Romans

La Petite Femelle, de Philippe Jaenada

La Petite FemelleDans l’arène du Palais de Justice de Paris, Pauline Dubuisson a combattu toute seule, en éclaireuse, face à une génération entière, celle d’avant-guerre, face même à des centaines d’années de vertu hypocrite (de mes fesses) et de domination masculine, face à une société qui ne voulait pas d’elle, qui ne voulait pas des filles comme elle — que le ciel l’en préserve. Elle n’était que ça, une fille, autant dire pour eux presque rien, mais elle les a regardés droit dans les yeux, les vieux maîtres, vaillamment, irrévérencieuse, elle n’a jamais baissé la tête, ne s’est jamais tordu les doigts en sanglotant de honte, comme doit le faire une femme, elle n’a pas poussé de cris hystériques ni ne les a suppliés de lui pardonner, et cette résistance frontale, cette insolence les a rendus fous. De rage. Ils l’ont vaincue, évidemment, ils l’ont détruite.

On ne peut pas dire que ma première rencontre avec Philippe Jaenada ait été un franc succès : j’avais détesté La Femme et l’ourset j’en était restée là, convaincue que cet auteur n’était pas pour moi, malgré la séduction qu’avait tout de même exercée sur moi son écriture désinvolte et ne manquant pas d’humour. Mais depuis son dernier roman, Sulak, Jaenada a pris un nouveau tournant, le conduisant à parler de quelqu’un d’autre et non plus de lui. Je l’avais écouté avec beaucoup d’intérêt lors de l’avant-dernier salon du livre, et sa présentation de son roman lors de la réunion de rentrée littéraire de Julliard/Laffont m’a intriguée.

Ce roman naît d’une obsession pour Pauline Dubuisson, et de la volonté à la fois de la comprendre et de savoir qui elle était vraiment, loin des a priori et peut-être des mensonges, fussent-ils romanesques, qui ont été écrit sur elle. Ce pourrait être une enquête ou une biographie, mais Jaenada, tout en restant dans les limites de ce qu’on sait et sans rien inventer, fait pourtant bien oeuvre de romancier en donnant à Pauline Dubuisson un destin sur-mesure. Celui d’une femme en avance sur son temps, jugée non pour ce qu’elle avait fait, mais pour ce qu’elle était : une femme libre et indépendante, qui refuse les normes et la morale bourgeoise et religieuse de son époque — un peu comme Meursault, finalement, condamné non parce qu’il a tué, mais parce qu’il n’a pas pleuré à l’enterrement de sa mère.

Pauline Dubuisson, donc, est en 1953 condamnée aux travaux forcés à perpétuité pour le meurtre de son ex petit-ami, Félix Bailly. Si elle échappe à la guillotine, ce n’est bien que parce que depuis la Libération on n’exécute plus les femmes en France, et qu’on lui accorde donc les circonstances atténuantes pour ne pas avoir à prononcer la sentence fatale. Pourtant, tout a été fait au cours d’un procès qui tient plus à une mascarade qu’à un acte de justice, pour faire d’elle un monstre, et transformer ce qui était sans doute un crime passionnel en meurtre avec préméditation perpétué par une calculatrice froide et machiavélique.

La thèse choisie par Jaenada et le fil rouge du roman, c’est la théorie du bouc-émissaire. Pauline Dubuisson, parce qu’elle a couché avec des Allemands pendant l’Occupation, incarne le Mal dont il faut purger la société. Parce qu’elle n’est pas une femme soumise et asexuée, parce qu’elle veut faire des études et avoir une carrière au lieu d’être gentiment mère au foyer, parce qu’elle a des désirs et qu’elle les assume, parce qu’elle est trop belle et qu’elle fait trembler le pouvoir masculin, il faut la détruire. Alors on la charge de tous les maux : grâce à une enquête sérieuse, le romancier montre bien comment certains faits sont grossis, se transforment et deviennent mensonges, comment la presse façonne l’opinion publique, comment le procès s’est fait uniquement à charge. Comment Pauline Dubuisson est devenue, finalement, une victime de la société. Et l’auteur ne pardonne pas : profondément féministe, le roman s’attaque à ceux qui n’ont pas été honnêtes et ont sacrifié une femme qui avait sans doute commis des erreurs, mais qui ne méritait sans doute pas un tel acharnement.

Pauline Dubuisson pourrait être une héroïne tragique, et elle l’est par certains côtés, la fin est particulièrement émouvante sinon cathartique. Jaenada s’intéresse à l’après, à la prison, et on pourrait espérer que Pauline ait droit à sa rédemption. Ce ne sera pas le cas.

Mais Jaenada désamorce constamment le processus du pathos en n’effaçant jamais le « je » de l’enquêteur qui commente, fait des comparaisons loufoques, met en scène l’écriture même du roman et n’hésite pas à raconter quelques anecdotes un peu hors de propos mais tout de même très drôles.

Un roman excellent, qui se lit rapidement malgré son nombre conséquent de pages grâce à une véritable énergie narrative ! A lire absolument, il m’a réconciliée avec Philippe Jaenada !

La Petite Femelle
Philippe JAENADA
Julliard, 2015

RL201511/12
By Hérisson

21 réflexions sur “La Petite Femelle, de Philippe Jaenada

  1. Je l’ai vu à la librairie et effectivement c’est un bon pavé. Je ne le lirai pas tout de suite car je voulais déjà lire celui de Jean-Luc Seigle qui a paru à la dernière rentrée littéraire et qui parle aussi de Pauline Dubuisson.

    J'aime

  2. Je vais le lire, car j’avais beaucoup aimé Sulak, mais je suis intriguée par le fait que deux livres sur Pauline Dubuisson soient publiés en moins d’un an et je suis curieuse de voir le parti pris de Jaenada, ayant déjà lu « Je vous écris dans le noir » de JL Seigle

    J'aime

  3. Il attend bien sagement dans ma PAL et j’ai vraiment très envie de le découvrir. L’histoire de Pauline Dubuisson est vraiment passionnante et elle en dit long sur la société de l’époque.

    J'aime

  4. Comme Eva j’ai bien envie de lire cet ouvrage pour comparer la façon de Jaenada d’aborder le sujet avec celle de Jean Luc Seigle (coup de coeur en ce qui me concerne pour « je vous écris dans le noir).

    J'aime

  5. J’ai découvert Jaenada avec Sulak lors de la précédente rentrée littéraire, aussi je n’avais pas ton a priori en achetant La petite femelle, que je compte bien dévorer rapidement. Merci pour ce beau retour 🙂

    J'aime

  6. Et bien moi je n’aime pas…le sujet & la façon de l’aborder n’y est pour rien, c’est le point fort de ce roman.
    Mais toutes les anecdotes hors propos (ses beuveries, ses relations avec les femmes, l’histoire de la culotte petit Bateau, Brigitte Bardot & sa TS….) alors là c’est trop!! il essaie de faire du roman journalistique; il faut choisir

    Je le lis car nous allons dans un groupe de lecture en discuter avec celui de Seigle

    J'aime

  7. Pingback: La petite femelle - Philippe Jaenada | Micmélo LittéraireMicmélo Littéraire

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s