Elle lit Elle lit des romans

Les Témoins de la mariée, de Didier Van Cauwelaert

10838193986_12de505e2f_oA mesure que j’étudiais le comportement de Yun-Xiang, je me disais que Marc avait sélectionné — et peut-être même formé — sa fiancée pour qu’elle joue, à travers points communs et divergences, le rôle de révélateur auquel il avait renoncé. Je commençais à la considérer, bien au-delà du prétendu droit de cuissage, comme un cadeau de mariage qui nous était destiné. Conscient de la force d’empathie qu’elle avait développée dans son métier de faussaire, il lui avait confié la tâche de nous séduire en nous renvoyant notre véritable image, de nous stimuler pour nous aider à nous retrouver. En vingt ans d’amitié vécus dans son ombre, chacun de nous était tellement passé à côté de soi-même… Pensait-il.

Aujourd’hui a lieu l’élection qui permettra de savoir qui remplacera Félicien Marceau au fauteuil 21 de l’Académie Française ; il y a quatre candidats, dont le vénérable et vénéré en tout cas par moi-même Didier Van Cauwelaert. Pour lui porter chance (si besoin est : parce que lui, contrairement à l’autre favori, l’éditeur Claude Durand, n’a pas signé le manifeste des 343 têtes de noeuds salauds ; et signer un tel manifeste, même à l’insu de son plein gré comme Durand affirme que c’est le cas, je ne voudrais pas dire, mais ça fait tâche ; de toute façon, Durand est trop vieux, il a dépassé la DLC fixée par l’Académie pour être élu). Pour lui porter chance, donc, et bien je me suis dit qu’une petite chronique d’un de ses romans ne pourrait pas faire de mal (tous les prétextes sont bons, n’est-ce pas).

Tout commence par une tragédie : alors qu’il vient d’annoncer son mariage surprise à ses meilleurs amis, mariage qui d’ailleurs ne les enchante guère, Marc, un célèbre photographe, se tue dans un accident de voiture, peu avant Noël. C’est ainsi que Lucas, Jean-Claude, Marlène et Bany se retrouvent devoir annoncer la nouvelle à la jeune fiancée, qu’ils récupèrent à l’aéroport à son arrivée de Shanghai. Mais, incapables de l’exécuter comme ça de sang froid, ils décident de lui octroyer encore un peu de la part de bonheur auquel elle espérait avoir droit…

Comment des plus grandes épreuves de la vie peut naître du positif ? C’est un des grands mystères des romans de Didier Van Cauwelaert. Car le roman commence tout de même très mal, par un de ces bouleversements douloureux qui semblent devoir nous écorner à jamais — la perte d’un ami cher, qui est comme notre famille, avec qui on s’est construit et qui nous porte à bout de bras. Cela aurait pu déboucher sur du larmoyant, et c’est au contraire lumineux, léger et primesautier du début à la fin, souvent drôle : la douleur, le chagrin, le manque sont bien là, mais transcendés par quelque chose de plus fort qui s’appelle la vie, et ce qu’on perd permet aussi de se trouver, grâce à un magnifique catalyseur qui s’appelle Yun-Xiang, mystérieuse et insaisissable, qui renvoie chacun à ce qu’il est et l’aide à se construire. Les personnages, qui endossent tour à tour le rôle de narrateur, sont immédiatement attachants dans leurs différences. Ce sont des personnages qui se sont enlisés, se sont empêchés de se réaliser, et, comme une fée, Yun-Xiang va leur permettre d’aller là où ils ne pensaient pas pouvoir aller, grâce à un Marc absent mais totalement présent, sorte de fantôme omnipotent et bienveillant qui semble avoir tout prévu. Et ça fonctionne : cela manque sans doute de vraisemblance, mais ce roman lumineux et optimiste donne envie d’aller de l’avant, tout en proposant une réflexion assez intéressante sur l’amitié. Je le conseille donc sans réserve, en particulier pour une scène d’anthologie dans une cabine d’essayage dont je n’ai pas failli me remettre…

Les Témoins de la mariée
Didier VAN CAUWELAERT
Albin-Michel, 2010 (Livre de Poche, 2012)

Lu par François Busnel, Sophielit, Violette (et plein d’autres)

26 comments on “Les Témoins de la mariée, de Didier Van Cauwelaert

  1. Je l’ai aussi conseillé sans réserve. C’est une pépite !

    J'aime

  2. je te fais entièrement confiance !

    J'aime

  3. Je suis curieuse pour la scène de la cabine…

    J'aime

  4. ce roman ne m’a pas branché du tout ! comme quoi, les goûts et les couleurs …

    J'aime

  5. J’aime beaucoup Didier can Cauwelaert et j’ai d’ailleurs lu la plus grande partie de ses romans, mais je dois dire que celui-là m’a bcp déçu: trop prévisible, trop « facile », manque de réalisme…

    J'aime

  6. Je l’ai acheté il n’y a pas très longtemps surtout pour le titre qui me permettait de lire un roman pour mon challenge Marry me ! je suis donc très contente de lire ton billet qui me promet une belle lecture !

    J'aime

  7. Lumineux et optimiste ? Tout pour plaire donc ! Tu l’aimes ton Van Cauwelaert hein…? 😉

    J'aime

  8. Je note, j’ai beaucoup aimé les 2 premiers livres lus de lui récemment

    J'aime

  9. Une bonne raison de faire remonter ce roman du fin fond de ma PAL où il croupit depuis des mois !

    J'aime

  10. Je ferme les yeux, je te fais confiance et je l’ajoute à ma LAL !

    J'aime

  11. geraldinecoupsdecoeur

    Un jour, oui, bien sûr !

    J'aime

  12. Ping : Le Principe de Pauline, de Didier van Cauwelaert | Cultur'elle

Répondre à L'Irreguliere Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :