Elle regarde la télé

Les Revenants

CANP_1210059_REVENANTS_COUTEAU_SS_DATE_Abribus.indd_NjpgJe crois que les personnes qu’on a aimées continuent à vivre en nous.

Cela faisait longtemps que j’avais envie de voir cette série. Depuis le début en fait, lorsque j’avais reçu le trailer. Et puis, n’ayant pas Canal+, j’étais passé à autre chose. Mais voilà : Emmanuel Carrère en parle au début du Royaume puisqu’il a participé aux débuts de l’aventure (et les deux ne sont pas sans liens) et j’avais à nouveau très envie de le voir. L’autre jour, quitte à sacrifier mon sommeil, je me suis fait une soire binge watching de la saison 1.

Dans une ville de montagne dominée par un gigantesque barrage, le même jour, plusieurs personnes d’âges et de milieux différents, tous désorientés, cherchent à rentrer chez eux. Ils ne savent pas encore qu’ils sont morts depuis plusieurs années, qu’ils n’ont pas vieilli et que personne ne les attend plus. Déterminés à reprendre une place qui n’est plus la leur, chacun découvre peu à peu qu’il n’est pas le seul. Et leur retour s’accompagne de dérèglements croissants.

Evidemment, ce qui fait la force de la série, outre qu’elle est impeccablement filmée et scénarisée, c’est qu’elle joue sur nos angoisses les plus profondes, celles qui sont inscrites dans l’inconscient collectif de l’humanité : le retour des morts n’est pas seulement un des thèmes les plus classiques du fantastique, c’est aussi un mythe religieux — la nuit d’halloween, les morts reviennent sur terre, et les Chrétiens croient à la résurrection des corps pour tous après l’Apocalypse. Ce qui est intéressant ici, c’est qu’au début les morts ne savent pas qu’ils sont morts, ils rentrent chez eux comme si de rien n’était, ce qui donne évidemment des situations d’angoisse à peine imaginables, et en particulier le premier épisode, centré sur Camille, qui ressuscite 4 ans après avoir été tuée dans un accident de bus avec toute sa classe, et que sa mère trouve en train de se faire tranquillement un sandwich dans la cuisine (puisque le point commun de tous les revenants est une faim énorme) : effet dévastateur garanti.

L’autre élément totalement anxiogène est le fait que la ville semble fonctionner totalement en circuit fermé, comme si elle était coupée du monde : on y entre, mais personne n’en sort.

Émotionnellement très juste, la série s’interroge donc sur l’intime et sur nos relations avec ceux que nous aimons, ce que nous faisons lorsqu’ils disparaissent. On dit « la vie continue », on fait ce qu’on appelle le travail de deuil. Le prêtre (qui veut bien à la limite croire à la résurrection du Christ mais celle des autres il ne faut pas exagérer) dit qu’il faut faire la paix avec ses fantômes, et il existe un groupe de parole pour les parents des victimes de l’accident de bus. « La vie continue », donc, mais ici, un pas de côté : que ce passerait-il si, soudain, la première phase du deuil, celle du déni, prenait réalité ? A quoi sommes-nous prêts à croire ?

C’est assez évident : j’ai vraiment accroché avec cette série, qui m’a rappelé à la fois The Twillight Zone / La Quatrième dimension et beaucoup plus récemment Les 4400. Bon, j’ai très mal dormi après (je suis une petite chose impressionnable), j’ai beaucoup pleuré à certains moments, mais je trouve vraiment cette série excellente.

La saison 2, en cours de tournage, est prévue pour l’automne.

Les Revenants – Saison 1
2012

(12 commentaires)

  1. Je l’ai vu sur Canal et j’ai adoré les premiers épisodes. Plus la série avançait, moins ça me plaisait et je n’ai pas du tout aimé le dernier épisode.

    J'aime

  2. Je l’ai vue mais ça fait au moins un an et j’en avais un souvenir enthousiaste .. mais finalement je ne me souviens presque de rien et si je devais voir la saison 2, je serais perdue ;-(

    J'aime

  3. J’avais beaucoup aimé cette série (je l’avais vue en seulement 2 jours). Je me demande quand même quelle tournure elle va prendre dans la seconde saison… La fin de la première était un peu…. Spéciale !

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s