Romans

Un parfum d’herbe coupée de Nicolas Delesalle

Un parfum d'herbe coupée

Sa respiration était lente. Il avait oublié d’ôter ses lunettes. Il avait tout oublié. Il avait oublié qu’il avait été chimiste. Spécialiste des teintures. Il avait oublié qu’il était un peu Belge, un peu Irlandais, un peu du Nord, un peu de Normandie, un peu barré. Il avait oublié qu’il avait vécu toute sa vie d’adulte en Argentine et au Chili, où mon père était né. Il avait oublié qu’il parlait espagnol couramment, mais avec un accent à débiter des bûches. Il avait oublié qu’il avait passé sa retraite à colorer des morceaux de coton avec lesquels il recomposait des toiles, des photographies, avant de les emprisonner sous une plaque de verre. Il accrochait ses œuvres au mur. Il y en avait partout.

[Article paru initialement le 03 mais 2013, lorsque j’avais lu le roman dans sa première version numérique. Presque deux ans après, il a fait son petit bout de chemin, jouit d’un joli succès et fait partie de la sélection pour le Prix Relay des voyageurs. Je re-publie donc l’article]

La grand-mère de Kolia, le narrateur, vient de mourir. Quant à son grand-père, atteint de la maladie d’Alzheimer, il ne tardera pas à la rejoindre et dans un dernier sursaut de lucidité, il adresse une ultime pensée au narrateur : « tout passe, tout casse, tout lasse ». Fort de cette maxime, Kolia tente alors de recomposer le puzzle de sa mémoire et de cette période où l’on passe de l’enfance à l’âge adulte.

En une succession de chapitres courts qui sont autant de souvenirs éparpillés, l’auteur fait revivre un monde, le sien, celui d’une enfance heureuse dont les souvenirs douloureux ne sont néanmoins pas absents, une enfance dans les années 80, le film X de Canal+ le premier samedi du mois qu’on regarde en cachette et en crypté et qui sonne le glas de l’innocence, How deep is your love des Bee Gees à la radio, les premières boums et les premières amours, l’autoroute dans la voiture familiale… Il se dégage alors de ce court récit un subtil parfum de nostalgie, celui de l’herbe coupée, qui nous replonge dans nos propres souvenirs et les mystères de la mémoire des instants fugaces et sans importances qui, sans qu’on sache pourquoi, nous sont restés quand tant d’autres se sont envolés. Un peu d’humour, mais surtout beaucoup de tendresse et d’émotion se dégagent de ce texte, dont, je l’avoue, le dernier chapitre m’a fait pleurer toutes les larmes de mon corps tant il a fait écho en moi.

Un Parfum d’herbe coupée Nicolas DELESALLE Préludes, 2015 (Storylab, 2013)

31 réflexions sur “Un parfum d’herbe coupée de Nicolas Delesalle

      • Il a…du bon et du très mauvais ! Je m’explique : c’est souvent là que finissent ceux qui n’ont pas été publiés par un éditeur plus prestigieux, et il n’y a rien de malveillant dans ce que je dis, beaucoup d’excellents auteurs ne seront jamais publiés alors qu’on se demande comment certains le sont, bref on ne va pas rouvrir le débat ! 😆 Je reproche aussi beaucoup les coquilles, pour le peu que j’en ai lu et je ne citerai pas de nom, vu que je n’en ai d’ailleurs pas parlé sur mon blog, je ne suis pas délatrice non plus ! Mais je dis ce que je pense ! 😉
        Et je ne demande qu’à lire un titre convaincant qui me fasse changer d’avis ! 🙂 Voilà tu sais tout !^^

        J'aime

  1. Pour information, à toutes et tous, pas besoin d’une liseuse pour lire un e-book 🙂 il y a désormais des applis smartphones qui le permettent, dont l’appli Kindle (gratuite) sur iPhone et Android. Je lis en ce moment ce recueil de nouvelles, j’adore 🙂
    C’est un auteur très attachant. Ses propos, son histoire, sa famille, son apprentissage de la vie, le tout devrait parler à beaucoup. Je vous invite à télécharger vite l’appli pour découvrir cette petite merveille !

    J'aime

  2. J’ai été touché par l’histoire sur l’enterrement de l’animal de la famille. On oublie souvent l’importance d’un animal et l’affection qu’il donne. C’est incroyable.
    Beau billet 🙂

    J'aime

  3. Pingback: Un parfum d’herbe coupé – Nicolas Delesalle | 22h05 rue des Dames

  4. Pingback: Un parfum d’herbe coupée | Glaz magazine

  5. je l’inscrit dans la liste de mes livres à lire…
    longue liste !! aurai je le temps de tout lire?
    je le réserve pour cet été

    J'aime

  6. Pingback: Le Tag des copines | aliehobbies

  7. Pingback: Prix Relay 2015 : à vous de voter ! | Cultur'elle

  8. Pingback: Un parfum d'herbe coupée, Nicolas Delesalle | Bric à Book

  9. Pingback: Un parfum d’herbe coupée | Ma collection de livres

  10. Pingback: Lectures sous le soleil de Grèce (1) – Bar à BD

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s