Masculin/Masculin – L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours, au musée d’Orsay

affiche_masculin_masculin_mus_e_d_orsayVoilà une exposition qui a bien fait palabrer dans les chaumières. Imaginez un peu : une exposition consacrée à la nudité, mais pas la nudité féminine, tellement galvaudée par la publicité qu’elle n’a plus rien de sulfureux, mais la nudité masculine, beaucoup plus… inhabituelle ? Pas tant que ça, et pourtant. Pourtant, un avertissement : Le musée vous informe que certaines des oeuvres présentées dans l’exposition sont susceptibles de heurter la sensibilité des visiteurs (et tout particulièrement du jeune public). Ah bon. Et puis, un article bête du Figaro, qui voit ici une exaltation de l’homosexualité. Parce qu’on ne peut apprécier la nudité masculine que si on est gay, faut-il croire. Zut, serais-je gay sans le savoir ?

J’étais donc très curieuse de me rincer l’oeil me faire ma propre opinion, vous me connaissez…

L’exposition a pour ambition d’explorer toutes les dimensions et significations de la nudité masculine en art, en élargissant l’horizon traditionnel du musée pour embrasser plus deux siècles de création, dans toutes les techniques : peinture, sculpture, art graphique et bien sûr photographie. Les œuvres exposées ne sont pas organisées de manière chronologique, mais thématique : l’idéal classique, le nu héroïque, les dieux du stade, la vérité, l’homme dans la nature, la douleur ou encore le désir. Ce choix judicieux permet d’établir un dialogue entre les époques et de faire émerger les invariants.

C’est une exposition que j’ai vraiment beaucoup appréciée : extrêmement éclairante et aérée pour donner une vraie visibilité aux oeuvres, elle permet d’appréhender l’histoire des arts d’une manière nouvelle. J’ai été particulièrement intéressée par l’ingéniosité avec laquelle certains artistes représentaient le corps nu tout en cachant l’essentiel, par une épée ou tout autre objet judicieusement placé, par un angle de vue particulier, ou par l’absence totale de complexes de certains autres. Mais, de manière générale, j’ai surtout été touchée par la grande fragilité qui finalement se dégage de ce précaire masculin dans son plus simple appareil, fragilité qui est loin d’être une évidence, au contraire.

C’est donc une exposition que je conseille sans aucune réserve, même si je suis toujours aussi perplexe concernant l’avertissement. Je vous souhaite néanmoins d’avoir plus de chance que moi et de ne pas faire la visite en même temps qu’un cro-magnon inculte qui pousse des « mais quelle horreur » devant chaque oeuvre (heureusement pour lui il m’a dépassée au bout d’un moment, sinon je pense qu’il se prenait une claque…).

Masculin/Masculin – L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours
Musée d’Orsay
Jusqu’au 2 janvier 2014

(Attention, cette très belle video a été identifiée par les utilisateurs de youtube comme « potentiellement choquante » (mouarf). Je vous aurai prévenus…)

27 commentaires

  1. Syl. dit :

    J’ai hésité à la programmer ! dommage…
    La vidéo est bien faite.
    Merci L’Irrégulière !
    Tu as pris des cartes postales ???

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Non, parce que j’en ai déjà plein et bon, je n’ai plus de place pour les afficher !

      J’aime

  2. saxaoul dit :

    Un thème qui sort de l’ordinaire, ça ne fait pas de mal !

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Oui, ça change !

      J’aime

  3. Il faut absolument que j’aille à cette expo, c’est un sujet tellement original que j’imagine que ce sont des oeuvres que je ne verrai jamais ailleurs!

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Il y en a certaines, c’est probable !

      J’aime

  4. cartonsdemma dit :

    Une jolie exposition qui risque de valoir des requêtes encore étonnantes menant à ton blog. Bises

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Ah, je n’avais pas pensé à ça !

      J’aime

  5. Fleur dit :

    Le sujet était très prometteur. En revanche, j’ai été très déçue (pour plusieurs raisons mais surtout parce qu’il y avait beaucoup d’oeuvre contemporaines alors que je m’attendais à une autre répartition).

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      C’est vrai que c’est inattendu à Orsay !

      J’aime

  6. damemiracle dit :

    Je ne trouve rien de choquant dans ton article, ni dans la vidéo, je pense qu’il faut apprivoiser les différentes facettes de l’art pour apprécier ce que nous venons de voir. Merci, très bon partage, mes amitiés 🙂

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Rien de choquant, non, mais certains ont l’esprit un peu étroit !

      J’aime

  7. A reblogué ceci sur Alexandra Dron and commented:
    Voici un article intéressant qui vient du blog de Cultur’elle

    J’aime

  8. Me suis permise de le rebloguer si tu ne veux pas dis le moi et je le retire. Bonne journée au plaisir de te lire sur ton blog .

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Pas de problème ! Bonne journée !

      J’aime

      1. merci bonne soirée

        J’aime

  9. Voilà une exposition que j’aimerais aller voir.

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Elle est vraiment très intéressante !

      J’aime

  10. Marion dit :

    Ah je vais sur Paris ce week-end, mais ça risque d’être court…

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      On ne peut pas tout faire… Mais profite bien !

      J’aime

  11. valou dit :

    un thème intéressant (et pas seulement pour se rincer l’œil 😉 !)
    je pense que le visiteur m’aurait également insupporté, à la longue !

    J’aime

    1. L'Irreguliere dit :

      Ah oui, c’est pénible !

      J’aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.