Romans

Nous sommes deux, de Marianne Rubinstein

Nous sommes deuxDeux jeunes dieux descendus de l’Olympe. Quand ils étaient enfants, Axel et Emma adoraient que leur mère raconte l’histoire de Léto, engrossée par Zeus, ce qui avait provoqué la colère d’Héra qui avait interdit à tous les lieux de la terre de l’accueillir. Léto avait fini par échouer sur une île errante et stérile où elle avait accouché des jumeaux Artémis et Apollon. Plus tard, Apollon nommerait cette île Délos (la Brillante) et la fixerait par quatre colonnes au centre du monde grec.

Je ne sais pas pourquoi, j’ai une obsession (encore une) pour le motif de la gémellité (pourtant je suis Poissons ascendant Lion, rien à voir). Bref, lorsqu’un roman aborde cette question, je peux difficilement résister à la tentation…

Emma et Axel sont jumeaux. Inséparables, ils ont toujours tout vécu ensemble, et cela n’étonne personne qu’ils choisissent de se marier le même jour. Mais Emma ayant décidé de se convertir à la religion de son futur conjoint, le judaïsme, les mariages ne pourront pas se faire avant un an. Et en un an, il s’en passe, des choses…

Avec subtilité, Marianne Rubinstein, dont c’est le quatrième roman, explore les liens entre les êtres et le poids que font peser sur eux les traditions et l’histoire : comment être soi lorsqu’on est empêtré dans des traditions qui nous dépassent ? Comment aller de l’avant quand pèsent sur nous les tragédies passées ? Ce n’est pas seulement la gémellité qui est abordée ici, mais plus généralement la famille. Le récit est à la troisième personne, mais les points de vue de chaque personnage alternent, se faisant écho les uns les autres, et constituent finalement un roman choral parfaitement maîtrisé qui interroge la notion d’identité. Et elles sont multiples, comme un échantillon de la société : les aristocrates catholiques (mais pas trop non plus), les juifs peu croyants mais attachés à leur culture, les classes moyennes perplexes devant cet attachement aux traditions. Histoires personnelles et histoires familiales se tissent, le désir circule, et on ne sait trop comment les personnages vont s’en sortir…

Une plume agréable, que je relirai avec plaisir et curiosité !

Nous sommes deux
Marianne RUBINSTEIN
Albin Michel, 2016

12 réflexions sur “Nous sommes deux, de Marianne Rubinstein

  1. Nos lectures se croisent. Billet à suivre. J’ai beaucoup aimé ! Moi, ce sont les mères de ces jeunes gens qui ont particulièrement retenu mon attention dans ce roman et le l’impact que constitue le mariage de leur enfant dans leur propre vie.

    J'aime

  2. J’ai beaucoup aimé (et heureusement on n’a pas trop trop insisté sur la gemellité), mais j’y allais de confiance car j’avais beaucoup aimé un de ses précédents romans, le Journal de YK (de mémoire)

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s