11133748546_058f459e8e_oDurant les mois qui suivirent, il lut, lut, lut. Il se soumit à la lecture, puisque c’était la loi de Michèle et qu’il n’obtiendrait jamais rien d’elle qui ne serait prélevé (alimenté eût dit une mère, ou vulgairement approvisionné selon un homme d’argent) d’une lecture. Il s’y plia bien volontiers, convaincu d’avoir affaire à un merveilleux donnant-donnant : lettres contre l’être, mot à mot. Connaîtrait-il jamais un régime plus heureux dans le reste de son existence ? Michèle avait été son professeur de désir littéraire. Elle volait chaque jour un livre pour lui, qu’elle lui offrait le lendemain et dont ils discutaient le surlendemain, au café.

Comme je n’aime rien tant que la littérature autotélique, celle qui se regarde dans le miroir et ne cesse de parler d’elle-même, ce roman était l’un de ceux de la rentrée littéraire que je voulais absolument lire : la vie du critique, autre facette de la vie du lettré, ça change, un peu, de la vie d’écrivain. Cerise sur le gâteau, j’apprécie plutôt Arnaud Viviant, que je trouve plutôt attachant et que, même si je ne suis pas toujours d’accord avec ses prises de positions, j’estime sincère.

Dans ce roman, autofictionnel il va de soi, le critique livre sans fausse pudeur tout ce qui fait sa vie au milieu des œuvres des autres, et nous donne à voir toute la difficulté, mais aussi la jouissance, de son activité…

Le critique, obsédé textuel autant que sexuel, a un rapport charnel avec les livres qu’il lie, souvent, à l’expérience amoureuse, et ce dès sa découverte de la littérature grâce à sa petite amie au lycée, Michèle.

Le critique tire le diable par la queue et doit cumuler les supports médiatiques pour s’en sortir à peu près.

Le critique fait de l’abattage, esclave d’une production pléthorique : ne lisant « jamais moins de deux cents pages dans la journée, et moins de quinze volumes par mois », il est parfois pris d’angoisses devant les livres qui attendent d’être lus, trop vite, empilés en tas vacillants dans le « couloir de la mort ».

Le critique est parfois victime du complexe de l’imposteur, terrorisé par la jungle des livres qu’il n’a pas lus.

Le critique, du coup, boit trop, fume trop, et manque de renverser les jolies attachées de presse à vélo lorsqu’il se rend trop vite à l’inauguration du salon du livre sur son scooter.

Le critique, parfois, a envie de lire « juste pour lui ».

Éminemment jouissif (je file la métaphore), ce texte explore non sans humour (mais parfois avec une pointe de lassitude) les méandres du monde littéraire contemporain, suivant une pensée primesautière et rhizomatique à la Montaigne. Sans réelle structure narrative, passant du coq à l’âne et de digression en anecdotes savoureuses même si parfois navrantes , cette Vie critique propose à l’occasion, à côté de listes amusantes dont le narrateur a la manie (liste des écrivains qui ont pris leur retraite, liste des écrivains qui sont morts dans un accident…), des réflexions hautement stimulantes : notamment, à l’occasion d’une conférence, le critique s’interroge sur la manière dont « trois écrivains, aussi distants dans le temps que pouvaient l’être Edgar Allan Poe, Virginia Woolf et Martin Amis, avaient vécu chacun à leur façon leur double statut d’écrivain et de critique littéraire » — réponse qui mériterait sans doute une thèse !

La Vie Critique
Arnaud VIVIANT
Belfond, 2013

Lu par sophielit

logorl201320/24
By Hérisson

26 comments on “La Vie critique, d’Arnaud Viviant

  1. j’ai tenté, j’ai laissé tomber…

    J'aime

  2. Des billets négatifs m’ont écartée de ce livre, mais là je vacille…

    J'aime

  3. Jouissif, je dis oui ! J’ai même envie de le relire (mais pas tout de suite, me souffle ma PAL)…

    J'aime

  4. J’aime bien l’écouter dans Le masque et la plume.

    J'aime

  5. J’aime beaucoup l’esprit critique d’Arnaud Viviant donc je me suis acheté ce livre qu’il me reste à lire !

    J'aime

  6. Depuis que je n’écoute plus Le Masque et la plume, je n’ai plus d’échos d’Arnaud Viviant critique. Je l’ai entendu il y a peu pour la sortie de ce livre qui me tente bien aussi, tant j’aime les anecdotes sur le monde des livres.

    J'aime

  7. J’ai bien l’impression que ce livre me plairait aussi!

    J'aime

  8. J’aime tant Le Masque et la plume que je lirais bien ce livre pour y retrouver Arnaud Viviant.

    J'aime

  9. Je l’ai lu, j’ai aimé toutes les parties sur sa vie de critique, Masque et la Plume, ses réflexions sur Woolf, etc, mais bon sang qu’est ce qu’on se fiche de ses histoires SM ! (surtout que cerise sur le gateau je venais de voir La vénus à la fourrure, alors tant qu’à en avoir autant prendre le film…)

    J'aime

  10. geraldinecoupsdecoeur

    Encore un livre que j’aimerais lire !!!

    J'aime

  11. Ping : Le Masque et la Plume | Cultur'elle

  12. Ping : Le Soldeur, de Michel Field | Cultur'elle

  13. Ping : Literary life – Scènes de la vie littéraire, de Posy Simmonds | Cultur'elle

  14. Ping : La Grande Expo – Sade, le monstre des Lumières | Cultur'elle

  15. Ping : La Hache et le violon. Sur le métier de critique, de Frédéric Ferney | Cultur'elle

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :