Romans

Les vacances du fantôme, de Didier van Cauwelaert

Les vacances du fantômeAlors seulement j’entrevois que le restant de ma vie se passera dans la peau d’un autre, avec ses goûts, ses habitudes, qui me sont totalement étrangers. Le restant de ma vie… Dans le miroir j’ai — il a — cinquante ans, au moins. Trente ans, j’ai fait un bond de trente ans en une nuit, cette femme veut faire l’amour et des gestes me traversent l’esprit, qui sont les miens. Si je m’approche, elle va s’apercevoir que ce n’est pas moi, et la perspective de sa réaction me paralyse, comme si le fait d’être découvert allait me fermer à jamais une porte de sortie.

Je sais, je vous entends soupirer d’ici. « Encoooooore ». Oui, mais ceci est un Didier van Cauwelaert vintage, son troisième roman pour être précise, donc un des rares que je n’avais jamais lus (en gros : les trois parus au Seuil après Vingt ans et des poussières, et 3 ou 4 autres) et sur lequel je suis tombée l’autre jour chez le meilleur bouquiniste du monde. Vous vous doutez bien que ce coquin me faisait de l’oeil et m’aguichait pour que je le lise avant tous les autres. Donc, voilà.

Qu’est-ce que vous feriez si vous vous réveilliez un matin dans la peau de quelqu’un d’autre ?

C’est ce qui arrive à Roger Croutin, jeune boucher et catcheur d’une vingtaine d’années, qui se réveille ce matin-là dans la peau d’Antoine de Latour-Jacob, célèbre avocat d’une cinquantaine d’années. Roger pense être mort et que le corps d’Antoine et sa réincarnation, et à vrai dire, entre la délicieuse épouse de l’avocat et sa fortune, il pense être plutôt bien tombé, lui qui estimait sa vie minable. Mais en se rendant à la boucherie, et se rend compte qu’en fait, l’esprit d’Antoine est dans son corps : chacun est obligé de vivre la vie de l’autre. Situation improbable, qui occasionne nombre de scènes cocasses, de quiproquos, de maladresses, d’impairs et de pieds dans le plat.

Si le point de départ est fantastique, le traitement ne l’est pas vraiment, car passée la stupeur de départ, le personnage ne cherche que peu le pourquoi du comment et ce qui est intéressant dans ce roman, c’est la manière dont cette situation somme toute assez peu vraisemblable permet d’interroger la question de l’identité : on ne peut pas imaginer personnes plus dissemblables qu’Antoine et Roger, ne serait-ce que socialement, et cela donne un savoureux choc des cultures ; et pourtant, petit à petit l’un déteint sur l’autre, comme s’il y avait intercommunication des inconscients. Un peu comme dans Le Coeur d’une autre de Tatiana de Rosnay, c’est comme si le corps avait le pouvoir de modifier l’esprit, ici parce que le corps semble avoir des informations mémorielles comme des noms ou des faits, qui arrivent au narrateur de manière impromptue. Et, petit à petit, le corps prend possession de l’esprit. Ou alors ce n’est pas tout à fait ça.

En tout cas, toute la fin se lit comme un thriller politique qui ne manque pas de verve satirique, et l’ensemble pose une réflexion intéressante sur les nouveaux départs dans l’existence : chacun, Antoine et Roger, était arrivé à saturation de sa vie, et l’échange des situations leur donne un vrai coup de fouet.

Je recommande chaudement, évidemment : le talent de conteur de Cauwelaert, qui sait nous faire rire et nous emmener dans ses histoires, fait mouche encore une fois !

Les vacances du fantôme
Didier van CAUWELAERT
Seuil, 1986 (Points, 1988)

10 réflexions sur “Les vacances du fantôme, de Didier van Cauwelaert

  1. J’imagine ta joie devant ce bouquiniste. Tu n’étais pas encore née qu’il écrivait déjà. Le sujet est intéressant et initie parfaitement l’univers de l’auteur.
    Il ne te reste plus qu’à chercher les trois romans manquants.

    J'aime

  2. Cet auteur je l’ai peu lu, mais j’avais passé un bon moment. Et surtout j’adore le thème, changer de corps, voir la vie autrement, avec tous les quiproquos possibles. Je le garde en mémoire 😉

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s