Elle lit des romans

Danser les ombres, de Laurent Gaudé

Danser les ombres

Pas de chronique au sens habituel sur ce roman, pour la simple et bonne raison qu’il m’est totalement tombé des mains, et qu’à force de souffrir sur le mode « je n’ai pas envie de m’y mettre », j’ai jeté l’éponge. Je sais que Laurent Gaudé a ses inconditionnels, je sais aussi que ce roman a plu a beaucoup et d’ailleurs, si je l’ai lu (enfin, essayé) c’est parce qu’il fait partie de la sélection pour le Prix Relay 2015 (sinon, je ne l’aurais pas lu, du reste) mais pour ma part, je ne suis absolument pas entrée dans cet univers et je me suis ennuyée à périr. Ce sont des choses qui arrivent (enfin ça m’arrive très rarement, quand même…). Peut-être que Laurent Gaudé n’est pas un auteur pour moi, peut-être que ce n’était pas le bon roman, ou peut-être pas le bon moment…

Je préfère vous renvoyer sur l’article très enthousiaste de Leiloona.

(31 commentaires)

  1. J’ai du Laurent Gaudé dans ma PAL et en têt les enthousiasmes de certains et certaines. J’abandonne aussi parfois quand ça coince vraiment, mais trop souvent heureusement…

    J'aime

  2. Le dernier roman de Gaudé est placé en évidence sur les étagères de chez Libris au moins à trois endroits différents ce qui me fait dire que je ne suis pas la seule du genre, une fan.Quel auteur ! De la définition de fan, retenons : admiratrice dans toute sa splendeur un peu bêbete, prête à suivre partout l’objet de son émoi, à le pister, à adhérer comme la glu. Donc, j’aime et quasi tout de lui, y compris celui-là, bien entendu ! Le dernier opus est toujours aussi dense. Des phrases lapidaires, concises et ciselées : rien de trop, juste ce qu’il faut, une cuisine maitrisée, parfaitement assaisonnée, des ingrédients choisis, dosés, présentés avec l’élégance d’un style et la maestria d’un chef. Le contexte est précis et chargé. Il sert à merveille cet auteur si proche du théâtre qui ne recule jamais devant la puissance et l’audace de l’onirique, du magique, ou du spirituel, pour télescoper le monde des vivants. Haïti, les tontons macoutes, les dictateurs qui se succèdent et se ressemblent et le Vaudou constituent le décor de ce nouveau drame, signe distinctif de l’auteur. Le tremblement de terre est le pivot de l’ouvrage. Je ne dévoile rien ici, la quatrième de couverture l’annonce. Pour le reste, je n’en dirai pas plus. Hormis la puissance de ce petit, tout petit livre aux si grands effets. Hormis la densité des personnages, leur engagement, leur humanité. Hormis aussi la violence de la terre qui fait écho à celle de certains hommes. Voilà, ma librairie Libris me doit les frais de publicité et Gaudé, rien du tout. J’achète et c’est gratuit jusqu’à la caisse ! Mais Caroline, il n’y a rien de mal à ne pas aimer que je sache. Pour ma part, c’est Paul Auster qui ne passe pas ! Les livres, c’est amour et haine sans conflit mortel pour aucun d’entre nous ! Chouette alors !

    J'aime

  3. J’ai abandonné aussi un des ses romans encensé par tout le monde, pourtant j’en avais aimé un autre… Ca arrive. Moi non plus, par contre, je n’ai plus envie de lire ses autres romans depuis.

    J'aime

  4. Je n’ai pas lu celui-ci, mais je me sens moins seule car j’ai essayé quelquefois de me plonger dans ses livres, mais sans succès, impossible d’en finir un sans me forcer. Et je ne me force pas pour ce qui est de la lecture (entre autre).

    J'aime

  5. Bonjour,
    pour moi ce fut le premier gaudé que j’ai lu. Et j’ai bien aimé! une belle découverte. Mais vous avez raison, parfois la rencontre avec un livre ne réussit pas, car elle n’arrive pas au bon moment, le lecteur n’a pas la disponibilité /l’envie nécessaire pour aller à la rencontre du texte, du personnage… je le ressens particulièrement en ce moment!!!!!!!!!!!!!

    J'aime

  6. Dommage, j’avais adoré Ouragan, un vrai coup de coeur pour l’écriture de l’auteur… Pour celui ci je l’ai feuilleté plusieurs fois dans ma librairie sans jamais accrocher… Tu devrais peut-être tenter Ouragan ?!! Bises, bon week end de Pâques

    J'aime

  7. j’ai lu « La porte des enfers » et « Pour seul cortège » un vrai délice et là je commence « Danser les ombres » et pour l’instant je ne m’ennuie pas au contraire.
    J’apprécie beaucoup l’irruption du surnaturel dans les romans de cet auteur, portée par une écriture qui « fait passer la pilule » car je suis cartésienne +++

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s