Elle se promène

Mon Salon du livre 2015 #1 : l’inauguration

Cette année, le salon du livre a été un peu particulier et un grand vent de panique s’est emparé de la blogosphère quelques jours avant le début des festivités. La raison ? Le refus de l’organisateur de nous accorder les accréditations presse, remplacées du coup, pour quelques bienheureux, par un pack comprenant une invitation à l’inauguration et deux entrées journées. Et un concours, auquel vous avez peut-être participé. Vous me direz que ça ne change pas grand chose, mais en fait, si, ça change tout pour le salon lui-même, mais nous y reviendrons du coup demain. Pour le moment, nous sommes jeudi soir, et c’est l’inauguration du salon.

Vêtue de ma robe portefeuille outrageusement décolletée  et chaussée de mes bottes parce que bon, je le sais, les talons de douze c’est joli en photo mais dans une soirée comme ça où on bouge quand même pas mal c’est l’enfer, je pénètre dans les lieux assez tôt, sans trop d’encombres. J’en profite pour faire un premier tour de piste dans les allées un peu désertes, et je passe voir Emily sur le stand des éditions Lumen dont elle est l’attachée de presse. Je suis contente de la voir enfin « en vrai » et nous discutons un moment, j’en profite pour manger quelques jolis petits fours et prendre ma première coupe de champagne. Je croise Fleur Pélerin. Ou, plutôt, je croise le troupeau de photographes au milieu duquel se trouve Fleur Pélerin.

Ensuite, je rejoins ce qui sera mon QG pour la soirée : le stand Robert Laffont, privatisé pour cause de buffet faramineux. Je n’avais pas encore le sésame, mais pour une certaine raison (mon décolleté ? mon sourire ? le nom de l’attachée de presse ?) le gardien des lieux m’a tout de même laissé entrer (et m’a ensuite laissée toute la soirée faire entrer mes amis par grappes…). M’ont rejointe sur le stand, dans le désordre (désolée si j’en oublie) Sophie, Hélène, Séverine, Stephie, Angela, Cryssilda, Missbouquinaix etc. (non mais vraiment, je suis sûre d’oublier des gens). J’ai aussi discuté avec plein de gens dont je ne connais pas le nom, c’est ça qui est bien aussi, j’ai distribué ma carte de visite, on verra ce que ça donne. J’ai bu du (très bon) champagne à côté de Marc Levy et de Jean Teulé, expérience assez sympathique.

Avec Sophie et Hélène, nous décidons de bouger un peu, recroisons Séverine et nous dirigeons vers le stand Gallimard/Flammarion pour faire une bise à Serge Joncour. Il y a là aussi Eric Reinhardt, et d’autres, mais plus de champagne, même dans le carré VIP. Ouille. Nous croisons Tonie Behar, et faisons le selfie du Salon du Livre, visible sur Facebook.

Bref. Nous baguenaudons ça et là, ce qui est bien avec Sophie c’est que tous les trois mètres elle rencontre quelqu’un qu’elle connaît, donc ça fait du monde. Le salon se vide peu à peu, l’ambiance est vraiment un truc « fin de soirée » assez étrange, avec des verres partout.

Il est 22h45, la soirée étant supposée se terminer à 22h, mais les appels au micro ne sont guère convaincants. Le service d’ordre commence à être assez désagréable, et nous finissons par sortir. J’attrape le tram, qui me mène à mon hôtel où m’attend un lit big king size dans lequel on pourrait dormir à quatre (« on ne sait jamais comment se termine une soirée de ce genre », a commenté quelqu’un qui m’est proche). Fini ? Non, car la soirée s’est poursuivie sur les réseaux sociaux, à coups de « t’étais où on s’est pas vus », « zut on s’est loupés », « on se voit demain » et autres.

Je termine mon reportage avec ma moisson de people (il y a du lourd, mais comme je suis timide (oui !) je n’ose pas aborder les gens, donc j’ai juste fait la bise à Eric Reinhardt et Serge Joncour (ce qui est déjà beaucoup).

Vraiment, j’adore cette soirée : les gens sont détendus, c’est toujours plus agréable de réseauter un verre de champagne à la main (d’autant que certaines ont admiré ma technique pour toujours avoir un verre plein, alors que l’an dernier cela avait été un peu compliqué : mais cette année en m’incrustant dans les stands privatisés et les carrés VIP, j’ai pu mieux profiter de cet aspect des choses), enfin bref, c’est presque le meilleur moment du salon !

(36 commentaires)

  1. Pas trop pour moi tout ça! (mais j’ai prévu un vernissage d’expo peinture en avril où il devrait y avoir du champagne…)

    J'aime

  2. Un aspect du Salon du Livre réservé à une poignée de happy few…
    Tu as eu raison d’en profiter au maximum, notamment grâce à ce décolleté désormais légendaire.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s