Elle se promène

Yves Saint Laurent 1971 – La collection du scandale, à la fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent

affiche_yves_saint_laurent_1971Ce que je veux ? Choquer les gens, les forcer à réfléchir. Ce que je fais a beaucoup de rapport avec l’art américain contemporain… Les jeunes, eux, n’ont pas de souvenirs. Yves Saint Laurent

Compte-tenu de mon amour immodéré pour Yves Saint Laurent, il était évident que mes pas ne tarderaient pas à me mener à la fondation pour voir cette exposition, consacrée à l’une des exposition du Maître ayant le plus marqué les esprits.

Le 29 janvier 1971, Yves Saint Laurent présente la collection dite «Libération» ou «Quarante», inspirée par la mode de ces années marquées par la guerre. Robes courtes, semelles compensées, épaules carrées, maquillage appuyé : ces références au Paris de l’Occupation font scandale. Violemment critiquée par la presse, la collection donne pourtant toute son ampleur au courant rétro qui envahira rapidement la rue et marquera un tournant dans l’histoire de la mode contemporaine, et l’exposition nous invite à jeter un œil à ces créations scandaleuses.

Dans l’écrin luxueux de la Fondation, la scénographie nous plonge dans des planches de collections géantes devant lesquelles s’exposent quelques uns des éléments de ce fameux 29 janvier : tailleurs, manteaux, ensembles pantalons, habillé, soir court, soir, les vêtements mais aussi les accessoires, les photos et les croquis de l’artiste s’offrent au regard du visiteur. Les phrases les plus cinglantes extraites de la presse couvrent tout un pan de mur. On assiste à tout le processus de création du modèle n°13. Une tablette numérique à feuilleter nous donne accès aux croquis originaux, échantillons de tissu, fiches de manutention.

Des vêtements sublimes, intemporels : les tissus, les coupes sont d’une grande modernité, et pour certains ont pourrait sans problème les porter demain…

Comme toujours à la Fondation, une très belle exposition : petite, mais d’une grande richesse, avec une scénographie soignée et claire. En plus, j’étais toute seule pour la visiter, j’ai donc pris un plaisir fou, même si malheureusement, les photos sont interdites…

Yves Saint Laurent 1971 – La collection du scandale
Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent
5 avenue Marceau / 3 rue Léonce Reynaud (Paris 16°, métro Alma-Marceau)
Jusqu’au 19 juillet

(6 commentaires)

  1. Bonjour,
    C’est amusant parce qu’en voyant l’affiche dans le métro j’ai pensé à toi !
    As-tu vu Gautier au Grand Palais ? Très absente faute de temps je n’ai pas suivi attentivement mais je n’ai pas eu l’impression de voir passer un article à son sujet sur tes pages.
    Bon week-end
    Anne

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s