JO d’ailleurs très amateurs et à la va-comme-je-te-pousse, bien loin de l’organisation impeccable qu’on connaît aujourd’hui, quelques anecdotes croustillantes à ressortir lors d’un dîner en ville, et quelques réflexions assez féministes. Au centre, l’histoire de Spiridon, qui n’avait rien d’un athlète au départ, encore moins d’une star, et qui est devenu en un marathon (le premier !) le symbole d’une nation qui a besoin de se reconstruire. Une très belle histoire. Finalement, le sport n’est-il pas, aussi, le reflet de notre société ?

Quelques semaines avant l’ouverture des JO de Rio, ce petit ouvrage tombe bien pour faire le point sur l’histoire de cet événement, et se lit avec beaucoup de plaisir, même si a priori on ne s’intéresse pas du tout du tout au sujet ! C’est la magie Jaenada !

Si ça vous dit, je vous propose d’en gagner un exemplaire. Pour cela, rien de plus simple :
1. Le concours est réservé aux lecteurs du blog : si vous n’avez jamais laissé de commentaire ici, cette fois ce n’est pas pour vous, désolée
2. Les autres, vous laissez un petit commentaire poli pour me dire que vous participez
3. Vous m’envoyez un mail avec en objet « Concours Spiridon » et dans lequel vous m’indiquerez votre nom et votre adresse complète (et éventuellement le pseudo sous lequel vous avez commenté, si vous en avez utilisé un) à irreguliere.blog[at]gmail.com
4. Tout cela avant vendredi 17 juin à minuit !
(Dans les prochains temps, il y aura d’autres concours pour gagner des ouvrages de cette collection)

Edit : concours terminé ! C’est Noukette qui gagne !

Spiridon superstar
Philippe JAENADA
Steinkis Groupe / Editions Prisma, collection Incipit, 2016

16 réflexions sur “Spiridon superstar, de Philippe Jaenada

  1. Bon, je participe, j’adore Jaenada (pour l’adresse, si je gagne je la donne, il sera toujours temps)(mais jusqu’ici je n’ai jamais gagné aux tirages, en moult années de blog, je suis donc tranquille )

    J'aime

  2. Pour le plaisir de participer, pour compléter ma collection ( j’en ai deux) . Merci pour ce jeu , pour l’adresse tu l’a déjà car tu m’a déjà fait gagner…😉

    J'aime

  3. Bonjour. Je pense que j’ai déjà laissé un voire plusieurs commentaires ici dans une autre vie. Mon ado-miration pour Jaenada n’est plus à démontrer sur le net par blogs, tweeter ou facebook interposés. Je suis notamment atteinte de Chameau-Sauvagite aïgue et je pense que j’ai acheté environ 12,86 % des exemplaires de ce roman vendus en poche en France. En mai j’ai aussi acheté sa traduction espagnole. Langue que je parle… heu… ben… pas vraiment en fait. Je suis folle !
    J’ai récemment transféré via Twitter une longue et passionnante interview de Jaenada à propos de La petite femelle.

    Aimé par 1 personne

  4. oh oui moi aussi je participe! Deux raisons. 1° :je n’ai toujours, toujours pas lu cet auteur; 2° : après la lecture, la course est devenue ma 2nde drogue… eh oui!

    J'aime

  5. bonjour.

    petit nouveau ,j’espère être nominé pour le tirage au sort .
    envie de découvrir cet auteur et ces productions.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s