Elle se fait des films

Husbands and Wives, de Woody Allen

husbands_and_wives_ver2See, I will always have this penchant for what I call kamikaze women. I call them kamikazes because they, you know they crash their plane, they’re self-destructive. But they crash into you, and you die along with them.

Encore Woody Allen ? Oui, car je me suis donné l’objectif de tout voir/revoir. Celui-ci est l’un de ceux que je n’avais jamais vus. Sans doute parce que je n’aime pas, mais vraiment pas Mia Farrow, même si je dois lui accorder qu’elle joue extrêmement bien les névrosées (mais les joue-t-elle vraiment ?). Bref.

Jack et Sally se séparent. Si eux le vivent en apparence plutôt bien, leurs plus proches amis, Gabe et Judy, en sont totalement bouleversés… et toutes les cartes des relations conjugales vont être rebattues.

Comédie de moeurs assez grinçante, Maris et femmes interroge avec acuité le couple, l’amour et le sexe, l’usure du temps, les non-dits. Et l’âge : car le temps passe différemment pour les hommes et les femmes, semble-t-il, les premiers profitant de la séparation pour batifoler avec des proies beaucoup plus jeunes qu’eux, mais ont du mal à tolérer l’inverse. Assez classique donc, très Woody Allen, le film est surtout intéressant par son ambiance, ce milieu intellectuel et cultivé New-Yorkais, le réalisateur choisissant encore une fois d’incarner un écrivain fragile — ici, il enseigne l’écriture — et de construire son film sur le principe du témoignage : très cérébral, c’est un film ou, finalement, on parle plus qu’on agit. L’autre intérêt du film est son carambolage avec la réalité : sorti en 1992, il est le dernier où Allen fait tourner Mia Farrow, et pour cause, puisque c’est cette année-là qu’ils se séparent suite aux événements que l’on connaît, et qui sont finalement exactement le sujet du film. Qui du coup acquiert par-là un supplément de sens assez intrigant : est-ce l’art qui imite la vie ou l’inverse ? Quelle conscience avait Allen, en faisant le film, de ce qui allait suivre ?

Il y a des scènes drôles, mais l’ensemble est plutôt amer et désabusé : les couples se font, se défont, se refont mais rien ne va jamais totalement bien. Cela ne restera sans doute pas mon film préféré de Woody Allen, que j’ai du reste tendance à préférer sur sa dernière période !

Husbands and Wives
Woody ALLEN
1992

4 réflexions sur “Husbands and Wives, de Woody Allen

  1. Je suis d’accord, c’est un film assez mineur (avec jeux de mots…) de Woody Allen. Cela dit un film moyen pour lui reste un film au dessus de la moyenne de beaucoup d’autres. J’apprécie aussi ses films des débuts, dans lesquels sa fantaisie était plus débridée (prends l’oseille et tire toi) entre autres.

    J'aime

  2. Je suis assez perplexe face au travail de ce réalisateur. Parfois j’adore ses films ( une vraie préférence pour les plus récents comme Midnight in Paris, Match point, Blue Jasmine… ), parfois ce fut un vrai calvaire d’ennui ( Melinda Melinda, Annie Hall…). Et au milieu quelques ovnis comme Zellig ou Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe…sur lesquels je n’arrive pas à me faire un avis postif ou négatif. Tout ça m’intrigue et me donne envie de continuer à découvrir sa filmo. L’homme irrationnel est d’ailleurs très bien ( aussi grâce à Joaquim 😍 )

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s