Elle lit de la poésie

Les Clameurs de la Ronde, d’Arthur Yasmine

Les Clameurs de la RondeSe battre dans la ronde. Chercher à l’aimer pleinement. Nier tout dans le fracas des comètes. Dire oui par l’ouverture du ciel. Faire jaillir la parole comme un poignard. La faire briller comme un talisman. La mettre à l’épreuve de l’existence. Ecrire à nouveau. Vivre encore. — Être poète. — Pour tout ça.

Parce qu’il n’y a pas que le roman dans la vie, parlons un peu de poésie en ce jour d’hui.

La poésie est-elle morte ? Arthur Yasmine veut nous montrer que non, qu’elle est toujours parole essentielle et feu sacré, à travers ce recueil, véritable manifeste à la fois moderne et classique, magnifiant la forme séculaire du sonnet, proposant des fragments d’élégies, des poèmes en vers libres, en prose. Mais aussi une étrange correspondance amoureuse.

C’est beau. C’est fulgurant. Ce recueil porte en lui l’héritage de la poésie depuis Orphée, et s’installe dans une intertextualité intelligente où les textes du passé répondent au présent. Il y a du Baudelaire, du Rimbaud, du Nerval chez Arthur Yasmine, sans concession avec la poésie d’aujourd’hui, parfois même assez provocateur dans l’évocation de la condition d’être poète, mais habité par une urgence vitale. L’amour. La poésie. La Révolte.

Un recueil très court, très touchant, une plume à découvrir !

Les Clameurs de la Ronde
Arthur YASMINE
Carnet d’Art, 2015

un commentaire

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s