Elle se fait des films

Finding Forrester (A la rencontre de Forrester) de Gus Van Sant

Finding ForresterNo thinking – that comes later. You must write your first draft with your heart. You rewrite with your head. The first key to writing is… to write, not to think!

L’autre jour, en effectuant quelques recherches sur Salinger, je suis tombée sur la mention de ce film, et je me suis bien demandé comment j’avais pu passer à côté : une histoire d’écrivain (ma marotte obsessionnelle), qui plus est incarné par Sean Connery ? Shame on me. Du coup, je l’ai immédiatement noté sur ma liste à voir, et il a grillé tout le monde dans la file d’attente. Et oui !

William Forrester, surnommé « rideau » par les jeunes du quartier du Bronx où il vit, passe ses journées enfermé dans son appartement, d’où il observe les oiseaux et les jeunes qui jouent au basket. L’un d’eux n’est pas comme les autres : Jamal, pour s’intégrer dans le groupe, se contente à l’école de notes moyennes et, comme les autres, passe son temps sur le terrain. Il est d’ailleurs un joueur brillant. Mais son temps libre, il le passe aussi à lire — et à écrire. Une nuit, suite à un pari, il pénètre dans l’appartement de Forrester, dont il ignore le nom, et qui se trouve être l’auteur d’un seul et unique roman devenu mythique…

Petit bijou d’humanité et d’espoir, ce film à la fois drôle et bouleversant interroge la notion de transmission. Jamal n’a pas de père, et c’est bien ce rôle qu’accepte de jouer dans sa vie Forrester, lui apprenant à croire en ses rêves malgré le déterminisme social et racial (Jamal est noir) et lui apprenant, surtout, comment on devient écrivain. Les deux s’apprivoisent petit à petit, et chacun se transforme au contact de l’autre : Jamal mûrit, Forrester rajeunit et s’ouvre à nouveau au monde qu’il avait déserté de nombreuses années auparavant. Sean Connery est absolument éblouissant dans ce film où il incarne une figure d’écrivain bourru et en marge du monde, mélange d’Hemingway (pour le physique) et de Salinger (pour le côté misanthrope et solitaire ainsi que pour l’unique roman mythique), en nettement plus sympathique néanmoins.

Particulièrement intéressantes également sont les scènes en milieu scolaire, qui nous permettent de voir comment aux Etats-Unis l’étude des oeuvres littéraire va de pair avec l’écriture créative… comme je rêverais que ce soit le cas en France !

Bref : une pépite, un film drôle et touchant, à voir absolument et sans délai !

Finding Forrester (A la Rencontre de Forrester)
Gus VAN SANT
2001

(4 commentaires)

  1. «  » teach your chidren well «  » c’est à celà que je pense en me souvenant ( de loin car c’est loin ) de cet excellent film , à revoir …

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s