Elle se fait des films

Paris, de Cédric Klapisch

ParisEn France, quand on est chercheur, on cherche surtout à joindre les deux bouts.

Un film qui m’avait totalement échappé, et je me demande d’ailleurs comment. Mais lorsque l’autre jour je suis tombée dessus, totalement par hasard et en cherchant totalement autre chose (magie de la sérendipité), j’ai absolument voulu le voir. Il faut dire qu’on a ici un casting de rêve : une ribambelle de comédiens talentueux (je ne les citerai pas tous), et la plus belle ville du monde. Que demander de plus ?

C’est un film choral, un chassé-croisé. Des maraîchers, une boulangère, une assistante sociale, un danseur, un architecte, un SDF, un prof de fac, une mannequin, un clandestin camerounais… Tous ces gens, que tout oppose, se retrouvent réunis à Paris. Certains se connaissent, ils sont frères et sœurs ou amis. D’autres vont se rencontrer, peut-être tomber amoureux. Leur vie n’est pas exceptionnelle, mais c’est leur vie…

Il y a dans ce film des choses vraiment très belles, à commencer bien sûr par la magie de Paris et les vues de la ville qui rendent tout plus poétique, mais pas seulement : certains moments sont très réussis, très beaux, très frais, pleins d’amour et de vie. Certains personnages sont extrêmement attachants et on a envie de les voir heureux. D’autres le sont moins, et certaines scènes me semblent tomber un peu à plat. Mais dans l’ensemble, c’est un film agréable avoir, Klapisch réussit à saisir l’essence des petites choses, des petits riens, des vies qui se font et se défont juste à côté de nous sans que nous nous en rendions toujours compte. Il se dégage à la fois une grande douceur, un petit grain de folie, mais aussi une certaine mélancolie. Comme dans la vie…

Un film à voir pour les amateurs de comédie dramatique et pour les amoureux de Paris !

Paris
Cédric KLAPISCH
2008

(16 commentaires)

  1. Je l’ai vu il y a très longtemps et j’en garde vraiment un très mauvais souvenir ! J’avais trouvé le casting pas très bon justement (à part Binoche, Luchini et Cluzet), les portraits-croisés assez ratés et l’ensemble ultra chiant même interminable.

    J'aime

  2. J’avoue que je n’ai pas trop accroché à ce film là, la preuve est que j’en garde un souvenir très flou. J’aime beaucoup ce genre de format par contre, le coté « tranches de vie » où chacun se croise à un moment donné. Mais l’histoire en elle-même ne m’avait pas convaincue. En plus délirant il y a Paris, Je t’aime, où plusieurs petites scènes sont mises bout à bout et nous montrent tout Paris. Chaque scène est réalisée par un réal différent, et ça donne un mélange vraiment chouette.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s