Romans

Le jeu des ombres, de Louise Erdrich

Louise Erdrich jeu des ombresL’histoire, c’est deux choses, après tout. Pour qu’elle ait un sens, l’histoire doit se composer à la fois de l’événement et du récit. Si elle ne racontait jamais rien, s’il ne racontait jamais rien, s’ils n’en parlaient jamais entre eux, il n’y avait pas de récit. Et l’acte, même s’il avait eu lieu, était ainsi dénué de sens.

Parce qu’il est convaincu qu’elle le trompe, Gil, un peintre, lit le journal d’Irene, qu’elle tient dans un carnet rouge. Mais elle s’en rend compte, et se met à tenir son vrai journal dans un carnet bleu, qu’elle cache dans un coffre à la banque, tout en continuant à écrire dans le carnet rouge, afin de manipuler Gil.

Ce roman, admirablement construit autour de l’alternance entre les deux carnets et un récit à la troisième personne dont nous apprenons dans les dernières pages qui en est le narrateur, ce roman, donc, est tout simplement glaçant, terrifiant et pour tout dire anxiogène. Ce qui nous est raconté là, c’est la descente aux enfers non d’un couple mais d’une famille, dans laquelle on se demande qui est le plus malsain et détraqué. D’abord il y a Gil, dont l’activité artistique donne lieu à de fascinantes pages sur la peinture, qui est un enjeu essentiel du roman : Gil peint, donc, mais il peint essentiellement sa femme, depuis toujours, et ce qui pourrait être une charmante preuve d’amour (l’épouse comme muse, classique) est l’un des signes d’une volonté de toute puissance et d’emprise totale de Gil sur les siens et sur Irene : emprise totale sur le corps par l’image, emprise totale sur l’âme par la lecture du journal. Pour Gil, Irene doit être transparente, alors qu’elle voudrait pouvoir garder sa part de mystère et à échapper à ce contrôle. Mais Irene elle-même apparaît vite aussi dérangée que son mari, quoique d’une autre manière : alcoolique, dépressive, incapable de mener un projet à bien et surtout pas sa thèse sur Caitlin qui s’enlise, elle ne fait que s’explorer à travers son journal, et rapidement l’alternance entre le bleu (le vrai) et le rouge (qui devient au final presque un roman) vire à la cruauté la plus complète, Irene manipule Gil comme une marionnette dans le but avoué de protéger ses enfants, mais aussi sans doute par pure perversité. Quant aux enfants… eux aussi sont inquiétants, ombres fantomatiques observant la déchéance du couple parental, génies dont on se demande s’il ne sont pas à la limites de l’autisme. Et n’oublions pas les chiens, pourvus d’une intelligence fulgurante, qui essayent de protéger ce qu’il y a à protéger.

Et pourtant, Gil et Irene s’aiment. Mal, car ils se détruisent, mais ils s’aiment, ce qui rend les choses d’autant plus terrifiantes…

Bref, un roman très intense, très profond, nourri de la question de l’identité indienne, dont on ne ressort pas indemne.

Lu par Antigone, Theoma, Cathulu, Clara

Le jeu des ombres
Louise ERDRICH
Albin Michel, 2012 (Livre de poche, 2014)

27 réflexions sur “Le jeu des ombres, de Louise Erdrich

  1. Voilà un roman qui me semble captivant ! J’aime les romans dans lesquels on trouve un jeu entre différentes voix. 🙂

    J'aime

  2. Olala, je m’étais promis de ne plus lire Louise Erdrich, déçue par une précédente lecture mais là… Comment résister ?

    J'aime

  3. « La chorale des maîtres bouchers » m’a passionné et « la malédiction des colombes  » m’a déçu. Mais Louise Erdrich est talentueuse et mérite d’être suivie. « Le jeu des ombres » est sur ma pile!

    J'aime

  4. C’est une auteure que je dois découvrir depuis plusieurs années…. Un livre dans ma PAL, qui hélas, se fait toujours doubler… Mais il vaincra !!!

    J'aime

  5. Bon, je suis définitivement la seule à avoir détesté ce roman… j’aime pourtant Louise Erdrich, que je lis depuis longtemps. Mais celui-ci m’est tombé des mains avant que j’arrive à la moitié. Pourtant, je lis partout des critiques dithyrambiques… peut-être faudrait-il que je retente.

    J'aime

  6. Pingback: Femme nue jouant Chopin, de Louise Erdrich | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s