Elle se fait des films

Un jour sans fin, de Harold Ramis

Un jour sans finJe ne sais pas trop pourquoi (enfin si, en y réfléchissant bien, je sais un peu) l’autre soir j’ai eu envie de revoir ce film qui commence un peu à dater mais qui, s’il ne paye pas de mine, suscite pourtant des interrogations… sans fin.

Phil Connors, présentateur météo sur une chaîne de télévision régionale de Pittsburgh, est comme tous les ans obligé de se rendre, avec sa productrice Rita et un cameraman nommé Larry, à Punxsutawney en Pennsylvanie, pour « le jour de la marmotte », fête réelle qui a lieu le 2 février et qui consiste à observer le réveil d’une marmotte : si elle voit son ombre, l’hiver va encore durer 6 semaines, sinon on aura un printemps précoce. Le manque d’enthousiasme de Phil est assez visible (et je dois avouer que je le comprends…), et il passe la journée à être odieux avec tout le monde. Mais, lorsqu’avec son équipe il veut regagner le soir même la civilisation, la camionnette est bloquée par une tempête de neige, et ils doivent faire demi-tour. Et lorsque Phil se réveille le lendemain, c’est pour se rendre compte qu’on est à nouveau le 2 février. Et cette unique journée, il va la revivre un très nombre de fois…

L’idée de départ, assez simple, a tout de quelque chose de cauchemardesque, puisqu’en général, il y a peu de chances pour que ce soit une journée sympa qu’on ait à revivre. Mais c’est aussi très philosophique : je ne sais pas vous, mais moi il m’arrive assez souvent d’avoir l’impression de revivre tout le temps les mêmes trucs (pénibles, il va sans dire), même si ce n’est pas forcément la même journée. Que l’on appelle ça la routine ou, si on prend un peu de hauteur, le cercle du karma (oui oui, n’ayons pas peur) : en effet, l’idée est tout de même ici qu’il y a quelque chose à comprendre, et si le personnage revit sans fin les mêmes situations (comme nous donc dans nos différentes incarnations si on suit les enseignements du bouddhisme), c’est qu’il doit apprendre, progresser, devenir meilleur, corriger ses erreurs afin de sortir de cette infernale boucle temporelle, à laquelle la mort même ne peut mettre fin. Et c’est bien ce qu’il fait : odieux, égocentrique et misogyne, il finit par devenir un véritable héros qui profite de sa connaissance des événements pour sauver les gens (même si dans les faits ça ne sert à rien puisqu’il doit recommencer le lendemain), et un homme amoureux (et c’est ça d’ailleurs qui lui permet de sortir de la boucle).

Il y a aussi, dans le film, toute une dimension hédoniste, en tout cas au début, puisque Phil peut cueillir le jour sans se soucier du lendemain, puisqu’il n’y en a pas : pendant un moment, on le voit donc s’amuser beaucoup à faire des choses qu’il n’aurait jamais osé faire en temps normal, à cause des conséquences : voler de l’argent, conduire en état d’ivresse. Parfois, ce qu’il fait est totalement immoral, comme lorsqu’il prend tous les renseignements utiles sur une femme pour le lendemain (enfin, vous avez compris) lui faire croire qu’ils sont allés au lycée ensemble. Mais parfois aussi, il met à profit ce temps élargi pour des choses qui demandent de la pratique : jouer parfaitement du piano, faire de la sculpture sur glace. Le temps est une notion relative, mais finalement nous en manquons toujours pour faire ce qui nous fait plaisir. Et en voyant Phil en profiter, on ne peut que s’interroger : que ferais-je si, comme Phil, j’étais prise dans une boucle qui me permettrait de faire ce que je n’ai jamais pris le temps de faire ?

Et puis, il est bien sûr question de chemins qui bifurquent et d’uchronie. Phil a la chance, que nous n’avons jamais, de pouvoir, face à une même situation, tester différentes manières d’agir, pour finir par choisir la meilleure.

Je ne sais pas si ceux qui ont écrit ce film, qui reste avant tout une comédie romantique devant laquelle on rit beaucoup, avaient conscience de toutes ses implications philosophique, mais personnellement, j’ai aimé y réfléchir…

Un jour sans fin
Harold RAMIS
1993

30 comments on “Un jour sans fin, de Harold Ramis

  1. Un film que j’adore !

    J'aime

  2. Jolie analyse d’une comédie sympathique.

    J'aime

  3. Catherine

    J’adore ce film! Et je suis tout a fait d’accord avec toi, la morale de fond c’est qu’on apprend de ses erreurs ou pas…ou du moins il nous faut les repeter plusieurs fois avant de finalement comprendre! Ah c’etait ca alors, ne plus essayer d’eteindre la bougie avec ses doigts, ca brule! Non mais plus serieusement ce film reprend ce qu’on se dit souvent « mais pourquoi j’ai fait ca et j’ai pas fait ca, ca m’aurait evite bien des ennuis ». Un film a voir et a revoir!

    J'aime

  4. C’est un film que je revois toujours avec plaisir. Petite suggestion: un livre sur le même thème qui a été ré édité en poche il y a peu: « Replay » de Ken Grimwood. A chaque fois que je l’ai conseillé, j’ai fais mouche ! 😉

    J'aime

  5. Bonjour, mon ami est un fan de ce film qu’il aime revoir régulièrement. Moi, je l’apprécie beaucoup cette histoire à répétition me lasse un peu et quand à la toute fin, le chronomètre du temps qui passe reprend ses droits, je suis presque soulagée. Sinon, Bill Murray et Andy McDowell sont vraiment bien. Bonne journée.

    J'aime

  6. Bonsoir,
    ce film est un petit bijou !! Je le re-regarde régulièrement. J’écoute aussi souvent la fameuse chanson qui réveille Phil Connors tous les matins (I Got You Babe de Sonny and Cher).

    J'aime

  7. Un très bon film drôle

    J'aime

  8. C’est un de mes films cultes. Merci de le partager avec nous.
    La vie est triste et chaque jour ressemble au précédent, sans que tout cela n’ai de sens.
    Mais elle peut également être gaie et heureuse. Pour cela le héros nous donne la recette : la Générosité, l’amour des autres, et surtout : l’Amour avec un grand A. Car c’est bien l’Amour qui permet au héros de sortir de son cycle infernal et de retrouver gout à la vie.
    Sur un thème proche, j’adore aussi « Vanilla Sky ».

    J'aime

  9. Dans le making of du film il me semble que Harold Ramis fait référence au bouddhisme

    J'aime

  10. C’est un de mes films cultes également. Il passe souvent et récemment encore sur TCM, la chaîne consacrée aux films américains à laquelle je suis abonnée. Dans le billet que j’avais écrit il y a quelque temps je mettais surtout l’accent sur le côté drôle et romantique à la fois du film. Tu en montres l’aspect philosophique et c’est très intéressant. Je l’ai vu et revu je ne sais combien de fois et ne m’en lasse pas. C’est un délice, classé en 2000 comme 34e meilleure comédie du XXe siècle et 8e film fantastique!
    http://liratouva2.blogspot.fr/2011/03/un-jour-sans-fin-de-harold-ramis-avec.html

    J'aime

  11. Un excellent film.

    J'aime

  12. Rhooo j’adore ce film il est culte pour moi, et la petite musique le matin dans son radio réveil ça rend dingue 😀 et son ancien collègue de lycée 😀 la marmotte bref je sur kiffe ce film 🙂 bravo bel article et bon courage 🙂

    J'aime

  13. En effet ! une comédie sympa qui a une dimension philosophique !

    J'aime

  14. je l’ai vu trois fois car je cherche toujours le moyen de remonter le temps pour retrouver la femme que j’aimais le plus au monde .Comment ça c’est nul ? bon alors c’est pour sonny and cher , la marmotte ( coutume absolument adorable et nord américaine comme quoi tout est possible ) et pour Andy-Mac-Dowell-que-je-séduis-par procuration-en-ayant appris-à-jouer-du-piano-comme-un-dieu !
    Merci pour le partage

    J'aime

  15. Ping : Le dernier jour de ma vie, de Ry Russo Young | Cultur'elle

  16. Ping : When we first met, de Ari Sandel

  17. Ping : Poupée Russe de Natasha Lyonne, Amy Poehler et Leslye Headland : l’Éternel retour – Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :