Elle lit des romans

Au service de table de Sa Majesté, de Maïkole

Au service de table de sa majesté

Un conseiller de la Reine souffle à la royale esgourde qu’il s’agit du garde rapproché très spécial dont il lui a parlé, et celle-ci acquiesce en reconnaissant qu’il paraît très spécial.

Magie de la sérendipité : l’autre jour, en cherchant je-ne-sais-plus-quoi, je suis tombée sur un extrait de ce roman, extrait qui a provoqué chez moi une telle hilarité que je n’ai pu me retenir de le télécharger tout de suite (on peut aussi acquérir une version papier si on veut, mais c’est plus long). Il s’agit d’une série, mais j’ai choisi de lire celui sur lequel j’étais tombée par hasard (ce qui n’est absolument pas gênant pour la compréhension) et qui se passe donc en Angleterre.

Jean Bon, agent zéro zéro Sète, est chargé d’une mission très spéciale : protéger la Reine d’Angleterre, Claudette XXVIII, et sa royale famille, le prince Dennis, son époux, qui passe son temps à faire de la planche à voile, et le prince Kévin, son fils assez idiot, contre un complot qui vise à l’éliminer…

Je crois que cela fait longtemps que je n’avais pas autant ri en lisant un roman. Je veux dire : avoir un véritable fou rire, au point de devoir m’interrompre. Parodie de roman d’espionnage, ce texte est, de fait, totalement loufoque, un mélange de James Bond, San-Antonio, Rabelais et Boris Vian, rien moins, avec quelques références à Amicalement Vôtre, série que notre héros adore et regarde dès qu’il a le blues (il adore tellement que dès qu’il est à Londres il se rend en pélerinage au 15 Quenn Ann’s Gate, où se situe l’appartement de Brett). L’histoire en elle-même est plutôt bien ficelée niveau suspens, on se demande jusqu’au bout qui est le coupable, il y a des situations d’un cocasse irrésistible (Jean Bon est assez gaffeur, il faut le dire), mais c’est surtout l’inventivité linguistique qui est proprement stupéfiante : les jeux de mots et les calembours se succèdent à un tel rythme que je ne suis pas certaine de ne pas en avoir loupé quelques uns. Rien qu’un exemple avec l’onomastique, pour vous donner une idée :  on a un Louis-Ken du Whitmey (qui a une entreprise de ponts) et quelques lords au nom invraisemblable, « Lord O’Nance, doyen de The Royal Society of Medicine » et « Lord Heenater, doyen de rien et amateur de Mercedes anciennes, dont la mémoire, elle, est très vive ».

Bref, une lecture jouissive, que je vous conseille si vous avez un peu le blues, je ne vois pas bien quelle humeur sombre pourrait résister (après, j’ai lu ça et là que ça plaisait plutôt aux hommes, je suis la preuve vivante du contraire mais après, je ne sais pas).

Au Serbice de table de Sa Majesté
MAÏKOLE
The Book Edition, 2011

18 comments on “Au service de table de Sa Majesté, de Maïkole

  1. keisha41

    Louis-Ken du Whitmey : je me suis esclafée, j’adore, bon, le bouquin est peut être pour moi alors?

    J'aime

  2. Oh… ça ne se refuse pas ! La couverture me fait déjà sourire.

    J'aime

  3. C’est sûr que rire ne se refuse pas !!

    J'aime

  4. Rien que les exemples que tu nous donnes me font sourire, un livre anti-morosité, je note!!

    J'aime

  5. James Bond, San-Antonio, Rabelais et Boris Vian ? Rien que ça ? Ca doit valoir le détour effectivement !!

    J'aime

  6. rhaaaa mais il me le faut ! je file sur le lien !!!

    J'aime

  7. c’est mon papa qui l’a écrit, c’est pour ca que c’est cool. Et la collection est bien remplie : bientôt une petite dizaine, n’en loupez pas un seul..!

    J'aime

  8. Chère Caro,
    Veux-tu m’épouser ?
    Ah non, ça c’est déjà fait, ce n’est pas ce que je voulais dire…
    Bon, pas grave, on en parlera une autre fois (je commande quand même les fleurs ?). Ce que je voulais dire, c’est que, quand l’une de mes filles – eh oui, moi aussi je sais faire dans le féminin ! – a trouvé presque par hasard cette très aimable critique sur mon immortel chef d’oeuvre, j’avoue que j’ai été surprised et totally delighted, pour parler comme la Reine. Parce que, au moins, il s’agissait d’une appréciation spontanée et totally neutral, pour re-parler comme la Reine et montrer encore ma grande culture. Pas comme quand ce sont mes amis qui se croient obligés de dire des gentillesses tout en me plaignant amèrement, les faux-culs !
    Donc, après avoir bien rougi de tant de compliments, je me suis empressé de facebooker la chose (tu permets ?) histoire de montrer à la face du monde de la terre entière que tous mes efforts ne sont peut-être pas vains et que, un jour, il y aura peut-être plein d’autres inconnu(e)s qui écriront eux aussi des choses spontanées et sympas, et alors Batman pourra aller se rhabiller, ha ha !
    Bon, merci encore pour les félicitations au papa de ma fille et pour le reste, et je vois s’il y a un prêtre disponible.
    Ciao-bye, thanks again, bises et tout le bataclan ! (et bonne continuation)
    Maïkole

    J'aime

  9. Et oui c’est moi la fille !
    Bravo pour votre article ! Et comme disait ma soeur précédemment …. Il est temps de vous enfiler le reste de la collection ! 🙂

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :