Elle lit des nouvelles Elle lit en numérique

Neuf histoires de sexe, d’Aline Tosca

Neuf histoires de sexeDu plus loin qu’il m’en souvienne, la plus belle image érotique qui se soit installée dans ma tête est une photographie de Sylvia Krystel à peine vêtue de soies blanches retombant sur ses jambes croisées, assise les seins nus, un large collier de perles autour du cou, dans un fauteuil en osier au dossier rond et majestueux. Le regard bleu, ingénu, troublant, le sein petit et haut perché qui appelle la bouche. Je n’aime rien tant que sucer des seins de ce genre-là. Sylvia Krystel incite les hommes à se damner pour elle et les femmes à espérer, juste le temps d’une danse érotique, devenir un homme.

J’ai découvert Aline Tosca au gré de mes pérégrinations sur Facebook. Elle a, très souvent, des réflexions intéressantes sur l’écriture et l’érotisme, et j’avais évidemment très envie de découvrir ce qu’elle écrivait. C’est désormais chose faite, avec ce recueil de nouvelles au titre on ne peut plus direct.

A nouveau, j’ai découvert une plume extrêmement agréable à lire, une écriture extrêmement sensuelle, qui sait faire monter graduellement la température, installe une ambiance qui peu à peu se charge d’électricité et de désir, mais qui sait aussi être directe et crue sans sombrer dans la vulgarité. Et qui, à l’occasion, ne manque pas d’humour.

Concernant ce recueil en particulier, mon avis est cependant mitigé, non pas à cause de l’écriture mais du contenu : il y a beaucoup de trios 2 femmes/1 homme (je préfère personnellement la configuration 2 hommes/1 femme) et de duos femme/femme, ce qui ne correspond pas du tout à mon univers fantasmatique. Du coup je suis totalement passée à côté de la dimension érotique, ce qui est un peu dommage dans cette situation. En outre, certaines nouvelles avaient un aspect un peu trop « populaire », pas assez raffiné pour moi.

En revanche, j’ai eu un véritable coup de foudre pour le dernier texte, qui mêle avec subtilité l’amour, l’érotisme et l’écriture, et atteint à la fois une véritable dimension poétique et une grande efficacité érotique. Le texte « Emmanuelle » m’a aussi beaucoup plu dans sa réflexion sur le fantasme, mais m’aurait plus touchée s’il avait mis en scène un homme et une femme.

Bref : une plume que je relirai avec plaisir, mais en faisant plus attention aux résumés !

Neuf histoires de sexe
Aline TOSCA
Numeriklivres, 2014

Mardi-c-est-permisby Stephie

(17 commentaires)

  1. Merci pour ton article Caroline ! je suis en train de le lire justement.

    J’ai lu deux trois nouvelles pour l’instant, je le picore, et j’aime beaucoup.
    Je suis d’accord avec ce que tu dis sur son style que je trouve vraiment très soigné. Pour le reste et contrairement à toi, je ne suis pas refroidis par les trios 1 Homme, 2 Femmes. En réalité, je n’ai pas de limite dans mon univers fantasmagorique.
    Tant que tout le monde est adulte et consentant et tant que l’on fantasme et que l’on s’amuse, emmenez-moi où vous voulez ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. C’est l’un des très rares auteurs qui m’a plu dans l’affreux recueil de nouvelles érotiques montagnardes dont j’ai parlé il y a deux mois. Je ne suis donc pas contre l’idée de la découvrir dans un livre rien qu’à elle.

    Aimé par 1 personne

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s