Romans

Charmer, s’égarer et mourir de Christine Orban

Charmer, s’égarer et mourirChaque fois que je m’empare d’un personnage, il m’engage entièrement, au point que le livre que je lui consacre devient aussi intime que si je parlais de moi. Le travail sur la vie d’un autre, comme la lecture, éclaire de façon édifiante sur soi-même.

Cela fait bien longtemps que je n’avais pas lu Christine Orban, au moins depuis la création de ce blog puisque je n’y ai jamais parlé d’elle. Or, à une époque, je l’ai pas mal lue, attendu qu’elle a le bon goût, comme moi, de s’intéresser aux parures féminines, et que ce qu’elle a écrit sur Emanuel Ungaro m’a beaucoup servi pour mes travaux de maîtrise. Du coup, j’étais ravie de la retrouver, avec ce texte sur Marie-Antoinette, notre fascinante reine décapitée.

Ce texte, génériquement classé sous la catégorie de « roman », n’est pas une biographie, mais une analyse, teintée de psychanalyse, de la dernière reine de l’ancien régime et de tous les mythes qui l’entourent — et, partant, une analyse de l’auteure elle-même.

Le procédé peut surprendre, par son tour plus analytique que narratif : à partir d’une documentation précise (et notamment le Marie-Antoinette de Zweig), Christine Orban ne cherche pas à retracer la chronologie des événements, elle n’est pas historienne. Ce qui l’intéresse, c’est l’âme de Marie-Antoinette, les raisons de sa conduite mais aussi de son image sulfureuse. L’histoire l’a mal jugée, l’auteure montre qu’elle ne le méritait pas : gamine de 14 ans, sans doute immature jusqu’à sa condamnation à mort où elle se révèle, mais surtout étouffée par la pesanteur de Versailles et l’impossibilité d’être soi et d’être seule, débordante du besoin d’être aimée, sans doute pas faite pour tous ces tralalas, Marie-Antoinette n’est finalement que l’héroïne d’un conte de fée qui a mal tourné, et dont les éléments peuvent s’analyser à l’aune des travaux de Bettelheim : le sang, les parures, le rapport à la mère, la sexualité — pour finir en bouc-émissaire.

Chemin faisant, Christine Orban s’interroge elle-même, et l’enquête a autant d’importance dans le roman que l’objet de cette enquête. De fait, on ne choisit pas par hasard un sujet d’écriture, les artistes sont des névrosés qui se guérissent en travaillant. Si je ne pouvais plus rien pour elle, que pouvait-elle pour moi ? Quel intérêt personnel ou collectif se cachait derrière mon attirance pour Marie-Antoinette ?

Un roman fascinant sur une figure fascinante, victime expiatoire d’une époque violente. On la découvre ici sous un jour nouveau, plus complexe que dans la version que j’ai toujours en tête, celle de Sofia Coppola. C’est profond, bien écrit, et cela pose beaucoup de questions sur l’histoire et l’image qu’on en a…

Charmer, s’égarer et mourir
Christine ORBAN
Albin Michel, 2016

16 réflexions sur “Charmer, s’égarer et mourir de Christine Orban

  1. Oh mais vu comme cela, je sens que ça m’intéresserait beaucoup (et puis je dois lire sa bio par Zweig depuis très longtemps)

    J'aime

  2. J ai lu beaucoup de livres de Christine Orban, sa sensibilité si particulière d’auteure me touche à chaque fois.

    Amitiés

    J'aime

  3. Pingback: Les adieux à la Reine, de Benoît Jacquot | Cultur'elle

  4. Pingback: La plus folle de nous deux, d’Hélène Risser | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s