Elle lit des nouvelles

Enfant, je me souviens…

Enfant je me souviensDans la famille, mes oncles et tantes le surnommaient « Bartleby » et j’avoue que pendant des années je n’ai pas bien compris pourquoi, sinon qu’il s’agissait du clin d’oeil à un livre qu’ils avaient tous lu sur ses conseils. Car mon grand-père était de ces amoureux du livre qui veulent partager leur passion. Il en offrait à tout le monde, tout le temps ; c’était un vieux monsieur pensif, que d’aucuns qualifieraient même d’éteint », mais lorsqu’il vous parlait d’un roman, ce n’était pas une lumière qui s’allumait brusquement dans son regard mais tout un lustre, et il soliloquait jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne dans la pièce pour l’écouter, alors il retournait à ses précieuses pages. (Maxime Chattam, « La dernière lecture ») 

Dans ce recueil, 17 nouvelles autour du thème du souvenir d’enfance, écrites par 17 auteurs réunis pour agir en faveur de l’éducation dans le monde : pour chaque livre acheté, 1,50€ est reversé à l’UNICEF pour permettre aux 124 millions d’enfants actuellement scolarisés dans le monde de sortir de la pauvreté et de se construire de meilleures chances d’avenir. Première raison (nécessaire et suffisante) de l’acheter.

La deuxième raison, c’est que ce recueil offre un vrai plaisir de lecture par sa richesse et sa diversité : des histoires fictives ou vraies, gaies, tristes, drôles, tragiques, tendres, cruelles, chaque auteur s’emparant du thème pour proposer quelque chose qui lui ressemble. Et au final, c’est histoires fleurent bon la nostalgie et font remonter des souvenirs personnels chez le lecteur. Proust aurait sans doute raconté l’histoire de sa madeleine, les auteurs du recueil parlent beaucoup de mots et de littérature (la nouvelle de Jean-Louis Fournier, très courte, est absolument magnifique), de grands-parents et de vacances.

Et puis, il y a une nouvelle de Didier van Cauwelaert, je ne pouvais donc pas décemment passer à côté !

Un recueil doublement indispensable, donc !

Enfant, je me souviens
Le Livre de Poche, 2016

(11 commentaires)

  1. Punaise, il y a du beau monde, c’est un poche, je vais l’acheter…je note Hélène Grémillon, sigolène vincent, Tatiana de Rosnay et ton didier chéri. Parfait pour les vacances en plus.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s