récits et chroniques

Je n’ai pas eu le temps de bavarder avec toi, de Brahim Metiba

Je n'ai pas eu le temps de bavarder avec toiCe monde de mon père est un monde qui m’est complètement fermé, et autour duquel je glisse, avec à la fois de l’attirance et de la frustration de ne rien comprendre.

Après le très beau Ma Mère et moiBrahim Metiba consacre le second volet de sa trilogie familiale à l’autre partie du couple parental, son père, avec qui la communication est également compliquée.

Avant de repartir pour l’Algérie, le père du narrateur lui laisse un mot, sur lequel il regrette de ne pas avoir eu le temps de « bavarder » avec lui. Pourtant, bavarder, il ne le font jamais, et c’est la première chose étrange. La seconde est qu’il lui laisse également un ticket de bus. Drôle de cadeau, dont le narrateur décide de faire un parcours de bavardage entre son père et lui, en montant dans le premier bus, sans réfléchir, sans but.

Très belle déclaration d’amour à son père, cet étonnant petit texte est construit sur une errance : au fil des heures et des lignes de bus, le narrateur essaie de pénétrer le monde de son père, auquel il n’a pas accès. Ce père qui ne lit que le journal et se passionne pour le sport, alors que lui est plutôt un intellectuel. Même s’ils parlent la même langue, ils n’ont pourtant pas le même langage, et encore une fois nous sommes mis face à l’incommunicabilité, l’irréductible étrangeté des êtres qui nous sont les plus proches — incommunicabilité qui n’empêche pourtant pas de s’aimer. Si le premier volume tissait son intertextualité avec Le Livre de ma mère d’Albert Cohen, celui-ci semble plutôt dialoguer avec La Place d’Annie Ernaux. Mais, toujours, la littérature permet de dire les choses complexes du monde et des relations entre les êtres.

Bourré de tendresse, souvent émouvant, ce petit texte est encore une fois une très jolie réussite !

Je n’ai pas eu le temps de bavarder avec toi
Brahim METIBA
Mauconduit, 2015

RL201527/30
By Hérisson

9 réflexions sur “Je n’ai pas eu le temps de bavarder avec toi, de Brahim Metiba

  1. Le titre est très beau, la communication est parfois difficile entre membre d’une même famille, la pudeur aussi entre en ligne de compte. Il a l’air magnifique ce livre !!

    J'aime

  2. Pingback: La Voix de Papageno, de Brahim Metiba | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s