Charlotte, de David Foenkinos

CharlotteIl existe un point précis dans la trajectoire d’un artiste.
Le moment où sa propre voix commence à se faire entendre.
La densité se propage en elle, comme du sang dans de l’eau.

J’avais été assez sévère avec le dernier roman de Foenkinos. Mais c’est parce que, comme on dit, qui aime bien châtie bien, et ça ne voulait pas dire que je n’aimais plus cet auteur. Au contraire, j’étais très curieuse de découvrir Charlotte, et je me suis un peu précipitée dessus, afin de pouvoir le lire sans être parasitée par la déferlante d’articles que ne manquera pas de susciter ce roman, ayant l’intuition qu’il s’agissait d’une oeuvre pas comme les autres. Il faut dire que Bernard Lehut, sans trop en dire, avait su achever de me convaincre :

Donc, Charlotte. Après une enfance à Berlin marquée par la fatalité et la mort, Charlotte, qui porte jusque dans son prénom cette lourde histoire familiale, se découvre un talent pour le dessin et la peinture. Mais elle est juive (même si de fait elle ne sait rien de cette religion dans laquelle elle n’a pas été élevée) à une époque où les juifs sont exclus progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle tombe amoureuse, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France, auprès de ses grands-parents qui espèrent ainsi la sauver de la barbarie. C’est là qu’elle compose son œuvre picturale autobiographique, qu’elle met à l’abri avant d’être rattrapée par le Mal et d’être assassinée par les nazis, alors qu’elle est enceinte de quatre mois.

Le moins que l’on puisse dire c’est que dans ce roman, Foenkinos ne fait pas du Foenkinos, tant on est loin de ce à quoi il nous avait habitués ; j’irai même jusqu’à dire que si le roman nous avait été proposé en aveugle, sans nom d’auteur, bien malin aurait été celui qui l’aurait reconnu. Toi qui ouvre ce livre, abandonne tout espoir d’en sortir indemne : c’est sombre, bouleversant, poignant, grave. D’emblée, on est happé par le choix formel : des phrases courtes, incisives et percutantes comme autant de coups de poings, présentées en vers libres ; la lecture se fait en apnée, dans un sentiment d’urgence renforcé par l’utilisation du présent narratif. Un long poème qui nous retrace ce destin brisé d’une femme marquée dès le jour de sa naissance par la fatalité et qui parvient, du fond de l’abîme, au milieu de l’horreur, à sublimer sa vie par l’art.

Magnifique hommage à Charlotte Salomon, ce roman est aussi le récit d’une quête, et non une biographie : ponctuellement, l’auteur s’invite dans son texte pour nous livrer son cheminement, de sa découverte de l’oeuvre de l’artiste à ses pèlerinages sur les lieux où elle a vécu. La manière dont le roman s’est finalement imposé à lui, comme une nécessité ontologique.

Un grand roman, de ceux qui nous marquent profondément et nous transforment, à lire d’urgence !

Charlotte
David FOENKINOS
Gallimard, 2014

challengerl20145/6
By Hérisson

39 commentaires

  1. jostein59 dit :

    Après de nombreuses lectures de l’auteur, je fuis maintenant un peu cette « légèreté » ressentie ( je ne suis donc pas la seule puisque Bernard Lehut a identifié cette partie du lectorat). J’avais aimé La délicatesse et depuis, bof…en te lisant, je me dis que ce n’est donc pas le moment de faire l’impasse. Je note ce titre pour mes prochaines lectures.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      C’est tout sauf léger !

      J’aime

  2. marion dit :

    Je n’ai jamais lu de livre de l’auteur, mais celui ci à l’air moins « leger » que les autres et me tente bien

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Ah oui, le moins que l’on puisse dire est que c’est moins léger !

      J’aime

  3. noukette dit :

    Je me le suis offert il y a peu… Justement parce que Foenkinos ne fait pas du Foenkinos ici… Hâte de le lire !

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      J’attends ton avis !

      J’aime

  4. lalorelei dit :

    Ah, Foenkinos et Delacourt sont donc en pleine mutation ! Je n’ai jamais rien lu de lui, alors je commencerais bien par celui-là, pour le coup !

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Oui, une mutation, pour Beigbeder aussi d’ailleurs apparemment !

      J’aime

  5. jerome dit :

    Tout ce que tu en dis me tente. Sans doute un des romans qui va faire le plus parler de lui en cette rentrée.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Je pense, oui ! Peut-être goncourable, on verra !

      J’aime

  6. valou dit :

    Alors que je ne suis généralement pas intéressée par le style Foenkinos… ce roman m’interpelle. Ce revirement dans mes envies de lecture me fait bien penser que ce roman va être vraiment partout sur la toile !

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Je pense qu’il y aura un tsunami, oui

      J’aime

  7. **Fleur** dit :

    « Sombre », « grave » ?! Pour le coup, je suis très intriguée…

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Oui, c’est vraiment le sentiment qui domine, inhabituel quand on a l’habitude de lire l’auteur

      J’aime

  8. cartonsdemma dit :

    Tu es très convaincante, je n’ai pas encore commencé mes lectures « rentrée littéraire » mais je sens que celle-ci va faire partie des premières

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Ah, j’en suis ravie !

      J’aime

  9. Fleur dit :

    Tu m’as convaincue de le lire!!

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Heureuse de t’avoir convaincue alors !

      J’aime

  10. lorouge dit :

    Conseillée par une libraire, maintenant par toi… Je m’y intéresserais forcément :0)

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Je pense que c’est un de ceux dont on parlera le plus !

      J’aime

  11. valmleslivres dit :

    Je ne suis pas sûre d’avoir envie de le lire mais j’avais aimé entendre l’auteur parler de ce roman cet été sur France Culture.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Pas entendu, dommage ça m’aurait intéressée

      J’aime

  12. Un roman qui, d’après ta critique, me séduit énormément.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Alors fonce !

      J’aime

  13. ohoceane dit :

    Commencé hier soir, je réserve mon avis 🙂

    J’aime

  14. heyimManon dit :

    Tiens je le lirais bien celui-là ! En ce moment sur le blog, tente de gagner les 5 ouvrages de Dan Brown au Livre de poche, dans leur tout nouveau design, c’est par ici 🙂 http://www.shoparoundtheco.fr/inferno-dan-brown-concours/

    J’aime

  15. sylire dit :

    Comme Valérie, j’ai aimé entendre l’auteur parler de « Charlotte » dans les bonnes feuilles mais contrairement à elle, j’ai envie de le lire.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Tu as raison, c’est magnifiquej

      J’aime

  16. geraldinecoupsdecoeur dit :

    Je vais le lire, il devrait arriver dans quelques semaines à ma bib’ ! C’est cool , je peux beaucoup en discuter avec la bibliothécaire qui me demande ce que j’ai repéré comme titre pour la rentrée pour qu’elle compose sa commande. Bon, je ne suis pas un élément décisif, mais tout de même !

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Ah oui, c’est bien ça !

      J’aime

  17. isabelle dit :

    Phrases percutantes qui ma mise ko au début et j’ai failli abandonner en me disant « trop c’est trop »
    Heureusement la quête de l’auteur qui parsème le roman m’a permis de respirer un peu.
    Quand à David Foenkinos je ne l’ai jamais trouvé léger mais poétique, et là je reste un peu sur ma faim.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      C’est sûr que c’est un texte pesant

      J’aime

  18. Marion dit :

    Il y a longtemps que je n’ai pas lu Foenkinos. Pourquoi pas alors…

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Attention, c’est vraiment très différent de ce qu’il fait d’habitude

      J’aime

  19. pralineries dit :

    Eh bien, si Foenkinos ne fait plus de Foenkinos, je vais peut-être me laisser tenter !

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      C’est clair que c’est très différent de ce qu’il fait d’habitude

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.