Elle se promène

Sade – marquis de l’ombre, prince des lumières. L’éventail des libertinages du XVIe au XXe siècle, à l’institut des lettres et des manuscrits

sade

 

Comme je le disais la semaine dernière, Sade est à l’honneur en ce moment. Et c’est donc en toute logique qu’après être allée voir l’exposition que lui consacre le musée d’Orsay, mes pas m’ont portée à l’Institut des lettres et des manuscrits, pour admirer celle, plus confidentielle, qui lui est également dédiée. Plus confidentielle mais pas moins fascinante, voire, plus encore.

C’est dans un boudoir libertin que nous sommes ici invités. Le rouge domine, et nous déambulons d’espace en espace en traversant des rideaux de voile représentant des scènes érotiques. Feutré, le parcours s’organise de manière chronologique pour retracer l’histoire du libertinage et de ses différentes formes, du XIe siècle à nos jours. Car, évidemment, ni le libertinage ni même le sadisme n’ont été inventés par le divin marquis. Libertinage d’esprit dès le XVIe avec ces libre-penseurs qui refusaient de plier sous le joug de la morale religieuse, puis progressivement le libertinage de mœurs, qui s’épanouit au XVIIIe siècle. Des manuscrits, des lettres, des éditions originales, du galant à l’obscène se dévoilent sous nos yeux les textes de Crébillon fils, Laclos, Restif de la Bretonne ou encore Molière.

L’espace central est consacré à Sade lui-même, et notamment au rouleau portant le manuscrit des 120 journées de Sodome, oeuvre fascinante et qui aurait bien pu disparaître dans les méandres de l’histoire sans l’ingéniosité de son auteur, et beaucoup de chances aussi. Son histoire est digne elle-même d’un thriller historique à la Dan Brown ou presque.

Puis l’exposition s’intéresse à la postérité de Sade, au XIXe siècle bien sûr avec des auteurs comme Flaubert, grand lecteur de Sade, Baudelaire ou Musset, mais aussi jusqu’à nos jours, avec par exemple au cinéma des films comme Belle de jour ou le mythique Saló ou les 120 journées de Sodome. Ce dernier film est d’une violence assez insoutenable et il m’avait assez profondément traumatisée, et je m’étais bien juré que, bien qu’il s’agisse absolument d’un chef d’oeuvre, je m’épargnerais la peine de le revoir. Mais. Il se trouve que pour plein de raisons complexes comme toujours liées à ce que j’écris moi-même, j’ai depuis quelque temps comme un désir assez malsain de m’y plonger à nouveau, ce qui prouve une fois de plus, si besoin était, que je suis complètement zinzin. Donc il est possible que je vous en reparle un jour ou l’autre.

Bref : j’ai vraiment beaucoup aimé cette exposition, beaucoup plus que celle d’Orsay finalement: ses ambitions sont beaucoup plus réduites, et au final elle se révèle plus claire. Et puis, évidemment, la richesse de ce qui est exposé ne peut que faire se pâmer les bibliophiles. En plus, on peut prendre des photos !

Sade – marquis de l’ombre, prince des lumières. L’éventail des libertinages du XVIe au XXe siècle
Institut des Lettres et des Manuscrits
Jusqu’au 18 janvier 2015

10 comments on “Sade – marquis de l’ombre, prince des lumières. L’éventail des libertinages du XVIe au XXe siècle, à l’institut des lettres et des manuscrits

  1. Il y a quelques années, j’étais allée voir une très bonne expo sur Rimbaud à ce même institut, je pense donc que j’irai à nouveau. D’autant que j’ai lu de très mauvaises critiques sur l’expo d’Orsay.

    J'aime

  2. ça a l’air vraiment bien, merci pour les photos :).

    J'aime

  3. Un livre sur le marquis que tu pourrais me conseiller ?

    J'aime

  4. Cela sent le combo Orsay-Institut des lettres lors de ma prochaine virée parisienne.

    J'aime

  5. Ping : Je n’ai rien à te dire, sinon que je t’aime au musée des lettres et des manuscrits | Cultur'elle

  6. Ping : La Grande Expo – Sade, le monstre des Lumières | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :