Bloc notes

Un salon du livre à taille humaine (et gratuit) : Lire à Limoges, du 10 au 12 avril 2015

getImageEm

Le salon du livre de Limoges, appelé plus spécifiquement Lire à Limoges, même s’il n’est plus pour moi qu’un souvenir depuis que je vis à Orléans*, reste pourtant cher à mon coeur, puisque c’est le salon de la ville dont je suis originaire. Un salon où je suis allée de nombreuses fois (je l’ai même connu place de la République, c’est dire), et où j’ai rencontré bien des gens passionnants, avec qui j’ai pu échanger sur ma passion des livres, obtenir des dédicaces, enfin bref, tout ce qu’on aime faire dans un salon du livre. Je ne vais pas les lister, mais deux en particulier sont important pour moi parce qu’ils sont aujourd’hui disparus : Jean Markale, spécialiste de la culture celte et qui a écrit de remarquables ouvrages sur la légende arthurienne, et Régine Deforges.

Tous les ans je me dis que j’aimerais bien, un jour, y revenir. Ce ne serait d’ailleurs pas très difficile : il me suffirait de prendre le train ou ma voiture, et de m’incruster chez mes parents pour le week-end. Mais c’est comme le salon du livre de Brive : je finis par renoncer pour diverses raisons. Mais bref.

Cette année, le programme est particulièrement alléchant, et me fait hésiter plus que jamais. L’invité d’honneur sera Eric-Emmanuel Schmitt, qui animera notamment une master-class philo à destination des chanceux lycéens. Mais il y aura aussi des rencontres, conférences, entretiens et temps d’échanges, à la Bibliothèque francophone multimédia, à l’Opéra-Théâtre, au conservatoire, à l’Espace Cité, au Café Littéraire, avec notamment cette année : un grand entretien avec toujours Éric-Emmanuel Schmitt en présence de Jacques Arnould (philosophe, historien et théologien), une conférence avec Marek Halter, des lectures avec Véronique Olmi, des tables rondes, animées par le journaliste Eric Portais, et rassemblant des auteurs autour d’un thème de société ou d’actualité, des rendez-vous littéraires sous le chapiteau, des lectures, une interview de Tatiana de Rosnay, la projection du Rebecca de Hitchcock, une conférence sur les tueurs en série, de nombreuses animations pour la jeunesse… et bien sûr, les dédicaces, avec, notamment, Philippe Besson, Stéphane Bourgoin, Malek Chebel, Grégoire Delacourt, Michel Denisot, Tatiana De Rosnay, Vladimir Federovski, Claude Halmos, Marek Halter, Axel Kahn, Marc Lavoine, Éric De Mongolfier, Olivier Norek, Véronique Olmi, Daniel Picouly, Audrey Pulvar, Michel Quint, Jean Teulé, Danielle Thiery, Valérie Tong Cuong, Christian Signol… (mais pas Didier van Cauwelaert, sinon ma valise était déjà dans la voiture…)

Mais ce qui fait la spécificité de Lire à Limoges, ce sont ses prix, et notamment le prix « Coeur de France » sous la présidence de Madeleine Chapsal et doté d’un jury composé de Janine Boissard, Xavier Milan, Philippe Pauliat-Defaye (Maire-Adjoint Délégué à la Culture), Eric Portais, Eve Ruggieri, Sonia Rykiel et Gonzague Saint-Bris. Il sera remis cette année à Mireille Calmel pour La Marquise de Sade. Sera aussi créé le prix Régine Deforges, qui était une fidèle de Lire à Limoges, et qui récompensera dès l’année prochaine un premier roman : la sélection des ouvrages (publiés entre Avril et 1er Mars de l’année suivante) sera faite par les bibliothécaires de la ville de Limoges et soumise à un jury composé des enfants de Régine (Franck Spengler, Camille Deforges et Lea Wiazemsky), et de Noëlle Chatelet, Marina Carrère d’Encausse, Grégoire Delacourt, David Foenkinos et Daniel Picouly.

Bref, Lire à Limoges est vraiment un beau salon, animé, festif, qui met toute la ville à contribution, où on fait de belles rencontres, un salon à taille humaine mais qui ne manque pas pour autant de richesse. Et dont l’entrée est gratuite !

Si vous êtes dans le coin, n’hésitez-pas !

Lire à Limoges 10, 11 et 12 avril 2015 Esplanade du Champ de Juillet Entrée GRATUITE

* (une raison de plus pour détester cette ville : il n’y a pas de salon du livre, ce qui en dit long je trouve…)

(12 commentaires)

  1. Vous aimez Eric-Emmanuel Schmitt ? Il a le bon goût de vivre chez nous en Belgique et je le vois à l’occasion d’une pièce de théâtre ou l’autre mais je déteste à peu près tous ses livres sauf les premiers, Oscar et la Dame rose, Monsieur Ibrahim et fleurs du coran, l’enfant de Noé (peut-être ?) et j’ai offert Ma vie avec Mozart à une amie qui est devenue une fan. Après… C’est une peu comme avec Amélie Nothomb, je n’ai pas le temps de m’attacher aux personnages que je dois refermer le bouquin. J’aime les pavés compliqués… A part cet aparté, ce festival a l’air appétissant comme une couque de chez nous. Je les recommande, les couques, ce sont des sortes de biscuits, à dévorer vite fait bien fait, délicieux.

    J'aime

  2. J’y suis allée un fois le dimanche matin (j’avais opéra l’après midi), mais, comme Syl, je me réserve pour Chateauroux (tadam!) gratuit aussi, et quel cadre!!! tentée, mmmhum?
    Je confirme, je n’aime pas vraiment Orléans…

    J'aime

  3. Extra un salon dont l’entrée est gratuite. Je connaissais celui de Brive, de nom, mais je ne savais pas qu’il y en avait autant dans d’autres villes.
    De Limoges, je ne connais que l’hôpital que j’ai dû aller rejoindre un jour où ma fille en camp scout dans la région, présentait les signes d’une méningite et avait dû être hospitalisée. Je ne connais donc que l’hôpital et la gare et le long retour en train vers Paris.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s