Elle se promène

Sade. Attaquer le soleil, au musée d’Orsay

Sade attaquer le soleil
La férocité est toujours ou le complément ou le moyen de la luxure. (Sade, La Nouvelle Justine)

Le Divin Marquis, pour le bicentenaire de sa mort, est à l’honneur. Michel Onfray, le philosophe iconoclaste, lui consacre un ouvrage dont il a tellement parlé un peu partout que je n’ai même plus envie de le lire (trop de promo tue la promo). Et deux expositions lui sont consacrées : l’une à l’Institut des lettres et des manuscrits, dont nous parlerons la semaine prochaine, et l’autre au musée d’Orsay, dont nous allons parler maintenant.

Sade à Orsay, c’est un peu surprenant, de prime abord : le XVIIIème n’est en effet pas la période à laquelle s’intéresse le musée. Mais il y a, bien sûr, une explication : si l’oeuvre du Marquis a eu un impact retentissant sur la littérature, et notamment sur Baudelaire, Huysmans, Flaubert, Swinburne ou encore Apollinaire, elle a aussi influencé les arts plastiques, et c’est à cette « révolution sensible » au XIXème siècle que s’intéresse l’exposition.

Les oeuvres, mises en regard avec des extraits des textes de Sade et occasionnellement d’autres auteurs, font la part belle à la chair et à violence. Corps nus, martyrisés, sacrifiés, assassinés, dévorés, écorchés, dépecés, suppliciés, disséqués, violés, décapités s’offrent au regard du visiteur et mettent en évidence la violence des hommes, et l’origine sexuelle de cette violence. Des oeuvres de qualité : Delacroix, Goya, Rodin, Füssli, Degas, Beardsley, Cézanne, Man Ray, Redon. Le désir et la violence. Les désir et les excès. Eros et thanatos.

Comme cela semble être la mode, un « cabinet noir » pour visiteur averti propose une exploration des perversions sexuelles.

Bref, une exposition fascinante et d’une grande richesse, mais très complexe car elle veut embrasser tout l’héritage sadien, et l’on finit par se perdre un peu : à mon avis, l’ensemble pèche par excès d’ambition et manque d’un véritable principe organisateur : les sections ont tendance à se recouper et on ne sait pas toujours clairement pourquoi telle oeuvre est à tel endroit et pas à tel autre ; par exemple, j’étais fort surprise de ne pas trouver les Salomé de Gustave Moreau dans la section sur les martyrs et exécutions où l’on trouvait les Judith, et je ne l’ai trouvé que plus tard. De plus, j’ai tout de même eu l’impression que Sade était surtout un prétexte.

Et puis, il y a cette video teaser de David Freymond et Florent Michel, qui a fait le buzz et offusqué les bien pensants (alors que, honnêtement, il n’y a pas de quoi fouetter un chat hein). Elle est interdite aux moins de 18 ans sur Youtube (mais rappelons que Youtube est américain et qu’en Amérique on se scandalise d’un bout de sein de Janet Jackson). En vrai, ce n’est pas du tout pornographique, c’est très suggestif et artistique, enfin c’est très beau. Néanmoins je mets l’avertissement : Avertissement : cette vidéo comporte des images qui peuvent heurter la sensibilité du public, notamment des plus jeunes. 

Sade. Attaquer le soleil.
Musée d’Orsay
Commissariat : Annie Le Brun et Laurence des Cars
Jusqu’au 25 janvier 2015

22 comments on “Sade. Attaquer le soleil, au musée d’Orsay

  1. Bernieshoot

    A voir sans doute

    J'aime

  2. J’irai, sans doute, même si effectivement d’après les échos entendus, Sade n’est qu’un prétexte alléchant pour faire venir le client.

    J'aime

  3. Si seulement j’habitais à Paris… Cette expo m’intéresse bien.

    J'aime

  4. J’avais d’ores et déjà noté cette exposition dans mes « incontournables ». Je n’en ai désormais qu’encore plus envie d’aller la visiter. Merci pour ce billet Caroline

    J'aime

  5. Merci pour ce billet qui m a confortée dans l idée d aller voir cette expo 🙂 je ne connaissais pas la vidéo et elle est vraiment très belle

    J'aime

  6. C’est le genre d’expo qui se veut ‘hot’, comme celle sur le nu masculin d’il y a un ou deux ans, qui me semble complètement inutile ! Un prétexte, comme tu le dis, pour attirer des visiteurs autour d’un nom.

    J'aime

  7. C’est certain à voir, savoir aussi que cela donne l’impression d’un fourre-tout (sans jeu de mot!) juste une sensation parfois d’anachronisme et l’idée que tout oeuvre peut appartenir à cette esthétique.
    Comme c’est justement précisé dans votre commentaire, on se perd, il est certain que le propos de l’émergence du désir dans l’esthétique est passionnant mais y mettre toutes ces oeuvres c’est prendre le problème par son inverse il me semble et cette superbe question, l’exposition y répond-elle? y -a -t-il de l’art sans désir?

    J'aime

  8. Je suis resté un peu mitigé.. Trop de cons et de vits! Et trop peu de tableaux par rapport au reste.
    Rien à voir mais j’ai préféré mille fois Carpeaux.

    J'aime

  9. Ping : La littérature et le Mal, de Georges Bataille | Cultur'elle

  10. Ping : Exposition : Sade "Attaquer le Soleil" au Musée d'Orsay | Bric à Book

  11. Ping : La Grande Expo – Sade, le monstre des Lumières | Cultur'elle

  12. Ping : La Chair, la mort et le diable dans la littérature du XIXème siècle. Le Romantisme noir, de Mario Praz | Cultur'elle

  13. Ping : Splendeurs et misères, images de la prostitution (1850-1910) au musée d’Orsay | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :