Elle lit des romans

Je n’étais qu’un fou, de Thierry Cohen

Je n'étais qu'un fou Thierry CohenCe sont les 3S qui t’ennuient ? Ceux de Samuel S. Sanderson et de Sentiments, Suspense et Sexe ? Ce n’est pas une recette, c’est une formule magique. Celle qui t’a transformé en auteur à succès et te fait gagner des millions de dollars chaque année.

Samuel Sanderson est un romancier à succès qui produit à la chaîne des romans de grande consommation, qui lui ont apporté la richesse et de nombreuses conquêtes féminines. Il profite sans vergogne de cette notoriété depuis que sa femme l’a quitté, déçue qu’il ait abandonné ses hautes ambitions littéraires, et lui même plonge en pleine crise existentielle entre le roman n°8 et le n°9. Dans le même temps, d’étranges messages commencent à lui parvenir sur facebook…

C’est avec une certaine bienveillance que j’ai commencé ce roman : le résumé était assez intrigant, de toute façon comme on le sait je ne peux pas résister aux histoires mettant en scène des écrivains, et en outre j’avais été particulièrement charmé par un précédent roman de Thierry Cohen, Longtemps, j’ai rêvé d’elleMais. Ma bienveillance a été très vite mise à rude épreuve, pour finalement laisser place à beaucoup d’agacement. Certes, Thierry Cohen a un certain talent pour tirer les ficelles narratives. Certes, il y a de très belles réflexions sur l’écriture. Pourtant, la chantilly ne monte pas. J’ai eu une désagréable impression à la fois d’enlisement et de grandiloquence, d’une écriture bourrée de clichés et de grandes phrases toutes faites sur la vie. Et l’ensemble est d’un caricatural effarant : la crise existentielle d’un écrivain désabusé et alcoolique, qui n’a plus goût à rien, s’est coupé de tout le monde, a honte de faire de la littérature commerciale, qui s’en veut d’avoir cédé aux sirènes de l’argent en produisant des romans marketés autour de la recette des 3S… bref, une caricature je vous dis, sans aucune subtilité ni complexité. L’histoire elle-même ne suit pas la piste de départ qui aurait pu apporter un peu de piment, se transforme en banal thriller, et se termine de manière totalement invraisemblable.

Donc, une déception.

Lu par Mango, Keisha, Géraldine

Je n’étais qu’un fou
Thierry COHEN
Flammarion, 2014

16 comments on “Je n’étais qu’un fou, de Thierry Cohen

  1. Je passe celui-ci et je note l’autre…

    J'aime

  2. keisha41

    Pas pour moi, c’était clair dès le départ (mais je lui ai laissé sa chance, comme on dit) L’éditeur a récidivé en m’expédiant le dernier Ahern. Je vais tenter aussi, on ne sait jamais… (le pitch a l’air pas mal)

    J'aime

  3. Il n’est pas sur le haut de ma pile celui là… Après ton billet il sera même remisé tout en bas !

    J'aime

  4. ça c’est fait 😉
    Et un titre de moins à noter, toujours ça de gagné.

    J'aime

  5. donc je laisse tomber…

    J'aime

  6. valmleslivres

    Je ne l’ai même pas ouvert. J’ai lu la quatrième de couverture et je me suis dit « Ouh la la ».

    J'aime

  7. geraldinecoupsdecoeur

    Moi, j’ai adoré, je ne m’attendais pas à cet aspect thriller ! Je me suis régalée ! Bon, je ne t’en veux pas !!!

    J'aime

  8. Ouf! Merci, je viens de le terminer et cet avis me conforte dans mon ressenti . De plus à partir des 2/3 du livre j’ai commencé à me sentir mal à l’aise vue la tournure que prenaient les événements .

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :