Elle lit des textes biographiques et autobiographiques

Mets et merveilles, de Maryse Condé

Mets et merveillesCertes ces deux passions ne pouvaient entièrement se comparer. La cuisine renvoie à l’origine animale de l’homme et il ne suffit pas d’élaborer des préparations compliquées pour masquer cette vérité. Faire à manger ne relève pas des activités dites nobles comme celles qui consistent à assembler des couleurs pour peindre un tableau ou à chercher des rimes.  Cependant je compris très vite que, malgré leurs dissemblances, ces passions ne devaient pas être radicalement dissociées. Subtilement elles partageaient des points communs.

A mon grand regret, je n’avais jusqu’à présent jamais rien lu de Maryse Condé, faute de véritables occasions. Mais lorsque j’ai vu son sujet, je me suis dit que ce texte autobiographique serait une bonne entrée en matière.

Il s’agit d’une autobiographie culinaire et gustative : née à la Guadeloupe et depuis toujours intéressée par la manière dont les mets se préparent, Maryse Condé a beaucoup voyagé au cours de sa vie grâce à ses activités universitaires et littéraires, ce qui lui a permis d’appréhender de nombreuses manières de considérer la nourriture.

Si le livre ne contient aucune recette, il met pourtant les papilles en éveil tant Maryse Condé sait parler des bonnes choses : très sensuel, le texte est plein de couleurs, d’odeurs et bien sûr de saveurs, des saveurs du monde entier que la narratrice s’approprie avec une grande créativité et une grande inventivité pour ainsi dire « instinctive ». Elle n’a pas réellement appris à cuisiner, mais elle sait improviser et s’approprier les plats des pays qu’elle visite. Ce qui ne laisse pas d’en étonner beaucoup, tant il paraît évident qu’une femme doit choisir entre le culinaire et l’intellectuel ; or Maryse Condé ne choisit pas, pour elle les deux aspects font partie intégrante de sa personnalité, et c’est ce qui rend les choses intéressantes car le motif culinaire lui permet d’aborder bien d’autres sujets et de mener des réflexions souvent profondes, sur la société, mais surtout sur l’identité puisque Maryse Condé a toujours eu des rapports un peu complexes avec la sienne, renforcée d’ailleurs aux Etats-Unis et certaines remarques au sujets des noirs américains/noirs non-américains ne sont pas sans rappeler Adichie.

Mais le plus passionnant, je crois, c’est l’impression, à travers tous les voyages, que la nourriture relie les êtres mieux que ne saurait le faire même la littérature, et que le véritable cosmopolitisme, peut-être, est culinaire : Les plats n’ont pas de nationalités. Ils ne s’adressent pas à une communauté spécifique et son offerts au goût et à la fantaisie de chacun. On ne saurait mieux dire !

Un texte où les nourritures terrestres se mêlent avec brio aux nourritures intellectuelles, à lire assurément !

Mets et merveilles
Maryse CONDÉ
JC Lattès, 2015

(11 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s