Elle lit des romans

La lumière des étoiles mortes, de John Banville

la lumière des étoiles mortesDes images du passé lointain se pressent sous mon crâne et la moitié du temps je suis incapable de dire si ce sont des souvenirs ou des constructions de l’esprit. Ce n’est pas qu’il y ait une grande différence entre les deux, si tant est qu’il y en ait une d’ailleurs. D’aucuns affirment que nous inventons à mesure et à notre insu, que nous brodons et enjolivons, et j’aurais tendance à être de leur avis, car Mme Mémoire est une grande et subtile hypocrite.

C’est avec ce roman que je lance le grand bal de la rentrée littéraire 2014. Il faut dire : comment résister à ce titre et à cette couverture, absolument magnifiques ?

Alexander Cleave, un comédien de théâtre, a aujourd’hui 60 ans. Il se souvient qu’à l’âge de 15 ans, il a vécu le temps d’un été une histoire d’amour avec une femme de 35 ans, la mère de son meilleur ami. A ces souvenirs se mêlent ceux du suicide de sa fille, dix ans auparavant. Et, dans le présent, on vient de lui proposer un premier rôle dans un film…

Je ne suis pas très satisfaite de ce résumé, et j’ai envie de dire qu’il ne faut pas s’y arrêter, car le roman est beaucoup plus riche que l’histoire qu’il nous raconte. La lumière des étoiles mortes est avant tout une plongée fascinante dans le travail de la mémoire. Comment nous reconstruisons notre passé, comment nos souvenirs sont toujours partiellement fictifs, ces souvenirs-écran qui finalement nous construisent autant que nos expériences réelles. Il y a parfois un hiatus entre le souvenir ancré en nous et la vraisemblance, on se souvient d’événements que l’on sait être faux et on en a pourtant une image précise. Les souvenirs se superposent, parfois infléchis par le rêve et l’imagination. Parfaitement maîtrisé, d’une insondable profondeur, ce roman éminemment proustien est aussi d’une grande poésie, avec des motifs récurrents, comme celui de Vénus ; mais si en le lisant on pense à la mythologie, c’est évidemment le nom d’Oedipe qui vient à l’esprit, avec cette histoire étrange d’une femme de 35 ans qui prend pour amant le meilleur ami de son fils, histoire qui met mal à l’aise bien sûr, d’autant que l’on s’interroge longtemps sur le personnage féminin, incompréhensible et énigmatique, mais qui s’éclaire un peu à la fin. Certains passages sont déchirants, et j’ai souvent eu les larmes aux yeux.

Je conclurai en disant que ce roman absolument fascinant est l’un des indispensables de cette rentrée littéraire. Cela commence donc très fort, comme vous le voyez !

La Lumière des étoiles mortes
John BANVILLE
Robert Laffont, Pavillons, 2014 (sortie le 21 août)

challengerl20141/6
By Hérisson

34 comments on “La lumière des étoiles mortes, de John Banville

  1. Je le note dans mes acquisitions indispensables. Le sujet me plaît beaucoup et j’avais déjà lu et aimé un autre titre de cet auteur. Tu as vu tellement de lumière que tu as mis le mot au pluriel dans ton titre.

    J'aime

  2. Je mets en ligne mon billet demain et comme toi j’ai été très touchée par ce roman sur la mémoire. Ses descriptions de son amante sont magnifiques de sensualité et de sensibilité.

    J'aime

  3. j’aima avoir les larmes aux yeux.. Noté!

    J'aime

  4. Il a tout pour me plaire …

    J'aime

  5. ça commence fort en effet… c’est quoi ce prix des Asturies? Jamais entendu parlé!!!

    J'aime

  6. Je ne l’ai pas demandé car j’ai déjà un autre titre de l’auteur dans ma PAL, mais i a l’air très bien, effectivement.

    J'aime

  7. Ce livre me tente énormément ! 🙂

    J'aime

  8. Ta critique donne très envie de le lire, j’espère vite mettre la main dessus rapidement. Merci 🙂

    J'aime

  9. Un excellent début d’année, c’est super !

    J'aime

  10. Pas mal en effet…. mais je boude la rentrée littéraire cette année!! Ce sera pour plus tard ^^

    J'aime

  11. Il me tentait et me tente encore plus maintenant !

    J'aime

  12. Chic, il m’attend !!

    J'aime

  13. Je n’ai pas encore abordé la rentrée littéraire, mais je note !

    J'aime

  14. Ok, vendu, je le mets dans ma valise demain. 🙂

    J'aime

  15. geraldinecoupsdecoeur

    Oui mon capitaine ! Je note, si ma mémoire ne me fait pas défaut ! LOL !!!

    J'aime

  16. Je viens de terminer mon billet donc je lis le tien et je souris car nous avons été toutes deux « fascinée » par cette plongée dans la mémoire ! C’est vrai que ce livre, au-delà de ce qui peut déranger (pour certains) est fascinant et terriblement bien écrit ! 😉

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :