Elle lit Elle lit des romans

Mon nom est Dieu, de Pia Petersen

20140227-135414.jpg
Lorsque Dieu lui demanda d’écrire sa biographie, elle dit non, fermement non, pas question.
Lorsque Dieu lui ordonna d’écrire sa biographie, elle lui demanda de quel droit il lui donnait des ordres.

Il y a quelques années, j’avais rencontré une fille qui avait enseigné dans je ne sais quel pays étranger, et qui m’avait raconté avoir eu affaire à un élève humblement prénommé… Dieu. Un élève par ailleurs particulièrement pénible. Aussi passait-elle son temps à dire « Dieu, tais-toi », ou « Dieu, arrête », expérience pour le moins assez cocasse. Bref, c’était pour l’anecdote, qui ressemble un peu, finalement, au point de départ de ce roman.

C’est au cours d’une élection de Père Noël que Morgane, journaliste et écrivain, fait la connaissance d’un drôle de bonhomme qui affirme non seulement s’appeler Dieu mais être Dieu, et l’avoir choisie, elle, entre toutes les femmes, pour écrire sa biographie. Ce que Morgane, dans un premier temps, refuse. De toute façon, elle ne croit pas en Dieu.

Voilà une lecture à la fois divertissante et profonde, comme je les aime. Le point de départ est plutôt intrigant, et tout comme Morgane le lecteur ne peut que s’interroger sur l’identité de Dieu : un imposteur, qui va au bout de ses convictions, ou réellement Dieu ? Mais dans ce cas, il n’est pas vraiment comme on pourrait se le figurer : dépressif, bougon, tyrannique,  maladroit, il devient finalement particulièrement attachant, et drôle. Car, oui, le roman est dans l’ensemble amusant, et les péripéties de Dieu au milieu des hommes m’ont beaucoup divertie, et à l’occasion fait sourire. Mais l’aspect plaisant cache quelque chose de plus profond. Comme dans les autres textes de Pia Petersen, l’écriture, ce que c’est que d’être écrivain, sont des thèmes importants. Mais ce que la romancière interroge ici, de manière assez troublante, c’est la société actuelle et son rapport au divin et au religieux : Dieu se plaint de ce que les hommes lui en veulent, l’accusent d’être responsable de tous les maux et de ne rien faire pour les consoler, alors qu’il leur a donné le libre-arbitre, qu’ils sont donc responsables de leurs choix, et que finalement ils s’en servent pour se laisser manipuler par les religions d’abord, puis les diverses sectes qui fleurissent ici ou là, comme celle du roman, dirigée par un certain Jansen (nom intéressant d’ailleurs, puisqu’il est celui du fondateur du jansénisme) et qui n’est pas sans rappeler, me semble-t-il, la scientologie : les unes comme les autres, finalement, font leur business mais se moquent bien du divin : son message est caviardé, on lui invente des actions, et on change sans cesse son nom sans qu’il ait rien demandé. C’est donc finalement dans un monde qui a perdu ses repères que Dieu se trouve incarné, et il y a de quoi effectivement devenir dépressif, fumer des joints, boire de l’alcool et draguer les filles pour se consoler.

L’ensemble est évidemment très voltairien, sur la forme qui n’est pas sans rappeler celle du conte philosophique, comme sur le fond, assez irrévérencieux concernant les religions !

Il s’agit donc d’un roman bien agréable à lire, et qui ne manquera pas de susciter la réflexion. Il devrait s’agir d’une trilogie, et j’ai vraiment hâte de lire la suite….

Lu par Stephie, Leiloona, Martine, In cold Blog

Mon nom est Dieu
Pia PETERSEN
Plon, 2014

92737225_oBy Val

(29 commentaires)

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s