Essais

La Chair, la mort et le diable dans la littérature du XIXème siècle. Le Romantisme noir, de Mario Praz

romantisme noirCe volume, pour sa grande part, se propose d’étudier la littérature romantique (dont le décadentisme de la fin du siècle dernier n’est qu’un développement) sous l’un de ses aspects les plus caractéristiques : la sensibilité érotique. C’est donc une étude d’états d’âmes, de singularité dans les mœurs ; elle est orientée dans le sens de certains types et de thèmes qui reviennent avec l’insistance de mythes engendrés dans le bouillonnement même du sang. […] Dans nulle autre période littéraire, je crois, le sexe n’a été aussi ostensiblement au centre des œuvres d’imagination.

Publié pour la première fois en Italie en 1966 et traduit seulement dix ans plus tard, cet essai est rapidement devenu un classique des études littéraires, en particulier pour les dix-neuviémistes et pour ceux qui s’intéressent à ce que, pour aller au plus simple, nous appellerons l’érotisme, dans ses liens avec le Mal. En tout cas, c’est un des ouvrages qui m’ont le plus servi pour mes recherches, et dans lequel j’ai eu envie de me replonger après ma relecture de Bataille ; non que j’aie envie de m’auto-analyser, mais enfin, il se trouve que mes thèmes obsédants d’écriture, particulièrement en ce moment, sont pleinement dans ce qu’étudie cet ouvrage.

Après avoir défini le « romantisme », terme arbitraire mais fort utile et même indispensable pour contextualiser et éviter les anachronismes et qu’il prend au sens large de mouvement dionysiaque contre l’ordre, Mario Praz s’attache à montrer et étudier la fascination de la période pour le sexe et le mal, en cinq parties :  tout d’abord, il s’intéresse à la beauté bizarre, celle de la Méduse, à la fois repoussante et attirante, beauté du triste et du mélancolique, qui est aussi une volupté de la douleur, lorsque douleur et plaisir se mêlent. Satan devient alors, dans cette littérature, un véritable personnage, sous de multiples formes de la beauté déchue et de la rébellion : criminels, monstres et vampires. Evidemment, une partie est consacrée à Sade et à son influence absolument essentielle, ayant popularisé les catégories ô combien essentielles de la vertu persécutée et de la volupté de la débauche, du carnage, du macabre, et… du blasphème. Tout cela aboutit à une fascination absolue pour les femmes fatales, Salomé et autres Cléopâtre, souvent liées d’ailleurs à ce qui fait l’objet du dernier chapitre : l’Orient, un Orient luxurieux, sulfureux et pervers, où l’érotisme s’épanouit pleinement.

Inutile de vous dire que la lecture d’un tel essai, intellectuellement parlant, fait un bien fou : extrêmement riche et érudit, nourri d’une quantité impressionnante d’extraits divers, il est surtout passionnant ( tout en n’étant pas si complexe que ça, en tout cas dans les grandes lignes) et donne une idée de ce qu’est « l’air du temps » : comment une époque est traversée par des réseaux d’obsessions, pas seulement en littérature mais aussi dans tous les arts. Comment, aussi, le sexe est au centre des oeuvres de l’imagination, et pas seulement à notre époque : on lit parfois qu’à force d’écarter les jambes, la littérature contemporaine va finir par se faire mal, comme si l’obsession du charnel était propre à notre époque. Ce qui n’est, évidemment, pas le cas, mais il est parfois bon de rappeler les évidences !

La Chair, la mort et le diable dans la littérature du XIXème siècle. Le Romantisme noir
Mario PRAZ
Denoël, 1977 (Gallimard, Tel, 1998)

12 réflexions sur “La Chair, la mort et le diable dans la littérature du XIXème siècle. Le Romantisme noir, de Mario Praz

  1. «  » le sexe est au centre des oeuvres de l’imagination «  » »
    c’est un point de vue 🙂
    Moi je crois qu’au centre de la vie imaginaire il y a plus grand que celà … » l’amour  » ?  » love  » plus que sexe , mais bon…voilà
    Cordialement

    J'aime

  2. Une lecture déjà ancienne pour moi: je l’avais lu dans le cadre de mes études, dans les années 1990 – et aussi pour une chronique, dans la presse papier d’alors. Effectivement, ça secoue un peu les neurones, ce qui ne fait jamais de mal!

    J'aime

  3. Pingback: Instantané #27 (magazines) | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s