Elle lit des romans

Se résoudre aux adieux, de Philippe Besson

Se résoudre aux adieuxJe vis le dos tourné à l’avenir. Dans quelle autre ville peut-on faire cela mieux qu’ici ? Tu me reprocheras une fois encore cette incapacité à aller de l’avant, cette complaisance envers le passé, mon goût des souvenirs. Pour toi, je sais bien, l’important, c’est de continuer à avancer. Mais vers quoi pourrais-je avancer aujourd’hui, sinon un gouffre ? Mieux vaut y renoncer si je tiens à ne pas sombrer tout à fait.

La lecture de Vivre vite m’a donné envie, l’autre jour, de me replonger dans ce roman, avec lequel j’ai découvert l’écriture et la sensibilité de Philippe Besson. Envie irrépressible, je n’ai pas pu différer. Parce que ce roman est arrivé à une étape particulièrement difficile de ma vie : c’était en 2007, je sortais d’une rupture dévastatrice, je me sentais comme Bambi lorsqu’il apprend à marcher, en équilibre extrêmement précaire. Je ne saurais dire si ce livre m’a sauvée, mais en tout cas il m’a aidée, c’est certain.

Louise écrit à Clément, qui vient de la quitter. Des lettres qui resteront sans réponse, mais qu’elle a besoin d’écrire pour se reconstruire, et finir par se résoudre aux adieux.

Le roman exprime parfaitement cette dimension cathartique de l’écriture, ce besoin d’écrire pour apaiser la souffrance, pas seulement amoureuse d’ailleurs, mais de fait, le corps amoureux désespéré est souvent atteint de scriptomanie. Cela fait partie du deuil amoureux, dont toutes les étapes et les plus petits détails sont parfaitement évoqués. Les mots de Besson creusent des sillons dans l’âme, il analyse parfaitement les sentiments, le déchirement, l’impression de dépossession, de vide, d’arrachement à soi — cette désespérante certitude que plus jamais on ne sera vivant, et entier. Louise est dévastée, alors elle recherche sinon la guérison, du moins l’apaisement, par l’écriture, dont finalement le destinataire n’est qu’un prétexte (c’est plus facile, peut-être, de s’adresser à un « tu » identifié qu’à personne), et par l’évasion, le voyage : Cuba, New-York, Venise (drôle d’idée, Venise, pour une rupture, mais après tout…), avant de rentrer à Paris par l’Orient-Express. Elle voyage pour fuir les mines émotionnelles dont les lieux qu’ils ont traversés à deux sont jonchés, mais en même temps elle est dans le ressassement, l’autopsie d’un amour dont elle décrit parfaitement les petites choses.

Un texte absolument lumineux, qui a quelque chose de la Lettre d’une inconnuemerveilleusement écrit, qui provoque des vagues d’émotions. A lire absolument !

Se résoudre aux adieux
Philippe BESSON
Julliard, 2007 (10/18, 2008)

(17 commentaires)

  1. Je vois que cet auteur écrit des livres bien différents. Je viens justement de lire l’article de « Vivelaroseetlelilas » sur « La maison atlantique »! Maintenant, j’hésite entre les deux… je pense que « Se résoudre aux adieux » peut réveiller des souvenirs douloureux, je ne sais pas si je serai très à l’aise avec ça.

    Aimé par 1 personne

  2. Tu me donnes envie de le lire, je l’avais reçu lors d’une opération promo poche, tu sais 2 achetés, 1 offert… C’est l’occasion en plus de découvrir l’auteur que je n’ai jamais lu

    J'aime

  3. Je l’ai lu à sa parution mais il ne m’a pas laissé un souvenir émotionnel aussi fort que d’autres livres de Besson comme « En l’absence des hommes », « Son frère », « L’ arrière saison » et « Une bonne raison de se tuer ».
    A vrai dire je ne m’en souviens plus du tout !
    J’ai toujours « Retour parmi les hommes » à lire, il m’attend dans ma bibliothèque mais j’appréhende et remets à plus tard, pourquoi ? Peur d’être déçue ? D’être trop remuée ?

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s