Elle se promène

L’Etat du ciel – partie 2 au Palais de Tokyo

edc-part2Un de mes traits de caractère est que je m’avoue rarement vaincue. Parfois c’est négatif et on appelle ça de l’entêtement, mais parfois, aussi, c’est positif : c’est de la persévérance. Aussi, ne voulant pas rester un relatif échec avec l’art contemporain, me suis-je rendue à la présentation presse du deuxième volet de L’Etat du ciel au Palais de Tokyo, considérant que la présence de Jean de Loisy (président du Palais) et des artistes ne pourrait que m’aider à y voir clair.

Le principe de L’Etat du ciel, comme je l’avais dit, est de voir quel regard portent les artistes sur le monde contemporain. Ce deuxième volet est lui-même constitué de quatre mouvements.

Tout d’abord, les modules de trois artistes récemment diplômés de la Villa Arson et soutenus par la fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent. Vivien Roubaud propose deux créations : une première est constituée de la danse hypnotique d’une lame de scie circulaire qui déchiquette un matelas, une oeuvre donc dont la création est aussi la destruction, et qui pose la question de l’accident ; la seconde est un ensemble de tubes de plexiglas remplis de pétrole polymérisé dans lequel ont explosé des feux d’artifice à combustion incomplète. Ensuite Thomas Teurlai propose deux montages qui font appel à l’ouïe et qui se font écho l’une l’autre : une baie vitrée sur laquelle est posée une enceinte sonore propageant de temps à autre une vibration sourde rappelant la musique tibétaine, et une bouche d’aération de métro. Enfin, Tatiana Volska propose des montages divers se fondant dans l’architecture du bâtiment.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ensuite, trois interventions sur le bâtiment. La première est l’oeuvre de Natalie Czech, intitulée « Il pleut » et réalisée en 2012 ; il s’agit d’un travail entre texte et image autour des calligrammes d’Apollinaire. La deuxième, d’Emilie Ding, est un ensemble de peintures à l’huile sur des panneaux en béton dont les motifs sont des sortes de fantômes de l’histoire du bâtiment du palais de Tokyo. Enfin, Sheila Hicks propose un espace public, entre les différentes expositions, constitué autour de ballots de fibres qui ressemblent à de gros coussins colorés. Je n’ai réussi à prendre une photo potable que de cette dernière :

Sheila Hics - Baoli
Sheila Hics – Baoli

Ces deux formes, les modules et les interventions sur le bâtiment, m’ont plutôt plu et j’ai été très intéressée par le travail conceptuel de recherche et de réflexion derrière la production elle-même.

Mais ce qu’il ne faut pas manquer à mon avis dans ce volet, c’est l’exposition d’Hiroshi Sugimoto, artiste dont j’avais déjà rencontré le travail chez Boucheron. L’idée, intitulée Aujourd’hui, le monde est mort [lost human genetic archive]est de proposer une sorte de musée labyrinthique de l’espèce humaine. Le parcours est constitué d’une trentaine de scénarios, racontés par différents personnages fictifs et commençant tous par « Aujourd’hui, le monde est mort. Ou peut-être hier, je ne sais pas », référence apocalyptique à Camus : un apiculteur qui constate la désertification du monde suite à la mort des abeilles, un spécialiste des religions comparées ou encore un homme politique qui choisissent de préserver (ou non), pour le futur, leur patrimoine génétique individuel. Tout est ruine, et le visiteur ne peut qu’être saisi par cette évidence que l’espèce humaine, peut-être, est vouée à disparaître.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, le dernier point est plus une performance qu’une exposition. Avec « Flamme éternelle », Thomas Hischhorn propose une oeuvre qui se construit collectivement, une action réflexive à laquelle philosophes, écrivains, poètes et surtout public sont invités à participer : chacun apporte son combustible pour que la flamme ne s’éteigne pas. Chaque jour, sans qu’on sache qui ni quand (à part l’artiste, toujours présent) ont lieu des lectures, des débats, autour de deux agoras où brûle une flamme. On peut aussi s’installer pour lire dans des canapés recouverts de chatterton, surfer sur internet mis gratuitement à disposition, manger un hot dog pas cher. L’ensemble permet la naissance d’une publication gratuite et quotidienne. Cette exposition est gratuite, afin que tout le monde puisse s’y rendre tous les jours !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bref : j’étais ravie, parce qu’enfin, dans les grandes lignes, j’ai compris, et j’ai apprécié notamment le fait que la plupart des expositions soit liée, finalement, à l’écriture.

L’Etat du ciel – Partie 2
Palais de Tokyo
25 avr – 23 juin : Les Modules – Vivien Roubaud, Thomas Teurlai, Tatiana Wolska (Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent)
25 avr – 07 sept : AUjOURD’HUI, LE MONDE EST MORT [LOST HUMAN GENETIC ARCHIVE] – Hiroshi Sugimoto
25 avr – 23 juin : FLAMME ÉTERNELLE- Thomas Hirschhorn (gratuit)

9 comments on “L’Etat du ciel – partie 2 au Palais de Tokyo

  1. Je viens de découvrir ton blog, via Marion (Twenty Three Poenies), et je ne peux m’empêcher de tiquer sur Hiroshi Sugimoto, qui est un photographe que j’admire depuis de nombreuses années, et dont je me tâte encore à faire cette expo. Tu aurais un plus ample retour à son propos ? J’ai toujours connu Sugimoto seul et donc uniquement ses thématiques et son esthétique. Il en est de même ici, où c’est très lié au thème de cette exposition collective ? (Si je ne dis pas de bêtise, la sienne reste liée à l’Ëtat du ciel – partie 2, non ?)

    J'aime

    • Les expositions sont liées par une thématique, mais restent indépendantes, et la sienne est vraiment superbe (et assez dans ce qu’il fait habituellement)

      J'aime

  2. pralineries

    Celle-ci est sur ma to-do !

    J'aime

  3. georges

    Irrégulière,
    je dois constater que vous êtes une jeune femme très fière de personne et de vos propos, même si vous avez tord, vous ne vous avoué pas vaincu.
    Moi c’est le contraire, quand on me prouve mes erreurs, je les reconnais.
    Cordialement votre Georges

    J'aime

  4. georges

    Irrégulière,
    je dois constater que vous êtes une jeune femme très fière de votre personne et de vos propos, même si vous avez tord, vous ne vous avoué pas vaincu.
    Moi, c’est le contraire, quand on me prouve mes erreurs, je les reconnais.
    Cordialement votre Georges

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :