Humeurs

Pourquoi je n’irai pas au salon du livre de Paris

03Pas de lecteurs, pas de salon du livre !

Puisque beaucoup de monde me demande si cette année je serai comme d’habitude au salon, si on peut se voir, prendre rendez-vous, se boire un café, que sais-je, voici ma réponse.

Non, cette année, vous ne pourrez pas me voir et vous n’aurez pas le désormais traditionnel compte-rendu du salon (que j’adorais écrire en plus !). Parce que cette année, j’ai décidé de ne pas y aller. De fait, j’ai autre chose de prévu, mais cela fait plusieurs mois que j’avais pris cette décision. A vrai dire, j’y pensais déjà lorsque le précédent s’est achevé, mais les nouvelles modalités d’organisation ont fini de me convaincre que ce salon n’en valait plus la peine, dans l’état actuel des choses. Pourtant, il y avait eu un vague sursaut d’espoir suite à la publication des chiffres de fréquentation, désastreux il faut bien le dire (et pas uniquement imputables à VigiPirate), l’organisateur avait un peu battu sa coulpe et promis des changements. Alors oui, changements, il y a eu : ils ont modifié le calendrier, et le nom. Par contre, la politique générale est restée la même, alors que c’est de ce côté-là que ça cloche.

Alors qu’avant nous arrivions assez facilement à nous accréditer (je suis retombée cette semaine sur mon badge de 2014), ce qui nous facilite quand même grandement la vie question logistique, cette année comme l’an dernier, l’organisation du salon a refusé systématiquement les accréditations presse aux blogueurs (alors qu’honnêtement, qu’est-ce que ça leur coûte ?). Personnellement, je ne l’ai même pas demandée, parce que le mépris qu’ils ont affiché pour nous en 2015, il n’y avait aucune raison qu’ils ne l’affichent pas également cette année (sauf à croire aux miracles). Et d’ailleurs, alors que l’an dernier j’avais eu un pseudo lot de consolation, à savoir une invitation pour l’inauguration, 2 entrées journées et un concours pour vous en faire gagner, cette année, rien, et je n’en ai pas non plus vu ailleurs. Il n’y a pas de petites économies, hein ?

Evidemment, si j’avais absolument tenu à être présente, plusieurs éditeurs m’ont gentiment proposé aussi bien de m’inviter à la sauterie inaugurale que de me donner des entrées. Là n’est pas la question, donc.

Quel est le problème, alors, à part que je suis une chieuse ?

D’abord, une question de principe. Je suis outrée par le prix d’entrée (Bruxelles a fait cette année le choix de la gratuité et les organisateurs ne le regrettent pas) et le refus systématique des demandes d’accréditation, surtout quand on sait que la plupart des blogueurs, contrairement au public lambda, reste sur le salon plusieurs jours et ne se contente pas d’une journée. Alors, qu’ils n’accréditent pas tous les blogs, je peux à la limite le comprendre (encore que Montreuil accrédite tous les blogueurs qui en font la demande) ; qu’ils n’accréditent personne (et quand on voit dans la liste des refusés des blogs très influents, on se pose des questions), ça, non, je ne peux pas le comprendre ni l’admettre : cela montre juste qu’ils n’ont absolument rien compris ni aux mutations actuelles des médias, ni à ce que nous faisons, ni à internet (cela dit, vu comme le site est mal fichu, c’est un fait : ils n’ont rien compris à internet). Cela montre un mépris pour les blogs (littéraires) totalement réactionnaire et dépassé (tout comme le salon de peinture et de sculpture refusait les artistes les plus avant-gardistes ?) : à longueur de temps, on me propose de m’accréditer pour des événements dont le lien avec la culture et le livre n’est pas évident voire inexistant,  alors que les organisateurs de l’événement phare de l’année ne veulent pas de moi  (je sais, je n’ai pas demandé cette accréditation, mais je me range d’office dans les bannis vu qu’il n’y a aucune raison que contrairement aux autres j’eusse obtenu le fameux Sésame en le demandant) ? Cherchez la logique…

Ensuite, c’est une question d’organisation : l’inauguration est désormais le mercredi soir (merci pour les non-parisiens) et non plus le jeudi, et en admettant que j’aie pu me libérer (ce qui déjà n’était pas gagné, mais passons), le jeudi matin étant réservé aux professionnels, il était impossible d’y accéder sans la fameuse accréditation presse, donc (toujours elle). Du coup, payer l’hôtel pour finalement ne pas pouvoir visiter le salon autrement qu’en coup de vent ou en prenant une nuit d’hôtel supplémentaire pour y aller le vendredi, j’ai estimé que ce n’était pas l’idée du siècle. Mon banquier était d’accord.

Et puis, franchement, si l’an dernier j’étais contente de voir les gens, le salon en lui-même… Bof. C’est surtout l’inauguration qui vaut le coup, et les rendez-vous que l’on arrive à caler parce que tout le monde est sur place et que du coup c’est plus simple. Le reste, cela ressemble de plus en plus à une foire à la saucisse (de Francfort ou d’ailleurs), et très peu pour moi (cela dit sans mépris aucun pour les saucisses, mais enfin chacun son domaine, le salon du livre, ce n’est pas le salon de l’agriculture). De moins en moins d’éditeurs, de moins en moins de conférences et tables rondes, de moins en moins de chauffage (du coup j’ai pris froid). Ma conclusion est que cela ne mérite plus le déplacement. Je serai à Paris tout le week-end, mais je ferai autre chose, merci, et j’irai dépenser mon argent dans les librairies et les musées (et au Flore).

Conclusion (bis), cette année, je verrai les gens ailleurs (pas tous ceux que j’aurais voulu, tant pis, ce sera pour une prochaine fois), et le salon se passera de ma présence, de mes photos sur Instagram, de mes posts sur Facebook et sur Twitter. Puisque nous, blogueurs, et nos lecteurs, sont ainsi méprisés, pourquoi parler de l’événement (oui, je sais, c’est une prétérition, vu que je suis justement en train d’en parler longuement) ? Oh, je suis sûre qu’il s’en remettra, à condition que nous ne soyons pas trop nombreux à décider de ne pas y aller, ce qui n’est pas gagné, mais ce que j’en dis, après tout…

Je ne serai donc pas à la porte de Versailles, et si vous voulez absolument me voir (on ne sait jamais) vous pouvez toujours passer à l’Alcazar le 19 après-midi !

Et en avril je serai à Lire à Limoges (dont l’entrée, je le rappelle, est libre et gratuite) et peut-être, si les astres sont favorables, à Châteauroux. Mais tant que l’organisation ne sera pas revue en profondeur, et que les organisateurs persisteront dans cette attitude méprisante envers les blogueurs, il est fort probable que je n’irai plus au salon du livre de Paris (pardon, Livre Paris : c’est vrai que changer de nom change tout) (ou alors en tant qu’auteur, mais c’est pas gagné non plus).

(58 commentaires)

  1. Rien que le prix de l’entrée est scandaleux. La lecture est un plaisir délaissé par un nombre croissant de français, mais comment se targuer de défendre et démocratiser cette culture si l’on propose des entrées payantes, surtout à ce prix là ? La gratuité, ou quelques euros symboliques (et encore…) permettraient de fédérer plus de monde autour de cet événement, et les retombées économiques seraient sûrement tout aussi importantes. Mais c’est un risque à prendre…
    Je ne souhaite pas de mal au livre, loin de là, mais j’espère sincèrement que les chiffres de cette année seront mauvais, pour changer la donne lors des années à venir.

    J'aime

    1. Oui!!! Pour limoges ça me fait loin, j’y suis passée une fois en coup de vent (opéra l’après midi) mais ça paraissait très bien!
      Pour Chateauroux, ça commence à s’étoffer côté blogueuses, Syl, Louise je crois, Laetitia sans blog autre que pour le boulot mais belle lectrice et sa fille aussi, Sabine je ne sais pas ?, moi, et j’en oublie peut être? gratuit (les belges aussi ont tout compris), cadre médiéval, pas du tout hangar (suivez mon regard). Et puis des auteurs quand même. Pour certaines maisons d’éditions, je les vois au RVH de Blois.
      J’aurais pu avoir uen entrée grâce à une maison d’édition, mais tu sais que la ligne Paris Toulouse est en travaux les WE de mars! Donc galère plus prix TGV. Alors tu as raison, pour voir des blogueurs, autant donner RV à l’extérieur! Paris ne manque pas de coins sympas.

      J'aime

  2. Venez plutôt au salon du livre à Bondues ,c’est dans le Nord à côté de Lille et l’entrée est GRATUITE . Cerise il fait grand soleil ce samedi. Bonne journée.

    J'aime

  3. Moi aussi je serai à d’autres, mais à celui-ci ! (Et pourtant, effectivement j’avais des entrées via des éditeurs), mais vu le mépris affiché je ne vois pas pourquoi j’irais, alors que je peux voir les auteurs autrement … (pour eux que j’y vais, le reste n’est qu’une librairie et la mienne est bien plus sympathique.)

    J'aime

  4. Je te comprends.
    Personnellement, c’est la première fois cette année que j’aurai l’occassion d’y aller. Et je n’ai même pas testé prendre une accréditation. J’ai préféré aller au plus rapide, vu que je n’y vais que la journée de dimanche : j’ai acheté ma place.
    On verra bien ^^

    J'aime

  5. Moi j’y vais pour découvrir des éditeurs qui ne sont pas en librairie et revoir des amis venus d’un peu partout (l’occasion annuelle de se retrouver). Cela reste un endroit sans confort aucun (bruit, absence de siège, température), il faut se mettre en condition !

    J'aime

  6. J’ai été hallucinée de voir le prix (surtout, que comme tu le dis, la version bruxelloise était gratuite, cette année). Je pensais qu’à ce prix-là, vous aviez des animations plus intéressantes qu’à Bruxelles (qui a quand même de plus en plus de chouettes conférences) mais même pas, visiblement…
    Vraiment, je ne comprends pas ce concept ! Ce n’est pas comme ça qu’ils vont pousser la jeunesse à aller vers le livre, c’est certain.

    J'aime

  7. N’étant pas en région parisienne je ne m’étais pas posé la question d’y aller cette année. Après votre article je ne me pose même plus la question pour l’année prochaine.

    J'aime

  8. Le 21 Avril débute le festival du livre à Metz: il est entièrement gratuit et la liste des auteurs présents est tout à fait honorable. Si l’envie t’en prenait, tu serais la bienvenue 🙂

    Quant à moi, j’ai « divorcé » du salon du livre à Paris depuis de très nombreuses années. Je n’étais « que » lectrice à l’époque et à part une rencontre impromptue avec Martin Winkler, il n’y a eu aucun moment magique et beaucoup trop de snobisme et parisianisme. Alors cela a été NON très vite !

    J'aime

  9. Salut Miss, j’aime assez le ton de ton coup de gueule. Je ne serai pas présente au salon cette année parce que je me remettrai d’un oral de concours passé quelques jours précédents, dont la préparation aurait bien affecté ma présence familiale. Ce que j’ai surtout aimé l’an passé fut le découverte des blogueurs. Plus il y a de livres, moins j’ai envie d’en acheter (c’est stupide mais c’est mon côté « je suis envahie alors je fuis »). J’aime aussi les salons pour les tables rondes, les rencontres sereines avec les auteurs et puis bien sur avec les maisons d’édition que j’affectionne. Cette année, je n’aurai pas le courage d’y aller même si je sais que je vais rater des rencontres qui me plaisent (avec lesdits blogueurs) mais c’est comme cela ! Bon courage pour ta recherche d’éditeur.

    J'aime

  10. Je n’envisageais d’aller au salon que pour rencontrer les personnes avec lesquelles j’échange sur les blogs et les réseaux sociaux mais même la SNCF met des bâtons dans les roues puisque la circulation est une fois de plus coupée ce week-end là. Ce sera donc pour une autre fois ou ailleurs.

    J'aime

  11. J’avais écrit un billet l’an dernier quand le refus des accréditations blogueurs nous a été balancé à la figure. Etant donné ce qu’il s’était passé l’an dernier je pensais que les blogueurs ne pourraient plus s’accréditer, or j’ai été surprise de constater que la case blogueur était dispo, j’ai donc tenté, pensant naïvement que la nouvelle mouture signifiait que les choses avaient évolué, mais force est de constater que non puisque mon dossier a été refusé et que les blogueurs ont été majoritairement refusés. Je ne vois pas l’intérêt de maintenir une case blogueur si aucune accréditation n’est finalement donnée aux blogueurs. Je serai quand même présente au salon samedi uniquement parce qu’une maison d’édition m’a conviée à une rencontre et m’a donc offert une entrée (merci à elle !). Les éditeurs ont, comme tu le dis, compris qu’il fallait compter avec les blogueurs. Après les mauvais résultats de l’an dernier on pouvait espérer une nouvelle organisation, or le seul changement se résume au changement de nom : ridicule.

    J'aime

  12. Perso, je comprends que ce soit payant. Tous les salons Porte de Versailles le sont. Il me semble que ça coûte un bras, ces locaux-là.
    Ensuite, je trouve juste débile de laisser demander des accréditations pour ne pas les donner. Mais après tout, ils font ce qu’ils veulent.
    Chaque année, je suis de plus en plus rétive à ce genre de grands salons anonymes et sans vie. J’irai à l’inauguration, moment sympa où on rencontre les gens des maisons d’édition avec qui on est en contact toute l’année. Mais sinon… pas gagné que j’y retourne. Suis trop claquée cette année.

    J'aime

  13. Ben tu vas pas être d’accord avec moi, mais je suis comme toi, je dis ce que je pense, je considère le salon du livre exactement comme celui de l’agriculture! Ce n’est que que la communication, il faut se faire voir point ! Si j’étais à Paris, je paierai le prix (combien c’est d’ailleurs ?) pour rencontrer et faire dédicacer un livre d’un auteur que j’adore mais en tant que lecteur.

    J'aime

  14. J’emménage à Paris et pour la première fois, je vais pouvoir aller au Salon du Livre de Paris… Même si je m’en réjouis, je trouve que le prix d’entrée est juste excessif et le fait que les blogueurs ne puissent pas être accrédités me semble être une grosse erreur… Bref, on verra comment se passe cette première expérience 😉

    J'aime

  15. Super article… Globalement tout le monde de l’édition semble avoir un gros problème avec Internet 🙂 Je serai aussi à Lire à Limoges, on aura peut-être l’occasion de se croiser !

    J'aime

  16. Cette année, je serai à la Porte de Versailles grâce à mes élèves qui ont participé au prix littéraire des lycéens, remis vendredi aux auteurs récompensés dans chaque département de la région. Il est probable que nous ne voyons pas grand chose du Salon…

    J'aime

  17. le salon du livre de Paris n’est qu’au final une librairie géante ! et pour avoir été (un peu) du coté éditeur, je peux dire que le prix d’un stand est tout aussi prohibitif que le prix d’une entrée pour le lecteur ! tu as tout à fait raison de priviliégier les salons de Provinces, plus tournés vers leurs acteurs et leur public (quoique certains…. mais bon, je ne donne pas de non, ceux qui me connaissent comprendront 😉 )

    Bon weekend parisien, quoiqu;il en soit 🙂

    J'aime

  18. J’avais demandé une accréditation, et je n’ai même pas eu de réponse… !
    Finalement, je suis en vacances en Californie donc j’ai bien mieux à faire, mais je suis tout à fait d’accord avec ton article. Ce qui m’a également choquée est le fait qu’on ne peut pas amener ses livres pour les faire dédicacer, il faut les acheter sur place !? (genre tu es fan d’un auteur mais tu vas attendre le Salon du Livre pour acheter son roman…)
    Bref je trouve cette organisation en complet décalage avec la réalité, et je n’ai même plus envie d’y aller. J’attends néanmoins le Festival America avec impatience!

    J'aime

  19. Le salon du livre de Paris, je n’y suis pas allée depuis au moins 6 ans !
    Trop cher, entre le train, l’hôtel, le prix d’entrée et les achats compulsifs.
    Désormais, je me contente du salon GRATUIT de Rennes, surtout pour y revoir les blogo copains/copines et les auteurs qui y sont fidèles où que j’ai, plaisir à rencontrer pour les avoir déjà lu. Pas de files d’attente de plus d’une heure pour 30 secondes avec un auteur ! Mais, si je ne viens plus à Paris, c’est aussi parce qu’à Rennes, nous sommes TRES gâtés par la venue régulière d’auteurs pour des rencontres/conférences, et c’est bien plus intéressant et intimiste qu’un immense salon ou tout le monde ne pense que « rentabilité » !

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s