Les Perroquets de la place d’Arezzo, d’Eric-Emmanuel Schmitt

11384213384_2c1130bc4b_oBeaucoup de gens se protègent de l’amour. Ils vivent mieux sans. La plupart du temps, s’ils acceptent d’en recevoir, ils ne tiennent pas à en donner. C’est déstabilisant, l’amour, une percée contre l’égoïsme, la chute d’une citadelle, la mort d’un règne : un être compte plus que soi ! Quelle catastrophe… En plus, par cette brèche d’amour, l’altruisme peut entrer et changer l’équilibre intérieur.

Comment réagiriez-vous si un matin, dans votre courrier, vous trouviez cette énigmatique missive : Ce mot simplement pour te signaler que je t’aime. Signé : tu sais qui. ». Cette lettre, c’est celle qu’a reçu chaque habitant de la place d’Arezzo, au coeur du quartier le plus huppé de Bruxelles. Chacun va réagir différemment mais, pour tous, elle va être l’instrument d’un bouleversement, pour le pire ou pour le meilleur…

Le moins que l’on puisse dire est qu’Eric-Emmanuel Schmitt sait raconter des histoire et prendre son lecteur par la main pour l’entraîner dans la plus étonnante des histoires où, comme dans une ronde effrénée, le désir circule et les destins s’entrecroisent, se mêlent ou se séparent. On pourrait croire que l’histoire, sur 730 pages, court le risque de s’essouffler, et ce n’est pas du tout le cas, au contraire, car les personnages, au fil des pages, acquièrent de la profondeur, changent, tissent des liens avec d’autres, tombent de leur piédestal ou amoureux. Car l’amour est bien le cœur de ce roman. L’amour, le désir, l’érotisme : volontairement encyclopédique, le roman, par le biais de cette cohorte de personnages qui tous ont une vision différente du couple, de la fidélité, des sentiments, embrasse la totalité des possibles des relations amoureuses, un peu comme dans le Dictionnaire de l’amour qu’écrit l’un des personnages mais en récit. Foisonnant, étourdissant, le roman nous fait passer du rire aux larmes, parfois drôle et gentiment libertin, d’autres fois triste et tragique, le tout rythmé par le cri des perroquets qui ont élu domicile sur la place…

Ce roman est pour moi un coup de coeur, que je conseille vraiment à ceux que ne rebutera pas l’épaisseur certaine du volume !

Les Perroquets de la place d’Arezzo
Eric-Emmanuel SCHMITT
Albin Michel, 2013

logorl201322/24
By Hérisson

coeurRL2013

29 commentaires

  1. Et bien justement, hier, dans ma BAL, j’ai trouvé une petit papier plié en 4… A l’intérieur, noté « Je t’aime », accompagné d’une signature indéchiffrable !!!
    Le livre m’aurait bien tentée s’il avait été moins épais !

    J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.