Romans

Animarex, de Jean-François Kervéan

AnimarexOn meurt longtemps avant la fin. S’en aller est notre pente. Louis me l’a appris sans m’en parler — Louis ne disait jamais rien. Si la plupart des êtres ne songent pas à mourir, lui n’a pensé qu’à cela. Sa certitude était de disparaître et contre ce trou, régner ne fut qu’un paravent. Sans arrêt il décédait, même en rêve. Louis était Roi de France, je sais bien, mais être marchand, lingère ou à mi-temps aux PTT n’est pas essentiel de mon point de vue. Ici-bas, chacun se fabrique une couronne. Tout homme est souverain. Et lorsqu’il meurt, il est le premier à mourir.

Encore un roman d’après une histoire vraie* : Jean-François Kervéan, que je connaissais jusqu’à présent uniquement comme chroniqueur dans Ça balance à Paris bien qu’il ait publié trois romans avant celui-ci, redonne vie à Louis XIV.

Ce roman aurait pu s’intituler Les jeunes années d’un roi puisque c’est à l’enfance, à l’adolescence et à la vie de jeune adulte de Louis XIV, alors ni roi Soleil ni Etat, qu’il s’attache, avec comme point central l’histoire d’amour avec la nièce de Mazarin, Marie Mancini.

Le mode de narration est de prime abord déconcertant et déroutant : la narratrice, c’est en effet l’âme du roi, Anima Rex, détachée de l’espace et du temps, qui choisit pour nègre l’auteur. Le procédé est amusant, et donne une véritable originalité à ce roman dont se dégage une véritable gaieté et joie de vivre. Loin de l’image parfois un peu compassée que l’on peut avoir de celui qui est resté dans l’histoire comme un monarque absolu pas franchement sympathique, il nous donne à voir sa jeunesse un peu folle, les fêtes, le faste, le goût du luxe et du faste au côté de la jeune cour. Ce sont des enfants qui s’amusent, et l’ambiance n’est pas sans rappeler le Marie-Antoinette de Sofia Coppola : quelque-chose d’un peu rock n’ roll, de coloré, de dynamique. Une vie inimitable où les personnages sont en quête du bonheur, de la liberté, et où le désir s’apprend. Avant que les réalités de la vie, de la politique et de l’exercice du pouvoir ne viennent mettre un terme à la parenthèse enchantée de la jeunesse.

Un très joli roman, très dynamique et original, qui se savoure comme un bonbon coloré, et qui permet de voir Louis XIV d’un autre oeil.

Et si vous voulez en savoir plus sur le Roi mais à une autre période, sachez que le château de Versailles et Orange lanceront cet automne un MOOC culturel gratuit destiné au grand public. Il permettra au plus grand nombre de découvrir et d’approfondir ses connaissances sur la vie de Louis XIV à Versailles. Ce MOOC accompagnera l’exposition Le roi est mort présentée au château de Versailles du 27 octobre 2015 au 21 février 2016 à l’occasion du tricentenaire de la mort du Roi Soleil. Les inscriptions ont commencé le 1er septembre pour un début de cours programmé le 26 octobre.

*Je vous parlerai bientôt de celui qui porte effectivement ce titre

Animarex
Jean-François KERVÉAN
Robert Laffont, 2015

RL201514/18
By Hérisson

8 réflexions sur “Animarex, de Jean-François Kervéan

  1. Pingback: La Naissance du sentiment, de Jean-François Kervéan | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s