Mon salon du livre 2014 : part 2 – Vendredi

Après une assez bonne nuit, j’arrive sur site vers 9h30 et comme l’an dernier, je m’installe dans un café pour prendre mon petit déjeuner. Cédant à la tentation je prends un croissant, qui était tout chaud, un vrai bonheur. Mais bon, mon petit-déjeuner a priori ne vous intéresse que peu, donc avançons dans le temps. Vers 10h15 (j’ai retenu la leçon de l’an dernier et voulu éviter la cohue de l’ouverture des portes) je me dirige vers l’entrée. Bon, ce n’était pas non plus très calme, mais j’ai profité d’une conjonction astrale favorable qui m’a propulsée je ne sais comment vers le cerbère, et là je me suis retrouvée totalement seule à l’entrée presse. Merveilleux. Après avoir déposé ma valise au vestiaire, j’ai commencé à tranquillement arpenter les allées. Il y avait déjà beaucoup de scolaires, et ces derniers se déplaçant en troupeaux, il était parfois difficile de se frayer un chemin, mais enfin, bon, je ne faisais là qu’un premier tour de piste, armée de mon planning.

A 11h, je rejoins le stand Myboox. Comme je ne pouvais pas participer au fameux Speedbooking qui est passé sur i-télé (il avait lieu à 17h, trop tard pour moi qui avais mon train à 17h30), j’avais promis de participer au quizz organisé en partenariat avec Gallimard, un petit jeu de connaissances littéraires à partir du jeu de plateau Le grand jeu de la littérature. Nous interpellons les passants pour me trouver des adversaires, et le jeu commence. Bon, ça n’a pas duré très longtemps : ayant tout de même mon honneur à défendre, j’ai assez vite plié l’affaire, et engrangé deux premiers livres (virtuellement pour le moment) dans mon escarcelle : Opération Sweet Tooth et Réparer les vivants. 

sdl_myboox

Je poursuis mes errances. Je craque sur trois livres sur le stand Actes Sud, ainsi que sur le très convoité Solo.

Et là a lieu le grand ratage de ce salon. En quittant le stand du Seuil, j’avise William Boyd qui termine une interview sur France Culture. Je prends 2-3 photos. Puis, maligne (à ce stade là j’ai tout bon), je me place à la sortie du stand de la radio, sur le côté : à part moi, seulement deux photographes, je me dis qu’avec un peu de talent je vais arriver à me faire dédicacer mon livre. Boyd sort, un photographe s’en empare pour un shooting prévu, et là je sors mon téléphone pour moi même prendre quelques photos en loucedé. Làs : mon téléphone s’éteint, faute de batterie (mais pourquoi ne me suis-je pas rendu compte de ça 5 min avant ?). Le temps que je branche la batterie de secours et que je rallume la bête, Boyd était déjà en train de partir. Je lui cours après (à ce stade là, je n’ai plus de dignité). Je l’interpelle : « Mister Boyd, please, can I… ». Regard navré : « Sorry, I have a taxi ». (note : je suis stupide, Boyd est parfaitement francophone). Bref. Je n’aurai pas mon exemplaire dédicacé.

Bon, c’est l’heure de la table ronde à laquelle je voulais absolument assister : « Ecrire la vraie vie comme un roman ». J’arrive à me placer au premier rang, pile face à la scène. Table ronde passionnante avec Philippe Jaenada, Marie Desplechin, Philippe Besson, Muriel Beyer (éditrice chez Plon) et David Rey (libraire), sur un sujet qui m’intéresse particulièrement. Ce n’est pas une table ronde sur l’autofiction, mais une réflexion sur l’intérêt pour un romancier d’écrire des fictions à partir de personnes réelles, ou de collaborer à des autobiographies. Evidemment, la conversation finit par arriver à En finir avec Eddy Bellegueule, qui est en train de devenir l’affaire Dreyfus du monde littéraire. Tout a donc failli finir en pugilat, Marie Desplechin n’étant pas du tout d’accord avec Muriel Beyer, mais bref.

Je poursuis mes pérégrinations. Je passe au stand France Télévision me faire dédicacer le livre d’Olivier Barrot à peine sortie des presses. Sympathique, mais pas particulièrement intéressé par le fait que je tienne un blog littéraire. A la caisse, j’avise un lot de cartes postales avec la photo de Busnel, évidemment il m’en faut absolument une, donc je joue de mes charmes auprès du pauvre jeune homme qui ne savait pas trop s’il avait le droit d’ouvrir le paquet, les cartes étant a priori prévues pour que Busnel dédicace ses DVD des Carnets de route. Mais deux ratages dans la même journée, ce n’est pas possible. J’obtiens ma carte (j’espère que le vendeur ne s’est pas fait houspiller).

Je me réinstalle sur le stand Myboox (les pauvres, ils devaient en avoir ras-le-bol de moi), où me rejoins George accompagnée de Missbouquinaix. Nous papotons, je me rends utile en leur expliquant le principe du speedbooking (histoire que Thomas et Laetitia ne m’aient pas accueillie sur leur stand pour rien), et nous repartons chacune vers nos aventures respectives.

Je passe faire un coucou à Stéphane Rose sur le stand de la Musardine, je erre encore un peu et parviens à prendre une photo de David Foenkinos chez France Culture. Et puis, grand hasard, je croise ma copine de fac Daphné, qui se trouve être l’attachée de presse du salon du livre : honnêtement, je ne pensais pas tomber sur elle, mais nous papotons 5 min au pôle presse (ce qui m’a fait l’occasion d’y aller, du coup : avec l’accréditation je peux y entrer, mais honnêtement je n’aurais pas su qu’y faire).

Puis je récupère ma valise et file prendre mon train (miraculeusement à l’heure). Je suis rentrée chez moi épuisée, mais enchantée : mieux organisée que l’an dernier (même s’il y a eu quelques loupés, et qu’il y a plein de gens que j’aurais voulu voir et que je n’ai pas vus), j’en ai beaucoup plus profité !

Quelques photos pour terminer. L’ambiance générale :

sdl_ambiance

Les people (ce n’est pas à moi que David Foenkinos fait coucou) :

sdl_people

Le butin :

sdl_butin

Et voilà ! Vivement l’année prochaine !

39 commentaires

  1. jostein59 dit :

    Ça donne envie d’y retourner. De beaux achats, je ne manquerai pas non plus le William Boyd.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      J’en suis aux 3/4, j’adore

      J’aime

  2. Il ne fallait pas le dire que Foenkinos saluait quelqu’un d’autre 😉 !
    Un très beau compte-rendu, très illustré (je ne prends jamais assez de photos !), on te suit avec plaisir !

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Moi j’en prends trop….

      J’aime

  3. clara dit :

    je note le Tim Parks… Mo téléphone portable se décharge parfois sans prévenir ou bugge quand il ne le faut pas (pourvu que le WE prochain il tienne bon!)

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Mais moi il ne buggue pas, c’est juste que je n’ai pas fait attention

      J’aime

  4. keisha41 dit :

    Bravo! (j’y étais dimanche, j’hésite à écrire un billlet)(les tiens sont très bine)

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Mais oui, il faut écrire un billet, c’est la tradition !

      J’aime

  5. lorouge dit :

    J’adore le badge A poil la censure ;0) Je ne suis pas sûre que je serais si à l’aise que ça dans ses salons, moi qui déteste la foule (même une petite foule :0) Finalement je crois bien que je préfère vos comptes-rendus ;0)

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Moi j’aime y aller mais j’adore aussi lire les récits !

      J’aime

  6. Martine dit :

    Merci! Ton retour me permet d’y avoir été sans y être allée!!!

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      C’est toujours ça

      J’aime

  7. mondedepapier dit :

    Toute cette aventure a eu l’air palpipante ! Ca donne envie de venir le vendredi… A noter pour les années à venir ! Je trouve David Foenkinos très photogénique !

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Oui, pour moi qui ne cours pas après les dédicaces, le vendredi c’est bien (même si j’enchainerais bien avec le samedi l’an prochain)

      J’aime

  8. marion dit :

    J’aurais adoré participer au speedbooking mais pareil que toi, je n’ai pas eu le temps.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Ouais, ça reste l’un de mes regrets

      J’aime

  9. valmleslivres dit :

    J’aurais pu te voir au quiz littéraire (je n’avais pas prévu d’y participer mais juste d’aller voir) mais c’est l’heure où j’ai dû accompagner l’une de mes élèves à l’infirmerie.

    J’aime

  10. Syl. dit :

    Il a l’air sympa Foenkinos ! je vois qu’il fallait se dédoubler pour tout faire et tout voir ! Ça paraît immense.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Disons que parfois il y a des choix à faire

      J’aime

  11. valou dit :

    le passage Loucedé me rappelle le grand moment de solitude que j’ai eu il y a deux ans, à courir après Spfi Oksanen pour choper une dédicace pour ma sœur, sans avoir à aller au stand de dédicaces, plein à craquer de fans… c’était énorme et mon copain m’a regardé avec des yeux grands comme ça !!!
    tu as fait un beau salon en tout cas… je vous envie toute, moi qui était obligée de rester à Rouen, comme une âme en peine ! bonne journée !

    J’aime

  12. noctenbule dit :

    Quel aventure ce salon du livre 🙂
    J’ai préféré y aller en milieu d’aprem, vers 16h00 pour que le scolaires partent. J’habite à deux stations de porte de versailles cela a aidé 🙂
    Je vais lire l’autre billet 🙂

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Ah oui, ça aide d’être à côté

      J’aime

  13. geraldinecoupsdecoeur dit :

    Pfff ! Une photo de photo de DVC !!!

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      J’ai eu que ça, le vrai était introuvable !

      J’aime

  14. stellade dit :

    Superbe billet. Moi aussi je suis passée voir MyBoox. samedi.J’ai fait le jeu littéraire. C’était intéressant et pas très long.
    Ils sont très sympas!
    De beaux souvenirs.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Oui, ils sont adorables !

      J’aime

  15. Rahhhh j’aimerais tellement y aller.
    Je veux une carte de Busnel moi aussi ^^

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Eheh, j’ai dû batailler !

      J’aime

  16. Alpha dit :

    Tu as oublié le plus grand ratage du salon : c’est que quand tu devais prendre la photo de Foenkinos, j’étais à quelques mètres, et on ne s’est pas vus !

    Sinon, je peux te le dédicacer le livre de Boyd, si tu veux. Je ne connais pas son écriture mais les amis auprès de qui tu comptais frimer non plus je parie. Bises.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      En même temps je ne te cherchais pas du tout, et en plus je n’avais ni mes lunettes ni mes lentilles !

      J’aime

  17. noukette dit :

    Mais dis moi, on dirait que tu as fait un petit détour par le stand La musardine…? 😉

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Comment faire autrement ?

      J’aime

  18. Fleur dit :

    J’ai eu la chance de rencontrer Philippe Jaenada grâce au Prix Elle. Elle avait organisé pour ses jurées des rencontres avec les écrivains du Prix. C’était très intéressant, bien que je n’aie pas encore lu « Sulak ».
    J’ai également participé à la rencontre David Foenkinos organisé par son éditeur et j’ai été très impressionnée par son sens de l’humour.
    Moi aussi, j’ai passé d’excellents moment au salon du livre.

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      J’étais dégoûtée de ne pas pouvoir assister à la rencontre avec Foenkinos

      J’aime

  19. Marion dit :

    Ce que j’avais aimé La nuit de l’oracle ! Tu as fait de belles trouvailles 🙂

    J’aime

  20. chaplum2 dit :

    Je n’ai pas encore fait mon billet mais j’hésite de plus en plus (est-ce que ça vaut encore la peine ?) J’adore ton anecdote avec William Boyd. Je l’ai raté aussi, j’ai été très mal organisée cette année !

    J’aime

    1. irreguliere dit :

      Oui, ça vaut la peine !

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.