Elle se fait des films

Le Diable s’habille en Prada, de David Frankel

Le Diable s'habille en PradaJe trouve assez amusant que vous pensiez avoir fait un choix qui n’a pas été dicté par l’industrie de la mode alors qu’en fait vous portez un vêtement qui a été choisi pour vous, dans ce bureau, au beau milieu d’un tas de fringues.

Bon, samedi soir, j’avais envie d’un truc doudou, sympathique et pas prise de tête, et du coup, mon choix s’est porté sur ce film que je n’avais pas vu depuis un petit bout de temps (pour le moment, j’ai résisté à Love Actually mais à mon avis ça ne va pas durer).

AndréaSachs n’est pas une fashionvictim ; c’est même plutôt le contraire : elle est la caricature de l’intello qui s’habille comme un sac et méprise un peu ceux qui s’intéressent à la mode. Mais, diplômée en journalisme, le seul job qu’elle trouve est celui d’assistante de MirandaPriestly, la puissante et tyrannique rédactrice en chef de Runway, le plus puissant des magazines de mode. Un job pour lequel tueraient beaucoup de filles ; Andréa, elle, y voit surtout une opportunité : après un an en enfer, elle pourra obtenir un poste dans n’importe quel magazine.

Je n’avais pas revu ce film depuis si longtemps que je ne me souvenais même plus que Simon Baker y jouait, ce qui est tout de même un mauvais signe, mais enfin, le résultat est toujours là : j’adore, même si certains éléments m’agacent. Evidemment, je suis totalement conquise par le côté « Candide au pays de la mode » et tout le versant de l’apprentissage des codes du paraître. J’ai un orgasme lors de la scène où elle pénètre dans la réserve et y refait sa garde-robe, je tuerais pour pouvoir faire pareil. Il y a certains éléments de satire qui sont plutôt bien vus, notamment la question du culte de la maigreur, mais aussi tout ce qui tourne autour du personnage de Miranda (exceptionnelle Meryl Streep), qui est une femme extrêmement dure, qui sacrifie tout pour sa carrière et attend la même chose de ceux qui l’entourent ; elle est très critiquée mais, comme dit Andréa, « Si Miranda était un mec, personne ne trouverait rien à lui reprocher ».

Mais, et je ne sais pas si c’est nouveau ou si c’est un élément que j’avais oublié, mais de nombreux points m’ont agacée, et notamment cette idée, quand même très présente, qu’aimer la mode est superficiel et qu’on ne peut pas à la fois aimer s’habiller avec goût et faire un travail sérieux ; d’ailleurs, à la fin, lorsqu’Andrea est engagée au New York Mirror, elle sacrifie sa garde-robe démente. On le sait, c’est une idée que je combats avec un acharnement sans pitié, donc je n’ai aucune indulgence pour cet aspect du film, et d’autant moins que je trouve Nate, le petit ami d’Andrea, totalement inintéressant (surtout face à Christian Thomson, le personnage joué par Simon Baker, journaliste brillant capable de vous trouver le manuscrit pas encore publié du dernier Harry Potter !).

Bref, un film que j’aime beaucoup, qui me fait rire, mais que je dois regarder avec mon cerveau en mode off !

Le Diable s’habille en Prada
David FRANKEL, d’après le roman de Lauren WEISBERGER
2006

12 comments on “Le Diable s’habille en Prada, de David Frankel

  1. Ah j’adore ce film… Et le roman aussi d’ailleurs ! 🙂

    J'aime

  2. J’étais aussi assez agacé par la dichotomie intelligence/bon gout vestimentaire. Dieu sait que je fais un boulot sérieux, mais j’aime la mode, les chaussures, les produits de beauté et cela occasionne pas de trous dans le cerveau ^^ Mais mis à part ça, c’est quand même un film bien sympa !

    J'aime

  3. C’est un film bien sympa et en plein dans mon sujet… J’ai créé un roman d’espionnage (pour ados) avec des agents secrets plutôt fashion et qui adorent les fringues… Ca m’intéressait fortement de décrire des agents secrets qui peuvent être influencés par la société de consommation et changer de comportement (d’où mon commentaire sur votre blog)…

    Aimé par 1 personne

  4. Bernieshoot

    A regarder pour Meryl Streep

    Aimé par 1 personne

  5. Je vais bientôt le voir. D’accord avec toi: aimer la mode n’est pas superficiel, pour cela, il suffit d’avoir son style :).

    J'aime

  6. J’avais trouvé mignon… mais j’ai pas aimé la fin. Faudrait que je revois car je ne me souviens plus pourquoi !

    J'aime

  7. tinalakiller

    Personnellement, je n’aime pas ce film. Le film veut parler de la superficialité de la mode (je dirais d’un certain milieu de la mode – car comme tu le dis, on peut aimer la mode sans être superficiel) mais son traitemennt est justement superficiel. De plus, le film est rarement drôle, plus gnangnan à cause du personnage de Hathaway. Cependant, je trouve Meryl Streep exquise dans ce rôle de femme dure.

    J'aime

  8. Tout à fait d’accord, perso, j’aurais choisi Simon Baker 3:)

    J'aime

  9. Andréa, qui a tout d’une intello dans le film, doit bien se rendre compte que son look est un handicap pour trouver un job dans un magazine de mode…Perso j’ai horreur du mauvais goût. On peut être intelligent et être chic. La mode n’est pas superficielle. C’est une marque de bon goût. Et puis on peut bien s’habiller sans dépenser des fortunes!

    J'aime

  10. Ping : Fashion Girls, de Jonathan Elbers | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :