Elle lit des romans

Oeuvres érotiques complètes, de Guillaume Apollinaire

11172455714_d79f2bb571_oJe mets mon amour et ma fortune à vos pieds. Si je vous tenais dans mon lit, vingt fois de suite je vous prouverais ma passion. Que les onze mille vierges ou même les onze mille verges me châtient si je mens !

Aujourd’hui, retour aux fondamentaux avec un des grands classiques de la littérature licencieuse : les oeuvres érotiques d’un des plus grands poètes de la langue française, Guillaume Apollinaire. Classique, et pourtant, depuis 1934, date à laquelle sont parus pour la première fois les trois textes ensemble, accompagnés d’illustrations de Berthommé Saint-André, jamais ils n’avaient été réédité autrement que séparément. Cet oubli est réparé, puisque les éditions de La Musardine proposent une nouvelle édition de ces écrits et de leurs fort suggestives illustrations.

Cette édition, établie et présentée par Alexandre Dupouy, aura tout à fait sa place dans les rayons des bibliothèques universitaires, car il ne s’agit pas seulement ici de donner accès à une oeuvre érotique, mais aussi de la contextualiser et de la comprendre. L’introduction est à cet égard particulièrement intéressante et éclairante, notamment grâce à de nombreux extraits de correspondances et moult références biographiques et historiques. Chaque texte est ensuite pourvu d’une notice particulière permettant d’en saisir les enjeux.

Le premier récit, les Onze mille verges, est sans doute le plus connu et le plus édité à droite ou à gauche. C’est une sorte de récit picaresque mettant en scène le prince Vibescu et une ribambelle de personnages aux noms très évocateurs. Très sadienne, l’histoire propose un éventail à peu près complet de toutes les pratiques sexuelles possibles et imaginables, même les plus repoussantes (pour moi !) : sadisme et masochisme, ondinisme et coprophilie (là j’avoue, je bloque), onanisme, saphisme, vampirisme, j’en passe et des meilleures*. Le burlesque domine, mais aussi une grande violence, et j’aurais envie de dire tout de même « âmes sensibles s’abstenir ».

Le second, Les exploits d’un jeune Don Juan (qui n’est pas complètement d’Apollinaire) est également assez souvent édité, et je le trouve personnellement plus intéressant : il s’agit d’un récit rétrospectif initiatique à la première personne où le narrateur raconte son apprentissage de la sexualité et du corps féminin, avec un art consommé de la description évocatrice. Beaucoup plus subtil et écrit que le précédent, il pourra néanmoins mettre mal à l’aise par certains aspects.

Enfin, la poésie : autant je connaissais un peu les deux récits, autant je n’avais jamais lu ces poèmes et je dois dire que c’est ce qui m’a le plus plu : Apollinaire fait preuve d’une grande fantaisie langagière dans ce recueil où il manie avec brio les métaphores et les néologismes, et montre une vraie jouissance de l’écriture, quelque chose d’à la fois dionysiaque et baudelairien, n’hésitant pas par endroit à subtiliser un vers célèbre à Hugo ou à La Fontaine pour lui faire dire autre chose, et là c’est du grand art.

Alors, clairement, c’est une édition nécessaire, et elle satisfera les curieux qui ont envie de découvrir un autre Apollinaire que celui qu’on étudie en classe, tout en éclairant de manière nouvelle ses poèmes les plus connus : on découvre ici un poète traversé par la violence et l’envie de choquer et cette part sombre est assez fascinante. Mais au final j’en dirai la même chose que de Gamiani : un texte à savourer littérairement et culturellement, mais dont l’efficacité érotique est loin d’être certaine, surtout sur un imaginaire féminin…

* Je n’ose pas imaginer les mots-clés que cette liste va susciter…

Oeuvres érotiques complètes
Guillaume APOLLINAIRE
La Musardine, 2013

64652259_pBy Stephie

(10 commentaires)

  1. Si on étudiait ce genre d’Apollinaire en classe, aucun doute que les lettres auraient bien plus de succès 😉 ! Merci pour cette piqûre de rappel, la culture se savoure d’autant mieux avec une touche de piment !

    J'aime

  2. J’avoue, j’ai dû regarder dans le dico ce qu’est la « coprophilie » et je comprends que tu bloques !!!!!
    Sinon c’est à l’évidence un ouvrage nécessaire mais qui personnellement ne m’apportera aucun plaisir à la lecture.

    J'aime

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s