Romans

Comment j’ai tué mon père, de Frédéric Vion

Comment j'ai tué mon pèreCe placard était celui de l’appartement où j’ai grandi. Il donnait contre le mur de ma chambre. Et l’arsenal, c’était celui de mon père, avec lequel il nous avait clairement fait comprendre qu’à la première occasion il nous buterait tous, mon frère, ma mère, et moi.

Décidément, les premiers romans de cette rentrée littéraire recèlent des textes très forts. Comment j’ai tué mon père en fait partie, clairement.

Élevé par une mère qui lui voue un culte, le père du narrateur a grandi avec l’idée qu’il était un être exceptionnel : égoïste, borné, beauf et vulgaire, il est aussi très violent et collectionne les armes avec lesquelles il menace de tuer tout le monde à la moindre incartade. Pas un pervers narcissique, comme c’est tellement la mode, mais un vrai connard, un tyran domestique qui fait régner la terreur sur sa famille jusqu’à sa mort. Comment grandir, comment se construire avec un père pareil ?

Dès le début, l’aspect brut, la violence sans fard prennent à la gorge, les mots cognent comme les poings de ce père, ce salaud ordinaire qui se croit viril en frappant sa femme et ses enfants, alors qu’il n’est qu’un pantin incapable de penser par lui-même. Mais le tour de force de ce roman est d’arriver à parler de l’effroyable, et de la manière d’y échapper, en somme de « tuer le père » (au sens psychanalytique, même si le narrateur y pense au sens premier et le lecteur avec lui), sans être larmoyant ni sombrer dans le pathétique : au contraire, il fait preuve d’une grande ironie. Et d’une grande lucidité : ce n’est pas une plainte, mais une analyse presque sociologique des ressorts de la violence ordinaire, de la banalité du mal, dans un milieu que l’on croirait épargné. Si le déterministe est en partie historique et géographique, celui de la Moselle et de la fin d’un monde dans les années 80, et que le narrateur se livre à une enquête sur sa famille, le fait est que de par leur profession, le père et la mère appartiennent à la classe moyenne : flic pour lui, enseignante pour elle. Très éduquée, elle se laisse pourtant faire, accepte tout, les humiliations et les coups, et clairement ça fait un peu mal au féminisme, même quand on sait que dans ces cas-là ce n’est pas si facile qu’on croit, bien sûr

Un roman fort, percutant, parfaitement maîtrisé, une histoire de résistance et de résilience qui ne peut pas laisser insensible !

Comment j’ai tué mon père
Frédéric VION
Flammarion, 2015

RL201533/36
By Hérisson

68 premières fois8/68
By Charlotte

16 réflexions sur “Comment j’ai tué mon père, de Frédéric Vion

  1. Il y a quelques semaines, j’ai vu l’interview de Frédéric Vion, effectivement journaliste, qui était invité à parler de son livre et il m’a vraiment donner envie de le lire. Tu confirmes donc mon ressenti. Ce qui m’a surprise c’est son analyse presque clinique, psychologique et sociologique de sa famille, de son père, de toute une région sinistrée. Mais surtout, ce qui m’a bluffée c’est de voir comment l’auteur a réussi à se construire malgré une enfance et une adolescence qui ont dû être atroces. Lors de l’entretien, il expliquait son espèce de fuite en avant et son incroyable recul laisse pantois : j’avais devant moi un adulte intelligent, déterminé et bien dans sa peau !

    J'aime

  2. Bonjour Depuis ces premières apparitions sur antenne 2, je suis avec beaucoup d’attentions Frédéric. Homme très cultivé, doux, concis, ayant toujours, une très bonne analyse sur la presse. A chaque chronique , je suis fan. Ces analyses sont toujours justes. Personnellement, je le préfère à son collègue trop prétentieux et nombriliste. Je m’empresse de me procurer son livre. …

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s