Romans

Vacances dans le coma, de Frédéric Beigbeder

vacances dans le comaChroniqueur-nocturne, concepteur-rédacteur, journaliste-littéraire : Marc n’exerce que des métiers aux noms composés. Il ne peut rien faire entièrement. Il refuse de choisir une vie plutôt qu’une autre. De nos jours, selon lui, « tout le monde est fou, on n’a plus le choix qu’entre la schizophrénie et la paranoïa : soit on est plusieurs à la fois, soit on est seul contre tous ». Or, comme tous les caméléons (Fregoli, Zelig, Thierry Le Luron), s’il y a une chose qu’il déteste, c’est bien la solitude. Voilà pourquoi il y a plusieurs Marcs Marronniers.

Je fais partie des gens qui aiment énormément Frédéric Beigbeder. Je le trouve d’une grande profondeur derrière sa frivolité cynique, et la vision du monde qui transparaît dans ses romans est, à de nombreux égards, la mienne. Mais je n’ai pas encore tout lu, et par chance je suis tombée l’autre jour, chez le meilleur bouquiniste du monde, sur deux de ses romans, dont celui-ci, qui est son deuxième.

Vacances dans le coma raconte une nuit dans la vie mondaine de Marc Marronnier, l’alter-ego de l’auteur. A 19h, il reçoit un carton d’invitation pour l’inauguration d’une nouvelle boîte de nuit, « les chiottes » (d’où ma photo…). Une soirée qui s’annonce mouvementée…

Tout est là : cynique, désabusé, mélancolique et cruel, le roman ne manque pourtant pas d’une grande lucidité sur ce qu’est ce monde la la fête permanente, où l’on s’étourdit d’alcool, de drogue et de nouveauté pour ne pas penser à l’essentiel : l’absurdité de la condition humaine. En cela, le roman est très camusien (il y a d’ailleurs une référence claire au mythe de Sisyphe). Mais il m’a surtout fait penser à l’univers de Vian avec ce motif de la fête et de l’hédonisme qui est sapé de l’intérieur par l’omniprésence de la mort : le Titanic est en train de couler, nous sommes tous foutus, alors dansons en attendant l’issue tragique. Du coup, toute la fantaisie est désespérée, et Beigbeder s’attache à brouiller la référentialité, ne serait-ce que dans la liste des invités où se côtoient personnes réelles et êtres de fiction créés par lui ou par d’autres (Patrick Bateman ou Jean-Baptiste Grenouille).

Et pourtant, tout n’est pas si noir, car l’amour sauve tout. Car, malgré son cynisme, ce qui est admirable chez Beigbeder, c’est sa foi inébranlable dans l’amour et son pouvoir rédempteur…

Un roman que j’ai énormément aimé, mais à réserver à ceux qui aiment l’auteur : ceux qu’il horripile seront probablement horripilés…

Vacances dans le coma
Frédéric BEIGBEDER
Grasset, 1994 (Livre de poche, 1996)

10 réflexions sur “Vacances dans le coma, de Frédéric Beigbeder

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s