Elle aime le théâtre et l'opéra

Les Monologues du vagin, d’Eve Ensler

Monologues du vaginLes vagins sont beaux. Notre haine de nous-même n’est que la forme intériorisée de la répression et de la haine de la culture patriarcale.

Il y a une dizaine d’années, j’avais vu cette pièce au théâtre, et elle m’avait fait une très forte impression, à tel point que j’avais essayé de me procurer le texte. Mais, làs, il était à ce moment là épuisé, et j’avais lâché l’affaire. Mais aujourd’hui, les éditions Denoël le rééditent dans une nouvelle traduction, et j’en ai profité pour le lire avec un plaisir non dissimulé.

A partir de plus de deux cent entretiens au cours desquels elle a interrogé des femmes de tous âges et de toutes conditions sur leur vagin, Eve Ensler a écrit une pièce constituée d’une série de monologues ponctués de moments encyclopédiques. Plus monologues sur le vagin d’ailleurs que véritables soliloques où cette partie du corps aurait directement la parole comme dans le fabliau du Moyen-Âge Le chevalier qui faisait parler les cons ou Les bijoux indiscrets de Diderot, ces petits textes abordent de façon à la fois poétique et humoristique, émouvante et tendre, parfois sensuelle, des questions aussi diverses que la jouissance, les poils, les règles, le clitoris, le viol, l’accouchement et les femmes fontaines.

Dire que ce texte est jouissif est un peu facile, mais j’aime bien, à l’occasion, céder à la facilité, donc je le dis : ce texte est jouissif. Mettant à distance l’omerta sur le sexe des femmes (très bien analysé, rappelons-le, par Diane Ducret), il libère la parole et établit ce lien entre les mots et les choses qui est à la base de la littérature. C’est un éloge du féminin, du corps féminin, du plaisir féminin contre la culture patriarcale. Résolument féministe et indispensable, à mettre entre toutes les mains, notamment celles des garçons, pour qu’ils n’aient plus peur…

A lire aussi, impérativement : l’excellent et passionnant avant-propos de Gloria Steinem !

De mon côté, cette lecture m’a donné envie de revoir la pièce !

Les Monologues du vagin
Eve ENSLER
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Lili Sztajn
Denoël, 2015

28 réflexions sur “Les Monologues du vagin, d’Eve Ensler

  1. Eve Ensler a été reçue au titre de docteur honoris causa de notre université de Louvain-la-Neuve au même titre d’ailleurs que l’écrivain André Brink, en chaise roulante, décédé dans l’avion qui le ramenait en Afrique du Sud et un journaliste français engagé Jean-Claude Guillebaud. Eve Ensler, en plus d’avoir écrit ce texte fondamental, a parlé aussi de son engagement en Afrique pour soutenir les femmes et leurs combats. C’est une toute petite dame, très sympathique, d’un abord facile (elle faisait des photos avec les étudiants qui le lui demandaient après la cérémonie)…. Bref, j’était très contente d’avoir pu mettre un visage et un corps sur un texte qui n’en manquait pas, en plus du reste !

    J'aime

  2. Ouiiii j’ai vu cette pièce … évidemment j’avais adoré ! Avec des moments forts, des moments intimes, des mots tendres, des mots durs, et des rires aux larmes ! Lire sera une autre ballade… je vais le chercher c’est certain 😀

    J'aime

  3. J’ai parlé de son nouveau livre et bien sûr relié à celui-ci, enfin plutôt l’interprétation multiple par différentes comédiennes de ses textes durant la pièce. Mais aucun théâtre la poursuit actuellement même si ces mots sont actuels, pour les femmes, pour se connaître, se comprendre, ne plus être seule, pour les hommes, pour dépasser le tabou et le mystère, sans la version porno immonde, mais bien ici avec des mots évocateurs. Un texte féministe, féminin et intime, à lire à deux aussi !

    Amitiés

    J'aime

  4. J’avais vu la première version théâtre en France il y a pas loin de 20 ans. J’avais adoré ! Et 20 ans plus tard, cette pièce rencontre toujours autant de succès !

    J'aime

  5. J’ai vu cette pièce au Petit Théâtre de Paris, il y aune dizaine d’années aussi, je crois, j’avais adoré ! On m’a offert le livre mais je ne l’ai pas encore lu…

    J'aime

  6. J’ai trouvé que l’avant-propos était presque plus intéressant que le texte même. Mais c’est peut-être parce que je ne l’ai pas vu au théâtre.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s