Elle se fait des films

To Rome with love, de Woody Allen

kinopoisk.ruIn this city, all is a story

A Rome, tout est une histoire donc, et ce film nous en propose quatre, qui ne se croisent d’ailleurs jamais.  Celle de Jerry (Woody Allen), ancien imprésario d’opéra, et de Phyllis (Judy Davis), son épouse, qui viennent faire la connaissance du futur mari de leur fille et de sa famille ; le père est croque-mort, et doté d’une magnifique voix, mais seulement sous la douche. Celle de Leopoldo Pisanello (Roberto Benigni) qui se réveille un matin harcelé par les médias sans comprendre pourquoi. Celle de John (Alec Baldwin), un architecte américain renommé, qui revisite Rome où il a vécu 30 ans auparavant, et rencontre Jack (Jesse Eisenberg), un jeune architecte qui va tomber amoureux de Monica (Ellen Page), la meilleure amie de sa fiancée. Celle d’Antonio (Alessandro Tiberi) qui, venu s’installer à Rome avec sa jeune épouse Milly (Alessandra Mastronardi) doit, suite à un quiproquo, faire passer Anna (Penelope Cruz), une prostituée, pour sa femme, pendant que Milly, perdue dans Rome, fait des rencontres hasardeuses.

Ce film est tout simplement magique, un petit bonbon qui fond dans la bouche et nous fait passer presque deux heures le sourire aux lèvres. Cela virevolte de tous les côtés, passant de l’anglais à l’italien et du rêve à la réalité. A la fois loufoque et poétique, légère et grave, parfois un peu satirique, cette comédie nous emmène dans une Rome de carte postale, les ruelles pavées du trastevere et ses trattorias, la fontaine de Tevi et le Colisée. Là où hasards et coïncidences, quiproquos et plongées dans le passé prennent un sens particulier…

J’ai vraiment aimé cette balade dans Rome, autant que j’ai aimé le Paris de Midnight in Paris.

Le seul défaut du film ? Donner l’envie de sauter dans le premier avion en partance pour la ville éternelle.

To Rome with love
Woody ALLEN
Etats-Unis, 2012

23 comments on “To Rome with love, de Woody Allen

  1. Je l’avais beaucoup aimé même si c’est un film qui part dans tous les sens !

    J'aime

  2. Ah, tiens… J’en garde un souvenir cuisant, c’est pour moi le film le plus navrant de Woody Allen – j’ai bien cru qu’il était fini pour de bon à ce moment-là. Tout particulièrement le segment avec Begnini (que je n’aime pas beaucoup, il est vrai, mais c’est surtout le scénario, satire vue mille fois, qui pèche), et celui avec Penelope Cruz (qui n’a jamais aussi mal joué !) ; Baldwin s’en sort avec les honneurs mais c’est bien le seul… Contrairement à Midnight in Paris qui utilisait habilement les clichés de la Ville Lumière pour parler de nostalgie, je trouvais que Woody Allen ne savait pas quoi faire de Rome, qui semblait l’embarrasser plus qu’autre chose : certaines vues sont belles, et après, que faire en dehors de la simple carte postale ?

    J'aime

  3. Pour ma part j’ai détesté ce film que j’ai trouvé trop lourd, débile et peu inspiré, parfois pas crédible (ex : le personnage de Cruz, drôle, mais ne pourrait pas rentrer dans certains endroits habillée de cette manière).
    (mais Rome est une magnifique ville 🙂 )

    J'aime

  4. Je l’ai trouvé un peu plus décousu que « Midnight in Paris » mais je suis définitivement fan de Woody Allen !

    J'aime

  5. Il faut que je le voiiiiis ! Je n’ai même jamais vu Midnight in Paris 😦

    J'aime

  6. Catherine

    J’ai beaucoup aime Midnight in Paris et j’adore Roberto Benigni! Il faut que je vois celui-ci!

    J'aime

  7. Il m’avait échappé, celui-ci! grâce à toi, je vais pouvoir réparer ! 🙂

    J'aime

  8. J’ai beaucoup aimé, il est léger et ca fait voyager

    J'aime

  9. J’ai aimé d’amour Midnight. Mais alors pour celui-là, j’ai cru mourir d’ennui.

    J'aime

  10. Bonjour! Je déteste voyager mais dès que je vois un film de Woody Allen, j’ai envie de boucler ma valise et partir à Rome, à Manhattan. Je suis sûre qu’il serait capable de sublimer un coin perdu dans le fin fond de l’Afghanistan. J’ai adoré Minuit à Paris aussi!

    J'aime

  11. Bonjour Irregulière, que j’avais été déçue par ce fllm, à cause peut-être du scénario. Le seul que je sauve de ce naufrage, c’est Roberto Benigni. Quant à Midnight in Paris: une petite merveille. Bonne journée.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :