Elle lit des romans

Un objet en souffrance, de Didier van Cauwelaert

un objet en souffranceUne blonde a enjambé les planches de la porte fracassée par le malade. Porte-jarretelles blanc, des cuisses comme j’aime, musclées mais remuantes ; à peine un frisson de chair et un éclair de culotte en soie. Si c’est un médecin, je me condamne déjà à une indulgence coupable.
Elle court s’agenouiller au chevet de l’évanoui. Fesses pleines, rondes, élastique à peine visible. Rédhibitoire, pour moi, l’élastique. Je m’approche en m’informant du décolleté. Seins généreux, bonne tenue, mais danger ! balconnet : jugement renvoyé à huitaine.

Vous pensiez que sous prétexte que la rentrée littéraire bat son plein, j’avais laissé de côté mon challenge personnel « je relis toute l’oeuvre de mon romancier préféré » ? Et bien vous vous trompiez. Il faut dire que cette année, les auteurs nous donnent quand même envie de pleurer, pas parce qu’ils sont nuls mais parce que la mélancolie semble s’être emparée d’à peu près toute la production. Alors, quoi de mieux que relire un roman dont je savais qu’au moins il allait me faire rire (un peu) ?

Qu’y a-t-il de commun entre François, un consultant cynique qui gagne des fortunes en faisant des audits pour des entreprises qu’il finit de couler afin de pouvoir les racheter en douce pour une bouchée de pain, accumulant au passage les conquêtes féminines, et Simon, timoré vendeur de jouets qui par amour pour sa femme Adrienne se lance dans l’aventure de la PMA ? Rien. Et pourtant… leur rencontre, inattendue autant que percutante, va changer leur vie.

Est-il bien utile que je commente ? On a là un roman à la fois très drôle et émouvant, voire bouleversant, cocktail que Cauwelaert maîtrise à la perfection. L’histoire est totalement rocambolesque, invraisemblable diront certains, et pourtant, on se laisse embarquer avec une facilité déconcertante dans cette aventure tragi-comique qui, comme souvent, pose l’épineux problème de la filiation. François est un personnage absolument extraordinairement attachant à force d’être insupportable : cynique, arrogant, sans pitié, la vie est pour lui un jeu, un mélange de Monopoly® lorsqu’il s’amuse avec les entreprises et de Sims® lorsqu’il s’amuse à contrôler le destin de ceux qui l’entourent sans qu’ils le sachent ; mais ses failles le rendent fragile et émouvant, avec cette quête du père dont il veut récupérer les possessions disséminées. Simon, lui, est attendrissant aussi mais d’une toute autre manière. Maladroit, timide, il a toujours l’impression qu’il ne mérite pas ce qui lui arrive.

Un roman très cauwelaertien (note pour mon correcteur orthographique : j’invente des mots si je veux), entre rire et larmes, avec un soupçon de satire, où s’épanouissent les motifs obsédants de l’auteur, et qui au final nous donne une belle leçon de vie !

Un Objet en souffrance
Didier van CAUWELAERT
Albin Michel, 1991 (Livre de poche, 1993)

11 comments on “Un objet en souffrance, de Didier van Cauwelaert

  1. Retour vers l’auteur fétiche. En voyant la couverture, je ne m’attendais à un roman triste. Mais c’est sans compter l’art de l’auteur de doser tendresse et humour. Je ne connaissais pas ce titre.

    J'aime

  2. Quelle surprise, un van Cauwelaert que je n’ai pas lu ! Lacune à combler rapidement, merci de la piqûre de rappel !
    Bonne journée
    Anne

    J'aime

  3. C’est un auteur qui me laisse à chaque fois entre le j’aime et le c’est un peu trop, je le lis donc peu mais à petite dose c’est vrai qu’il fait du bien pour son fameux cocktail dont tu parles. En plus, pour avoir géré son stand dans un salon du livre, il est super sympa ce qui ne gâte rien 🙂

    J'aime

  4. L’extrait est-il une invitation hors sujet, très provocatrice en regard de l’histoire décrite ci-dessous.

    Intrigué non par cela, mais par ce livre inconnu, mais qui sera lu si il se trouve sur mon chemin.

    Merci pour ces partages

    J'aime

  5. moi j’attends le top 10 de l’auteur 🙂

    J'aime

  6. Bah, je finirai bien par le lire puisque DVC est un auteur qui m’est agréable !
    J’adore la couv de ton exemplaire, on voit qu’il ne date pas d’hier et que ta fascination pou DVC remonte à la nuit des temps !!!

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :