Elle se fait des films

Cassandra’s dream (Le Rêve de Cassandre), de Woody Allen

Le rêve de CassandreFamily is family. Blood is blood. You don’t ask questions. You protect your owns.

Après Scoop et Match Point, Cassandra’s dream est le troisième film londonien de Woody Allen, et il était donc forcément en tête de ma liste de films à voir.

Deux frères qui n’ont pas du tout les moyens achètent un bateau qu’ils baptisent « Cassandra’s dream ». Très vite, ils se retrouvent face à de graves difficultés financières, pas seulement d’ailleurs à cause de cet achat somptuaire : Terry, qui travaille dans un garage, perd beaucoup d’argent au jeu et emprunte de grosses sommes à des usuriers. Ian, qui aide leur père dans le restaurant familial, rêve d’investir dans des hôtels en Californie et de faire fortune, et vient de tomber amoureux d’une jeune comédienne très ambitieuse à qui il a fait croire qu’il était très riche. Tous deux sont donc obligés d’appeler au secours leur oncle Howard, qui a réussi dans les affaires. Celui-ci veut bien résoudre leur problème, mais c’est donnant-donnant : il a en échange un service à leur demander, et pas des moindres…

C’est encore une fois un film qui interroge la morale et les rapports de classe : les deux frères ont des rêves de grandeur, des rêves tout court : ne pas se contenter d’une petite vie minable, mais voir grand. Mais jusqu’où peut-on aller pour réaliser ses rêves et pour protéger sa famille ? Si l’un a des scrupules, est rongé par la culpabilité et ne cesse d’en référer à Dieu, l’autre est purement amoral. Il y a dans ce film quelque chose de très biblique et de très mythologique avec dès le départ cette référence à Cassandre. L’engrenage et les ingrédients sont ceux de la tragédie grecque, et on ne peut qu’assister impuissant aux effets de la machine infernale sur les protagonistes, dont on se demande s’ils ont le choix ou non.

Malheureusement, cela n’a pas pris avec moi, et je me suis clairement ennuyée : objectivement, je n’arrive pas à trouver de défauts à ce film, c’est impeccable et implacable, mais très clairement je préfère Woody Allen dans le registre de la comédie que dans celui du drame…

Cassandra’s dream
Woody ALLEN
2007

(3 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s