Elle lit Elle lit des essais

Le Père Noël supplicié, de Claude Levi-Strauss

11436495475_191ba85993_o

Ce n’est pas tous les jours que l’ethnologue trouve ainsi l’occasion d’observer, dans sa propre société, la croissance subite d’un rite, et même d’un culte ; d’en rechercher les causes et d’en étudier l’impact sur les autres formes de la vie religieuse ; enfin d’essayer de comprendre à quelles transformations d’ensemble, à la fois mentales et sociales, se rattachent des manifestations visibles sur lesquelles l’Eglise — forte d’une expérience traditionnelle en ces matières — ne s’est pas trompée, au moins dans la mesure où elle se bornait à leur attribuer une valeur significative.

Noël est sans doute la fête la plus œcuménique qui soit : même s’ils ne sont pas Chrétiens et qu’ils ne célèbrent pas la naissance de qui que ce soit, pour beaucoup de gens d’horizons différents, croyants ou non, c’est une date importante, et la plupart des enfants, dans notre espace culturel, croient au Père Noël. Noël a donc depuis longtemps perdu pour la plupart d’entre nous sa dimension religieuse : c’est avant tout une fête familiale (et commerciale, c’est vrai), l’occasion de décorer sa maison et de passer du temps avec ceux qu’on aime, à qui on offre un petit quelque chose de plaisant, autour d’un bon repas et de mets que l’on ne mange pas forcément tous les jours.

Mais saviez-vous qu’en 1951, les autorités ecclésiastiques ont essayé d’assassiner le Père Noël ? Et oui, cette année là, quelques prêtres se sont scandalisés de la place de plus en plus grande que prenait « la fête », au détriment de l’aspect religieux de l’événement, et, arguant d’une part que cette fête se paganisait à cause du père Noël (argument cocasse dans la mesure où le christianisme s’est aimablement greffé sur l’ancienne fête païenne du solstice d’Hiver pour célébrer la naissance de son Christ, nous y reviendrons, mais de fait, ce n’est pas Noël qui se paganise, c’est l’Eglise qui a tenté de dépaganiser une fête qui l’était à la base) et d’autre part qu’il était inadmissible de laisser les enfants croire en un personnage qui n’existe pas (dois-je vraiment développer sur le thème « c’est le chaudron qui se fout de la marmite ? »), on a pendu puis brûlé son effigie, condamnée pour usurpation et hérésie le 23 décembre devant la cathédrale de Dijon. Evidemment, cela n’a pas été très très bien vu, et le père Noël a vite été ressuscité.

Cette anecdote, c’est le point de départ de ce très court mais littéralement passionnant article de Claude Levi-Strauss qui, à l’aide de ses outils d’ethnologue, s’interroge sur les raisons de l’attachement des gens à Noël et de la croissance subite de ce rite dans la France de l’après-guerre, fête dont il montre qu’elle se rattache à des pratiques initiatiques bien plus anciennes évidemment que le christianisme. Il montre le rôle notamment des enfants dans cette célébration, en établissant un parallèle avec les rites des Indiens du Sud-Ouest des Etats-Unis. Il rattache aussi Noël aux saturnales romaines ; je regrette un peu qu’il n’ait d’ailleurs pas plus développé sur cette question de l’origine païenne de Noël, car elle me semble essentielle. Il s’intéresse aussi au rôle des mœurs américaines dans l’institutionnalisation de la fête en France, en montrant bien que si le développement de la célébration de Noël en France emprunte ses formes à ce qui se pratiquait aux Etats-Unis et paraissait assez baroque aux touristes, il ne peut s’expliquer seulement par l’influence et le prestige de ce pays : il s’agit selon lui d’une diffusion par stimulation, c’est-à-dire l’import d’un usage qui était déjà potentiellement là et qu’il catalyse : car, même si elle a des racines anciennes, la fête de noël telle que nous la connaissons aujourd’hui, est bien une fête moderne, comme le montre l’invention récente du Père Noël, et c’est donc qu’elle répond à certains besoins de la société, sur lesquels Levi-Strauss nous donne quelques pistes.

Bref, ce petit article, très vite lu, est absolument passionnant et instructif. Très clair et pédagogique, Claude Levi-Strauss nous aide à voir les choses d’une autre manière !

« Le Père noël supplicié »
Claude LEVI-STRAUSS
Les Temps Modernes n°77, mars 1952
(L’article a également été publié en volume indépendant, mais c’est introuvable à un prix raisonnable ; par contre on trouve facilement le PDF)

Lu par Onee

challengechristmastimeBy Mya Rosa

12 comments on “Le Père Noël supplicié, de Claude Levi-Strauss

  1. trouvé, chargé..reste plus qu’à… merci pour cette belle découverte, je suis fan d’anthropologie…

    J'aime

  2. Merci pour cette présentation, dans l’air du moment, mais qui permet d’élever le débat!

    J'aime

  3. Très intéressant cet article. Une belle trouvaille !

    J'aime

  4. Muet jusqu'à Noël, comme promis

    Voilà qui me rappelle cette jolie petite histoire d’un cambrioleur de résidence secondaire qui s’était glissé aux premiers jours de septembre par la cheminée d’une belle villa. Et y était resté coincé pour être découvert, dévoré par des rats, aux vacances suivantes.

    Sur CLS, je recommande quand même la Défaîte de la Pensée par Finkeilkraut, essai dans lequel il expose clairement en quoi ce pourquoi il est connu du grand public est tout simplement monstrueux. « Le barbare est celui qui croit à la barbarie » n’est pas un cri d’amitié entre les peuples. C’est la négation de la civilisation, c’est le relativisme débile au nom duquel on voudrait détourner les yeux quand une femme est lapidée, au motif que c’est bon dans la culture où elle baigne. Il ne savait pas que le Père Noël est le seul barbu sympa.

    Et quand il raisonne aussi faux là-desus, je n’ai pas envie de le lire ailleurs, hors ces observations directes.

    J'aime

    • Pas compris le rapport…

      J'aime

      • Silencieux jusqu'au 25, comme juré

        Je dis que si CLS est dans les choux sur ce qui a fait sa gloire, je ne vais pas aller lire d’autres élucubrations de lui, et m’en tiendrais éventuellement à ses observations directes sur le terrain (non interprétées, non polluées par ses réflexions tordues).

        C’est un peu comme si tu vantait un article sur l’économie des familles écrit par Madoff. Il est possible que ce soit bien. Mais il est difficile de passer sous silence autre chose à son propos, et moi je toussotte un peu, aussi j’expose pourquoi. Tu comprends, maintenant ?

        Mille bises et joyeux Noël ma grande.

        J'aime

        • Tu as tort, ce texte est vraiment passionnant, et Levi-Strauss a raison sur beaucoup de chose. Ce qui n’est guère le cas de Finky !
          Mais bref, joyeux noël !

          J'aime

          • Silencieux jusqu'au 25, comme juré

            Je suis d’accord que la dernière partie de la Défaîte de la Pensée est mauvaise, mais elle traite de points mineurs. CLS, c’est sur le coeur de sa pensée qu’il est repris.

            J'aime

  5. Ping : Le Bouquin de Noël | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :